Le dire-vrai dans la recherche

La question du dire-vrai embrasse tous les champs de la recherche. Le fait que la science n’a pas la prétention de détenir la vérité n’a pas empêché certains de leurs membres de tenter de faire passer pour de la vérité certaines de leurs affirmations.

L’histoire de la science en dispose bon nombre de ces tristes exemples, dont les travaux ont été faits en fonctions des exigences de leurs commanditaires, des principes idéologiques, voire tout simplement par des principes économiques.

Le scientifique et la vérité

Crane_phreno

Crâne phrénologique du xixe siècle, Collection Gall (Musée d’anatomie de Lyon)

En premier lieu, il y a la vague phrénologique dans la première moitié du XIXe siècle, où l’on prétend que les formes du crânes permettent de prévoir les caractéristiques psychologiques de l’individu. Telle bosse permet d’estimer que l’individu est paisible, ou non, et telle dépression permet de voir si la personne à des dispositions meurtrières. La phrénologie dont Marc Renneville en a fait un excellent ouvrage s’est rapidement discréditée à mesure que l’on constate que cette science n’est qu’une pseudo-science qui a conduit à des dérives peu recommandables. Néanmoins, cela semble avoir donné à certains médecins comme Claude Bernard qui a identifié des zones du cerveau correspondants, ce que l’on pensait à la surface du crâne est en fait dans le crâne !

Ce n’est qu’un exemple !

L’autre exemple est celui de la question de la transmission des caractères génétiques au fil des générations. La fameuse affaire Lyssenko où notre cher Joseph Staline a exigé à ses scientifiques de trouver des contre-arguments contre les théories scientifiques sur la transmission de l’hérédité au fil des générations. Ainsi, Staline a considéré que Lyssenko présente la meilleur théorie scientifique socialiste au monde, et que ceux des capitalistes sont des pseudo-sciences. Cela a conduit la recherche soviétique sur la biologie sur une voie de garage durant des décennies avant que la vague de dé-stalinisation puisse permettre à des biologiste de se sortie du carcan lyssenkiste.

Cet exemple où l’appareil d’état impose à leurs chercheurs de prouver que les théories de leurs adversaires ne sont que du « jus de chaussette » (je simplifie !) démontre que le dire-vrai dépend fortement des convictions intimes de chacun, et que la science peut être manipulée en fonction de ces égards.

Je cite le fameux astronome André Brahic dont j’ai eu le plaisir de rencontrer en vrai lors d’une formation d’astronomie. (Eh oui, votre serviteur a la tête dans les étoiles de temps en temps !). Donc, il dit dans son ouvrage Cinq leçons d’astronomie :

« En aucun cas, un modèle n’a la prétention d’apporter la vérité. Seuls les imbéciles sont remplis de certitudes ! En une époque si féconde pour la science, il est étonnant de constater que les comportements irrationnels sont toujours présents… »

Par irrationnels, il pointe les croyances non vérifiables, les pseudo-sciences en vogue, et les théories du complot qui sont si séduisants. Or, en ces temps assez sombres, il est si facile d’adhérer à des théories qui se réclament de la vérité, qui déclarent dire le vrai, et qui refusent toute opposition d’idées, tout débat.

On arrive ici à la question de la capacité de conduire un débat. Le dire-vrai dépend justement d’une éducation solide, d’une capacité à admettre les critiques et à les prendre à son compte pour les retourner à la manière d’un « Akido ». Or, justement, la culture est l’une des premières victimes quand un état est défaillant dans sa promotion. On peut remarquer que durant les périodes historiques où tout semble s’écrouler, les prétentions de détenir la vérité jaillissent comme des diables en boîte, faute d’opposition capable en face.
C’est toute la difficulté de trouver un certain équilibre entre comprendre la réalité et présenter la vérité…

Le Congrès de Milan et le dire-vrai de la parole
J’en arrive à un événement qui a marqué durablement, et encore de nos jours toutes les communautés sourdes du monde. Cet événement est abondamment étudié, et on peut aisément trouver des informations sur internet. Je recommande cet article qui résume bien les tenants et les aboutissants de ce congrès.

Il s’agit du Congrès de Milan, organisé en septembre 1880 en Itale afin de trouver des solutions pour améliorer le sort éducatif des jeunes sourds. Ce congrès dont il a été fait une littérature abondante en Histoire, a conduit à une sorte de repli sur soi des communautés, et à une disparition des élites intellectuelles sourdes au cours du XXe siècle.

Ainsi, l’impact d’un simple congrès, réunissant moins de 500 participants a été l’ équivalent de la disparition de la Bibliothèque d’Alexandrie pour la communauté sourde mondiale. Les résolutions de ce congrès, demandant une éducation orale plus grande, et plus austère où elle exclut tout support visuel que ce soit sur papier ou en noétomalalien. Cette exclusion absolue de toute ce qui aurait pu parasiter le regard des enfants sourds sur les lèvres répond à des considérations purement idéologiques, en dépit des oppositions de certains enseignants, certes oralistes, qui voient en l’éducation orale pure comme une méthode peu adaptée.

Les faits de cette éducation ont conduit à une rapide disparition d’une élite intellectuelle sourde capable d’écrire et de tenir un débat. Cette disparition s’est faite au fil des années, à mesure qu’il n’y a plus de nouvelles générations suffisamment instruites et éduquées. D’autre part, on assiste également à une disparition d’une opposition à l’éducation purement oraliste qui se médicalise de plus en plus. Cette évolution au cours du XXe siècle conduit à une croyance en quoi l’éducation orale, et des instruments auditifs en tout genre permettent à l’enfant sourd de s’intégrer pleinement dans la vie sociale.

L'éducation oraliste Source : https://books.openedition.org/editionscnrs/2758

L’éducation oraliste
Source : https://books.openedition.org/editionscnrs/2758

Le terme croyance est approprié puisqu’il ne se repose sur aucun fait vérifiable, et aucune étude qui peut être considérée comme scientifique. Or, l’éducation orale s’est endossée d’un costume de scientifique, avec l’arrivée des médecins ORL et des orthophonistes qui rassurent les parents par leur savoir scientifique. Or, quand des opposants à l’éducation oraliste déclarent apporter leur point de vue différent, on leur oppose un fait : ils ne sont pas scientifiques. Cela coupe tout débat et discussion en faveur d’un côté ou de l’autre. On assiste à une évolution vers une sorte de dogme qui empêche tout débat dans le milieu éducatif des enfants sourds.

Or, en 1909, un psychologue, Alfred Binet, s’est intéressé sur les résultats de l’éducation orale pure. Il en a publié un article « Etude sur l’art d’enseigner la parole aux sourds-muets », L’année psychologique, 1908, vol. 15 pp 387. Or, cet article a conduit à une controverse profonde au sein du milieu éducatif spécialisé qui s’est vue critiquée, non pas par un simple militant sourd, mais bel et bien par un éminent scientifique !

Ainsi, ce milieu éducatif a senti le vent du boulet, et cela a conduit à des discussions internes sur la nécessité de continuer avec toute la rigueur l’éducation totalement orale menée depuis 1883, et qui a donné à peu de résultats probants, ou alors, l’assouplir ?

Ce boulet de canon a ainsi conduit à une remise en cause du dogme de l’éducation orale pure,

Henri Gaillard en 1917

Henri Gaillard en 1917

alors que des militants sourds, certes non scientifiques, ont averti des dangers et de l’échec depuis quasiment 40 ans. Ecouter les propos des autres dépend justement du statut des autres. Le refus de prendre en compte de la position des militants sourds, comme Henri Gaillard, dépend justement de leur statut à la fois de « non-scientifique », de « sourd », et de « malade ».

Par conséquent, la question du dire-vrai est une question cruciale. Le fait de devenir dogmatique, refusant toute discussion, ou de présenter des vérités en les montrant comme des faits scientifiques, est un risque présent dont tout chercheur doit prendre garde. Des manipulations imprécises, des omissions, voire des erreurs peuvent survenir, et les discussions permettent de les détecter.

Conclusion

Ce billet est certes trop court pour comprendre les enjeux qui entoure la position du scientifique

Galilée

Galilée

par rapport à la vérité. Or, cela me laisse penser à Galilée. Il a été le premier qui a orienté sa lunette vers le ciel et il voit les lunes de Jupiter. Voyant un fait nouveau, il a demandé à un docteur d’Eglise de regarder au travers de cette lunette. Ce dernier a tout simplement refusé, de

peur de voir ses convictions s’écrouler.

Face à ce refus, il n’y a plus aucune discussion possible, et on connait tous le sort final de Galilée qui a été contraint de se plier face à l’autorité. Voici la conclusion de ce billet de la semaine.


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l’Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d’une BD historique : « Les Témoins Silencieux ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *