L’histoire et les mythes, l’exemple de l’abbé de l’Epée…

Comme dans toute communauté, il existe des mythes fondateurs qui éclairent sur la place du dire-vrai, et des intentions des protagonistes de la place de ce dire-vrai, de leur permanence dans l’Histoire, et donc de leur perception par les générations futures.

Le cas de l’abbé de l’Epée est édifiante, éclairante sur la question de l’intention de dire, de dévoiler une vérité.

Le mythe fondateur et le dire-vrai

Avant tout, voici le mythe fondateur, qui est connue par tous les Sourds, transmis de génération en génération :

« Un soir, surpris la la pluie, l’abbé de l’Epée se réfugie sous un porche. Voyant la présence par la lumière qui se glisse sous l’ouverture, il se risque d’entrer, tout en s’excusant de l’intrusion. Ayant aperçu deux jeunes filles affairées à leurs occupations, il répéta ses propos pour prévenir sa présence. Face à l’absence de réaction, l’abbé devient de plus en plus perplexe. Au même moment arrive la maîtresse de maison. Elle se répand rapidement en excuses et en explications, informant par là l’état des deux jeunes filles : sourdes. Elle se plaint par la suite de la mort de leur percepteur qui laisse inachevé leur instruction religieuse. Touché par tant de misère, l’abbé accepte par la suite de reprendre leur instruction. »

L'abbé de l'Epée, la rencontre. (Statue de l'abbé de l'Epée, Cour d'honneur de l'INJS de Paris.)

L’abbé de l’Epée, la rencontre. (Statue de l’abbé de l’Epée, Cour d’honneur de l’INJS de Paris.)

Voici la base de ce mythe partagé partout sur la planète Sourde. Ce mythe est intéressant à plus d’un titre puisqu’il se repose sur les non-dits du principal protagoniste. Effectivement, la vérité est dangereuse pour l’abbé de l’Epée en 1759, à une époque où la chasse aux janséniste conduit à certains à une exclusion sociale. Or, l’abbé de l’Epée est l’un des jansénistes les plus convaincus, et ne s’est jamais abjuré de ses convictions. Pour lui, il importe d’être cohérent avec ses convictions, mais, dans ses ouvrages de 1776 et de 1783, il ne pipe mot sur ses convictions, craignant par là que ses positions ne lui fassent perdre sa réputation forgée sur l’éducation des enfants Sourds.

Ainsi, pour l’abbé de l’Epée, le dire-vrai dépend des circonstances plus ou moins favorables. On comprend la confusion induite par son dire-vrai à géométrie variable. Cette variabilité géométrique provoque ainsi la naissance du mythe fondateur de la communauté Sourde.

L’année 1759 représente pour quasiment toutes les communautés Sourdes comme l’an zéro de l’histoire des Sourds, la date à laquelle tout ce qui s’est déroulé auparavant représentent l’équivalent de l’Antiquité, voire de la préhistoire.

La Préhistoire sourde

Ainsi, faute de recherches historiques approfondies, la préhistoire Sourde se termine en 1759 à un événement qui représente l’émancipation des Sourds par l’éducation. Cette date fondatrice est un élément essentiel dans la compréhension de l’étude de l’histoire des Sourds où le « dire-faux » est assez conséquent. Ce dire-faux se repose sur une ignorance, faute de recherches, de cette histoire d’une communauté.

Mais, en même temps, la traque du dire-vrai dans ce domaine ne vise pas à faire transformer l’historien en un inquisiteur. C’est toute la difficulté de l’exercice. C’est pourquoi faire inscrire la recherche historique des Sourds dans un champ de recherches plus vaste, et sur une échelle plus large permet de comprendre les tendances générales, des cycles intellectuels, et surtout, de mieux comprendre l’intention du dire-vrai des protagonistes, de leurs choix de dire telle ou telle élément.

Je pense toujours à l’exemple de Saint-Augustin et de Saint-Jérôme discutant sur l’intérêt de faire instruire les Sourds par la religion, et donc, par extension de la capacité du noétomalalien dans l’instruction des sourds. Cette discussion marque un commencement de réflexion dans la capacité d’une langue à transmettre le savoir, et cela se rapproche de Platon. Avec Platon, on retrouve son antagoniste, Aristote qui a une conception du monde assez figée, immuable, alors que Platon peut être considéré comme un « évolutionniste intellectuel », pour simplifier. Que les platoniciens m’en excusent pour ce raccourci peu confortable !

Or, ce qui est intéressant dans l’étude du dire-vrai, c’est de comprendre en quoi ces auteurs ont l’intention de dire quoi que ce soit dans leur propre contexte. Cette réflexion sur le dire vrai m’a conduit à de nouvelles perspectives de réflexion, plus philosophiques certes, mais qui me permettent justement de mieux voir les relations entre les protagonistes au travers des siècles, et de leurs influences mutuelles, non nécessairement attestées par des écrits. Car les actes concrets sont plus parlants que les écrits.

L’étude des actes concrets permet de mieux comprendre, sans l’être entièrement, les intentions des protagonistes, à l’instar de l’abbé de l’Epée, dans leurs actions, alors que dans leurs écrits, le dire-vrai est fortement influencés par leurs peurs, leurs espoirs, leurs rêves.

L’étude objective des textes ne suffit donc pas à comprendre la situation, ce qui m’a engagé à regarder derrière les textes, et à étudier de façon macro et microscopique. Ce qui a prêché dans la recherche historique des Sourds, c’est l’étude littérale des textes, puis, la recherche par interprétation se reposant uniquement sur des textes connus. Cette méthode de recherche limite la compréhension des contextes, et donc, de comprendre ce que les auteurs ont l’intention de dire-vrai.

Conclusion

Ce court billet est une simple réflexion de la méthodologie, et de l’historiographie suite à un enseignement d’histoire des Sourds. Le fait d’enseigner permet de comprendre comment les protagonistes ont l’intention de faire. Or, la grosse limite, c’est qu’il est impossible de faire revivre ces protagonistes pour leur questionner. Leur prêter des intention, c’est justement projeter sur eux nos désirs, nos rêves, ce qui fait disparaître leur dire-vrai… 

Où est donc le garde-fou du chercheur ? Sa propre conscience, et son dire-vrai… Tâche ardue !


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l’Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d’une BD historique : « Les Témoins Silencieux ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *