Au sujet du sujet.

Mon séjour dans la Villa prend fin. Ceux et celles qui nous y ont précédés ont souvent animé son adjectif (réflexive) de leurs commentaires avisés. Relations aux enquêtés et au terrain, engagement de soi, dilemmes éthiques et politiques, objectivité et vraie science ont animé souvent cette problématique.

Sur ce fond réflexif, je souhaiterais m’en aller en esquissant un pas de côté avec une interrogation simple : en quoi ma présence dans le sujet que je traite le modifie-t-il ? En quoi l’a-t-il affecté ? Concrètement – et au-delà du fait qu’il l’a motivé bien entendu – en quoi le fait que j’ai eu un lymphome à 24 ans a-t-il exercé une action sur mon travail sur la cancérologie ? Influencé ma problématique, mes données, mes perspectives théoriques, mes choix ou mes évitements, mon traitement des informations, mes conflits de loyauté avec les enquêtés : patients, médecins, soignants, avec mes bailleurs de fonds etc. etc. Nous sommes très nombreux à en être venus à nos travaux majeurs pour des raisons biographiques, dans le domaine de la sociologie de la maladie comme dans tous les autres. Julius Roth – largement incité par Hughes… – écrit Timetables à partir de son observation de la vie dans le sanatorium où il est soigné. Murphy est lui aussi totalement engagé dans ce qui sera son dernier travail. Mickael Pollack a abandonné ses premiers travaux pour se consacrer corps et âme à l’étude du sida. La liste serait longue s’il fallait décliner tous les travaux de sociologie ou d’anthropologie de la santé issus d’expériences d’abord privées des chercheurs. Ce d’autant plus que, parmi celles-ci, toutes n’ont pas été révélées publiquement. Notamment quand ces circonstances biographiques relevaient de filiations médicales : de nombreux sociologues de la santé sont en effet issus de familles de médecins. Ainsi notre très classique Alain Touraine, fils de médecin, qui s’est, lui aussi, intéressé à la sociologie de la médecine au cours de sa carrière…

Ce coming out ou son opposé sont intéressants à analyser pour ce qu’ils disent, notamment, des modalités d’engagement sur le terrain et de leurs conséquences pratiques en termes non seulement de données recensées mais bien sûr d’analyses plus ou moins situées.

Moi, au départ, je souhaitais faire de ma recherche un travail de mise à distance, par l’analyse sociologique – qui était celle que je préférais – de mon expérience. C’est le contraire qui s’est produit. Cette velléité de mise à distance a produit un rapprochement inédit d’avec mon expérience initiale. Le concept de rupture biographique qui est souvent utilisé dans la sociologie de la maladie ne s’est pas appliqué à ma démarche et c’est tant mieux. J’ai continué à faire de la sociologie, comme avant mon diagnostic, j’ai juste changé de sujet. En revanche, on peut parler de rupture théorique puisque je suis passée d’une posture explicative à son contre-pied compréhensif. Aucune sociologie objectivante n’était capable d’exploiter un projet de recherche fortement marqué par mon épreuve physique et morale personnelle. C’est dans ce contexte que je me suis située dans la perspective d’une sociologie situationnelle que j’ai choisi de privilégier aux dépens d’approches plus structurelles.

Susan Greenhalgh dans son auto-ethnographie intitulée « Under The Medical Gaze » montre comment la science et la médecine peuvent se révéler des instances pleines de séduction quand on s’est fait soigner avec succès. C’est un danger si on ne le sait pas. En sociologie, l’importance des sentiments dans le traitement du sujet est rarement étudiée. Je reviendrai peut-être vous en parler un de ces jours, qui sait…

Car ces sentiments ont souvent des conséquences signifiantes dans nos travaux. Suffit juste de ne pas l’ignorer, épistémologues : encore un effort…


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 27/02/2015

    […] Il fallait le temps de la mise en mot, de l’explicitation, de vécus réels et douloureux aussi, peut-être pour être dans un nouveau sujet. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *