La vérité ou la réalité, qu’est-ce que le dire-vrai ?

Vaste question ! On a tellement philosophé sur ce sujet depuis l’Antiquité, avec Platon et ses compagnons, dans l’Athènes où le Panthéon était flambant neuf, pas comme celui de nos jours. C’est dire sur la durée du temps qui s’est passé, et sur la question de la vérité

Par conséquent, en Histoire, pour simplifier, dire vrai, c’est surtout apporter un point de vue qui correspond à une partie de la réalité.

Avant d’aller plus loin, il m’est impossible de passer outre cette réflexion attribuée à un chaman crétois du VIe siècle avant notre-ère, deux siècles avant Platon, Epiménide. Il a émis cette phrase :

« Tu dis que tu mens. Si c’est vrai, alors tu mens aussi en disant que tu mens, et il est donc faux que tu mentes. Mais si c’est faux, alors tu ne mens pas non plus en disant que tu mens, et il est donc vrai que tu mens. »

Cette phrase nous éclaire sur la notion de la vérité, et donc du dire-vrai. Qu’est-ce que donc le dire vrai ? Le paradoxe du menteur d’Epiménide démontre la complexité de la compréhension de la vérité. Qu’est-ce que donc la vérité, à la base ? La forte dépendance de la vérité envers le vécu de la personne, de son point de vue, et donc de la perception de la réalité au travers des schémas mentaux de l’observateur.

On peut constater de l’impact de ces schémas mentaux qui agissent comme des ajusteurs de la réalité, la façonnant pour la faire correspondre à la perception de l’observateur. Or, cette perception peut être déformée par le paradoxe du menteur, puisque ce qu’il peut considérer comme un mensonge est alors une vérité !

La conception de « détenir la vérité » montre la question de l’existence des autres vérités, et donc des différences de perceptions. Comment alors, en tant qu’historien, trouver la réalité parmi ces vérités ?

Les billets de janvier, de Benoit Kermoal, éclairent sur la difficulté de l’historien de trouver la réalité qui peut être manipulable. Les nombreuses polémiques entourant l’Histoire nous informe de cette difficulté inhérente au métier de l’historien. L’historiographie, si ennuyante pour l’étudiant que j’étais, sert en fait à avertir du danger de prétendre détenir la vérité, toute la vérité.

Par conséquent, le dire-vrai au sein de la communauté sourde est un sujet si peu abordé, qu’il a conduit à de nombreuses déformations, incompréhensions, et surtout à la naissance de nombreuses légendes autour d’un événement historique : le congrès de Milan.

 Le congrès de Milan, et ses mythes

 Le congrès de Milan, en septembre 1880, représente un événement crucial, incontournable pour les communautés sourdes, pour la simple raison qu’il représente la stigmatisation institutionnelle du noétomalalien en tant que langue d’éducation. Ce rejet institutionnel d’une langue qui a pourtant donné des résultats éducatifs probants entraîne un phénomène de repli sur soi des communautés sourdes, et de leur déclin au plan intellectuel, avec la disparition des Sourds capables de conduire des réflexions et des débats au cours des années 1940.

Or, ce déclin donne naissance, à partir des années 1970 à de nombreux mythes considérés comme de la réalité. L’un de ces mythes est celui de la destruction des archives historiques, des ouvrages prouvant de l’importance du noétomalalien dans l’éducation des enfants sourds.

En effet, dans les années 1970, une révolution traverse la communauté sourde, Le Réveil Sourd, qui renverse le rejet institutionnel, en faisant restaurer la place du noétomalalien au sein des écoles. Or, cette révolution passe également par la redécouverte de la place de cette langue au sein des écoles, au cours du XIXe siècle. Par la suite, les militants de cette époque ont redécouvert les archives et ils ont constaté les lacunes dans ces archives

Cela a conduit à la croyance dans la destruction de ces archives par les institutions, afin de dissimuler la vérité. Certains ont même déclaré qu’au lendemain du congrès de Milan, les milieux oralistes se sont immédiatement mis à l’action contre ces archives.

Or, les faits historiques contredisent cette croyance. Où est donc l’origine de ce mythe ? Il s’est avéré qu’au cours des années 1960, les dirigeants associatifs sourds de cette période, fortement oralistes, ont été à l’origine de la disparition de certaines archives, et de la disparition du Musée sourd, présent dans les locaux de l’Institut National des Jeunes Sourds de Paris entre 1890 et les années 1970. La disparition de ce musée unique, qui a recueilli des créations des artistes sourds, n’a pas soulevé de protestations des associations sourdes, à l’époque. Or, il est intéressant qu’à cette époque, ces créations ont été considérées comme des vieilleries qu’il valait mieux s’en débarrasser. Ces mêmes objets, retrouvés depuis une dizaine d’années, sont devenus des sujets de vénérations.

Cette évolution démontre de la difficulté de comprendre le dire-vrai sans le contexte en question. Par conséquent, la méconnaissance de ce contexte déforme la réflexion initiale qui a été émise dans ce contexte. On arrive là sur l’importance des archives et des sources historiques qui nous éclairent sur ce contexte, qui nous servent de guides, et de garde-fous sur la question du dire-vrai, en Histoire.

Dans les prochains billets, on abordera les nombreux mythes de la communauté, et des conditions de leur apparition. Mais, pas seulement !


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *