Une question de confiance

Les malades, en vue d’obtenir secours ou guérison, racontent beaucoup de leur vie et de leur maladie, scrupuleusement guidés qu’ils sont par la vérité à l’image du Chevalier Marmont. Une chose est sûre, ils préfèrent prendre la parole eux-mêmes plutôt que de laisser des médecins le faire à leur place. En cette seconde moitié du XVIIIe siècle, les médecins ne sont pas sûrs. Ne représentant qu’une possibilité de traitement parmi d’autres, ils sont souvent, que ce soit du fait de leur coût élevé, de leur réputation de mauvais praticiens ou de leur éloignement des campagnes, les derniers à qui l’on a recours, bien loin derrière les proches, les religieux, les rebouteux et autres empiriques ou les chirurgiens. Les médecins restent aux yeux de beaucoup les Diafoirus décrits dans les pièces de Molière. La méfiance est donc souvent de mise. Les premiers mots du courrier que Monsieur de Montfort, un capitaine d’artillerie de 45 ans, adresse à Tissot en témoignent :

Rebutté des medecins et des remedes qui n’ont fait qu’empirer mes meaux pendant longtemps, je cherche à trouver, dans le regime, le tems et la patience, un soulagement qu’il[s] n’ont pu me procurer[1].

Le comédien Olivier Schneider en Thomas Diafoirus

Le comédien Olivier Schneider en Thomas Diafoirus

Il faut dire que les différents praticiens offrent un panorama peu enviable de la médecine. Nombreux sont les malades rapportant que toutes les consultations qu’ils ont eues n’ont débouché que sur des diagnostics et des traitements différents, ou que leurs praticiens étaient peu prudents, voire complètement négligents. Mademoiselle de Maltzan parle ainsi de son « vilain médecin »[2], tandis qu’une malade qui préfère rester anonyme se désespère d’avoir « appliqu[é] ou aval[é] tous les remedes imaginables ou imaginés » pour que, finalement, ses médecins, « Pibrac, Sorbier, Moran, Moreau, et trois autres », décident que la glande qui était apparue au dessus de son sein était incurable. Elle se sent naturellement « abandonnée »[3]. Globalement, les médecins semblent ne pas voir « ce qui est sous leur nés »[4], selon les termes du Lieutenant Bouju ou s’entêtent dans des préjugés comme le confirme Monsieur Gualtien, un conseiller privé veuf et père de famille :

Je n’ai nulle confiance dans nos medecins, ce sont des gens à systheme, et qui plient tout à cela ; ils n’ont pas du tout le coup d’oeïl observateur et leur fanatisme pour les systhemes et les hypotheses ne leur permet pas de voir ou d’etudier la nature[5].

On comprend mieux pourquoi les malades décident de prendre la plume et de dire entièrement leur vie et pour mieux raconter leur vérité. Seule leur expérience personnelle de la maladie semble pouvoir être la source d’un « dire le vrai » sur la maladie, tant le langage des médecins en dissimule ou en travestit le sens. C’est ce que M. Thomassin, vu dans un précédent billet, résumait parfaitement :

Ma maladie est interieure ; il n’y a que moi qui la sente ; j’ai cru aussi qu’il n’y avoit que moi qui put la décrire ; c’est pourquoi je ne prends point pour interprete quelque docteur de la faculté, qui en se servant de termes de l’art, m’expliqueroit peut-être moins bien que ne fera mon foible jargon[6].

La crainte de voir son état mal compris et inadéquatement décrit par les médecins est commune à beaucoup de malades qui écrivent donc par eux-mêmes pour raconter leur vérité, en en disant le plus possible sur leur vie. « [J]’ai cru qu’un homme de l’art vous diroit ses idées ; moi je vous ai conté mes douleurs »[7] nous confirme une certaine Madame Bordenave de Disse que l’on connait également.

 ***

La confiance est du côté du ressenti et du vécu plutôt que du corps médical. Mais au cœur de ce monde de méfiance, le bon Dr Tissot est parvenu à convaincre tous ces malades qui lui écrivent. Le comte de Genouilly explique ainsi au praticien suisse comment il l’a réconcilié avec la médecine :

Je me suis donné, etant plus jeune, avec une forte avidité à la lecture des meilleurs ouvrages de medecine, mais bientot degouté de ce fratras sistematique, des erreurs sans nombre qui obscurcissent un petit nombre de verité, il ne fallait pas moins que la lecture de vos ouvrages pour me reconcilier avec un art que je regardais en general comme bien plus dangereux qu’utile, que des medecins contribuent tous les jours à confirmer cette opinion[8].

Grâce à ses ouvrages de conseils médicaux, dont le plus connus est l’Avis au peuple sur santé, Tissot est parvenu à s’attirer la confiance des malades. Monsieur Amédée Boissière, un père de famille de 30 ans et demi, confie ainsi avoir soigné une esquinancie (une angine) en suivant les recommandations indiquées dans l’Avis au peuple[9].

Le bouche à oreille fait également beaucoup pour la confiance. Madame de Valerien de Merande, par exemple, une dame d’honneur de 49 ans (et trois mois !), écrit à Tissot sur les conseils de son amie Madame de Perron, dont le fils a été guéri par le médecin vaudois[10]. Madame Konauw a, elle, suivi les recommandations du capitaine Luternau[11], tandis que Monsieur Abraham Louis Friolet prend la plume parce que son médecin ordinaire, trouvant qu’il représentait un « cas extraordinaire »[12] l’a engagé à s’adresser au célèbre Tissot. Madame Petit Cazion s’est, quant à elle, vue recommander le médecin lausannois par une personne en qui elle a toute confiance, un certain Monsieur de L’âtre, qui lui a présenté le praticien comme le « plus grand medecin »[13].

 ***

 Mais la confiance est à double sens et si les malades pensent avoir trouvé en Tissot le médecin qu’il leur faut, reste encore à convaincre le grand praticien de prendre en charge leur cas. De ce point de vue, les stratégies sont multiples.

Il y a d’abord les louanges et les flatteries. On retrouve souvent, dans les courriers de malades, l’idée selon laquelle Tissot est un vrai « bienfaiteur », le « consolateur de l’humanité souffrante » son plus « vertueux ami ». Beaucoup de ses correspondants louent son âme « noble et compatissante » « qui ne s’interesse que du bien etre de ses semblables ». Outre ses qualités humaines, ils font également souvent état de ses qualités de médecin : on vante ses « sciences sublimes », ses connaissances supérieures, sa « capacité […] connue de tout le monde », son « expérience », ses « lumières » qui participent de sa grande réputation et de sa célébrité, voire même son « génie ». Monsieur Cranfurd parle même de sa vénération à l’égard du praticien dont il célèbre les qualités :

Je vous venere comme l’ami du genre humain, ayant toujours employé vos grands talents & connoissances pour son bien, en les occupant, non pas de vaines speculations & theories, comme bien de vos confreres, mais à la composition des ouvrages de pratique, solides & utiles, et qui portent les marques les plus evidentes de la philanthropie de leur auteur[14].

D’autres jouent sur des registres quelque peu différents, trouvant toutes sortes de moyens pour s’attirer la sympathie ou l’attention de Tissot. M. Gay tente sa chance en insistant sur son statut de « presque » compatriote de Tissot, « étant né dans le Pays de Gex, dans un village (Sauverny) qui confine à la Suisse par les Chavanes »[15], tandis que le Dr Frédéric Guillaume Klarich fait, lui, appel à la solidarité professionnelle : « j’aime mieux, me soumettre à vos bons conseils […] vous savez, Monsieur, combien la santé est importante à un médecin praticien »[16].

"Mains priant" d'Albrecht Dürer

« Mains priant » d’Albrecht Dürer

Mais l’un des recours les plus communs reste d’en appeler à la compassion du médecin, voire à sa pitié, en présentant son cas comme la plus malheureuse des situations. Monsieur Ousrard de Linière débute son mémoire ainsi en en appelant explicitement à la pitié de Tissot :

Sensible, comme vous l’êtes, aux maux qu’eprouve l’Humanité & par l’étendue de vos lumieres etant parvenu l’un des plus avant dans l’art precieux de les faire fuir ou des les ou soulager, J’ose m’adresser à vous Monsieur, Dans la douce esperance que vous voudrez bien prendre pitié d’un Malheureux qui à la fleur de l’âge (vingt & un an) est en proie, depuis plus de deux ans, aux progrès d’une Maladie aussi opiniatre que desctructive […] Mon unique espoir est en vous, vous regardant comme etant presque le seul qui puisse m’indiquer les vrais moiens qui peuvent operer ma guerison. J’ose esperer que ma triste situation vous touchera[17].

Monsieur Vauvilliers use d’un vocabulaire similaire pour convaincre Tissot de prendre en charge son cas : « Je suis digne de pitié », dit-il, « et comme tel j’ai droit de pretendre vous interesser » ; avant d’ajouter : « Après Dieu vous serés mon sauveur, car mon etat est pire que la mort »[18]. Madame Contrisson de Villié recourt à une pareille stratégie, insistant sur la mort certaine qui la guette si Tissot ne l’aide pas : « Si je n’étais pas soutenue par l’esperance que vous viendrés à mon secour, je m’abandonnerais entierement à ma cruelle destinée, qui je crois, finirait bientôt »[19] . Les malades prient, à proprement parler, Tissot de leur venir en aide : un certain Jean Frédéric Borel, homme de lettres de 21 ans, achève ainsi son mémoire de consultation sur cette prière : « Monsieur, je veux vous prier, s’il vous plait, avec l’aide du Seigneur, de me donner tout le soulagement possible »[20].

La confiance absolue que les malades expriment à Tissot peut même prendre la forme d’une adoration quasi divine, surtout lorsqu’un homme d’Église envisage de faire de la parole du médecin sa règle de vie, à l’instar de l’Abbé de St-Veran qui promet de suivre avec « docilité » l’avis de Tissot avant d’ajouter :

Je suis resolu de me regler desormais sur le sentiment d’un homme qu’un heureux genie a elevé au dessus des anciens prejugés. C’est dans cette vue que je prens la liberté de recourir à vos lumieres pour qu’elles soient desormais la regle de ma maniere de vivre[21].

Enfin, le dernier biais d’entrée en relation de confiance avec Tissot est la référence à ses ouvrages et notamment au fameux questionnaire rédigé par le praticien dans son Avis au peuple sur sa santé et présentant les « questions aux quelles il est absolument nécessaire de savoir répondre quand on va consulter à médecin ». Monsieur Lecoutre reprend ainsi ce canevas narratif dans la description des maux de son épouse, et ce dans le but explicitement énoncé de s’attirer les faveurs de Tissot :

C’est dans l’espoir, monsieur que vous voudrés bien faire quelques réflexions sérieuses sur son état et m’indiquer les moyens de lui procurer dès à présent quelque soulagement et d’opérer par la suite son entière guérison que je vais vous faire autant qu’il me sera possible et d’après votre indication dans l’avis au peuple, un détail de sa naissance, des progrès et des suites de sa maladie jusqu’à présent[22].

La confiance se gagne, d’un côté comme de l’autre, par un certain nombre d’efforts et de concessions. Loin de l’apparente soumission issue d’une relation hiérarchisée, les acteurs – malade comme médecin – établissent tous des stratégies pour s’assurer la confiance de leur partenaire. Confiance qui va permettre de voir apparaître le « dire vrai », que ce soit la vie du malade d’un côté ou le diagnostic du spécialiste de l’autre, mais qui en est également le résultat. Car c’est en disant le vrai, en exposant sa vie ou son travail, que l’on acquière la confiance de l’autre, celle-là même qui va ensuite permettre de plus « dire le vrai ».

C’est pour cela que, jusqu’à présent, je vous ai surtout parlé des autres, de mon travail, plus que de moi. C’était simplement le temps que s’établisse, entre vous, visiteurs habituels ou impromptus de la Villa, et moi, un rapport de confiance. Mais maintenant que le contact est établi et que la confiance, progressivement, s’est instillée, puis installée, je vais pouvoir vous en dire plus, vous en raconter davantage, et peut-être enfin respecter le pacte de réflexivité que j’ai tacitement signé en venant me loger pour le froid mois de février au creux de la Villa.


 

[1] Fonds Tissot, Bibliothèque antonale et universitaire de Lausanne (maintenant BCUL, FT), IS/3784/II/144.04.06.20, s.l., s.d., p. 01.

[2] BCUL, FT, IS/3784/II/144.02.07.26, Florence, 12 mai 1776, p. 04.

[3] BCUL, FT, IS/3784/II/144.02.01.18, Paris, 26 avril 1773, p. 02.

[4] BCUL, FT, IS/3784/II/144.02.01.13, s.l., juillet [1773], p. 01.

[5] BCUL, FT, IS/3784/II/144.01.09.20, s.l. s.d., p. 03.

[6] BCUL, FT, IS/3784/II/144.02.08.13, Besançon, s.d., p. 01.

[7] BCUL, FT, IS/3784/II/144.02.05.26, Orthez, 13 juin 1774, p. 11.

[8] BCUL, FT, IS/3784/II/149.01.07.05, Rochefort, 18 mai 1773, p. 01.

[9] BCUL, FT, IS/3784/II/144.05.07.02, Sèves, 3 janvier 1793, p. 03.

[10] BCUL, FT, IS/3784/II/144.03.03.14, Turin 4 octobre 1783, p. 01.

[11] BCUL, FT, IS/3784/II/144.02.03.03, Venlo, 26 janvier [1773], p. 01.

[12] BCUL, FT, IS/3784/II/144.02.07.04, Locle, 1er janvier 1776, p. 01.

[13] BCUL, FT, IS/3784/II/144.01.03.11, Bourbonnes-les-bains, 14 juillet 1769, p. 01.

[14] BCUL, FT, IS/3784/II/144.02.05.09, Naples, 28 octobre 1774, p. 03.

[15] BCUL, FT, IS/3784/II/144.02.02.09, Lyon, 21 janvier 1773, p. 01.

[16] BCUL, FT, IS/3784/II/144.01.09.08, Göttingen, 2 février 1772, p. 03.

[17] BCUL, FT, IS/3784/II/144.01.07.26, Le Mans, 12 août 1772, p. 01.

[18] BCUL, FT, IS/3784/II/144.02.04.26, Baville, 14 mai 1774, p. 08.

[19] BCUL, FT, IS/3784/II/146.01.01.02, Bar, 25 octobre 1783, p. 01.

[20] BCUL, FT, IS/3784/II/149.01.01.06, Mont de Couvet, 4 mai 1767, p. 03.

[21] BCUL, FT, IS/3784/II/144.01.07.35, s.l., s.d., p. 04.

[22] BCUL, FT, IS/3784/II/131.01, pp. 69-71, Bordeaux, 13 décembre 1774, p. 01.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *