Dire (vraiment et beaucoup) sa vie (de) malade

La maladie est indissociable du vécu du sujet malade, elle y est nécessairement intégrée, essentiellement reliée. Difficile quand je suis au lit avec la grippe de dissocier ma vie de malade de ma vie habituelle, ma vie normale. Il est donc tout aussi difficile, voire pratiquement impossible, de parler de sa maladie sans jamais aborder des bribes de son existence, sans jamais dire sa vie (tout comme il est difficile de parler de sa vie sans parler de sa maladie). C’est d’autant plus vrai lorsque l’on n’a pas l’occasion de rencontrer le soignant à qui on s’adresse, lorsque la consultation physique est impossible, pour des raisons d’argent, de difficultés de déplacement ou de distance, lorsque le seul moyen d’obtenir conseil reste la plume (ou aujourd’hui le clavier). Alors, autant en dire le plus possible afin d’éviter au maximum d’oublier des éléments qui pourraient être importants pour le diagnostic et donc pour le soin et l’apaisement. Pour se soigner, voire pour guérir, il importe, hier comme aujourd’hui, de dire sa vie et de raconter le vrai.

***

L’histoire du chevalier de Rotalier, un militaire de 45 ans en garnison à Lons-le-Saunier, qui écrit à Tissot le 1er octobre 1771 pour une collection diverse de maux, notamment poitrinaires, qui l’atteignent depuis quatre ans, mais qui depuis huit mois s’aggravent, est de ce point de vue assez exemplaire. Il aurait bien voulu se rendre à Lausanne pour consulter le renommé praticien en chair et en os, mais il en a été malheureusement empêché et a donc décidé de lui écrire :

J’ai differé jusqu’à present, Monsieur, d’avoir l’honneur de vous ecrire, dans l’esperance de pouvoir me transporter à Lausanne, mais j’en ai eté empeché par des raisons qui subsistent encore, et qui m’obligent d’avoir recours à une lettre pour vous prier de me donner vos bons avis.[1]

 Il faut dire qu’il commence à trouver son état « inquiétant » et qu’il prie donc Tissot de lui « dire le plus tôt qu’il [lui] sera possible ce [qu’il] en pens[e], et ce que [il] doi[t] faire »[2]. Pour présenter au mieux son cas, il se lance alors un récit détaillé de l’histoire de sa maladie et des maux qui le troublent. Récit qui débute par ces mots :

Il y a près de quatre ans que j’avais des chagrins qui m’affectoient beaucoup. Un jour étant assis près du feu, la tête appuyée contre la cheminée, je sentis tout à coup une douleur vive au dessous du téton gauche. Je me relevai avec precipitation, dès que j’eu changé d’attitude, la vivacité de la douleur fut dissipée, il ne me resta qu’un peu de maletre dans cette partie la qui dura encore quelques heures, et que j’ai ressenti depuis de tems en tems surtout lorsque j’avois la moindre inquiétude, et j’en ai eu souvent, ou lorsque je faisois des mouvemens des bras un peu forts ou continués longtemps comme pour faire du filet ou de la tapisserie et que je menois une vie sedentaire.[3]

Avant de se poursuivre sur sept longues pages où il rapporte tous les évènements de sa vie qui ont pu avoir, de près ou de loin, rapport avec l’amélioration, la transformation ou l’aggravation de son mal. À la fin de son long récit, il s’excuse d’ailleurs d’avoir été bavard et d’en avoir peut-être trop dit :

Je suis honteux de vous faire un si long verbiage, mais j’ai cru, Monsieur, qu’il valoit mieux vous en dire plus que moins[4].

La lettre devant ici se substituer à l’examen clinique, il faut en dire le plus possible, de la manière la plus exacte et la plus claire qu’il soit, quitte à tomber parfois dans la plus excessive exhaustivité.

***

Monsieur Lavergne par exemple, un homme de lettres de 57 ans résidant à Lyon, fait parvenir, entre mai et octobre 1772, six courriers à Tissot à propos de maux – principalement une agitation – dont il souffre depuis déjà plus de deux ans. Après l’envoi de deux mémoires de consultation, il rencontre au cours du mois d’août le médecin vaudois de passage à Lyon et obtient une consultation physique. Mais craignant de n’avoir pas eu l’occasion de tout lui dire, il lui écrit, le jour même de leur rencontre, une nouvelle lettre pour apporter davantage de précision sur ses ressentis. Constatant la persévérance de ses symptômes, il rédige à nouveau, le 9 septembre 1772, un courrier de quatre pages pour soumettre à Tissot ses interrogations et certaines analyses sur son propre cas développées notamment suite à la lecture récente d’un article du Journal Encyclopédique qui l’a beaucoup marqué et dont il envoie d’ailleurs un extrait avec son courrier. Il revient alors sur cette « maudite chaleur »[5] qu’il ressent aux bras et aux jambes et qui l’incommode tout au long de la journée, malgré les promenades, le repos et une attention toute particulière à son régime que lui avait conseillés Tissot. À la fin du courrier, qui ne présente finalement pas de réelles demandes de soin, il s’excuse de la longueur et de la précision de son récit par ces mots :

Pardon si j’ai de nouveau surchargé mes détails. Je crains toujours de vous laisser ignorer quelque chose[6].

Avant de finalement rajouter une longue description de son état en postscriptum ! Suivront encore une lettre et un mémoire complet de consultation concernant ce mal que le médecin a finalement identifié comme étant une fièvre nerveuse. La répétition des écrits est pour M. Lavergne, comme pour de nombreux malades, un moyen de décrire au mieux son état, d’éviter d’oublier quelques informations, et de donner autant de détails et de précisions que possible. Il s’agit de minimiser par la multiplication des mots la distance qui sépare effectivement le corps souffrant du malade du secours du médecin. Certains n’hésitent pas dans ce contexte à dire l’ensemble de leur vie.

***

Lettre de Mme de Disse (première page)

Lettre de Mme Bordenave de Disse (première page)

Pour décrire fidèlement son état, Madame Bordenave de Disse débute ainsi son récit, envoyé à Tissot en 1774, à sa naissance en 1741, puisque, comme elle le dit, « [s]es malheurs commencèrent avec [s]on existence »[7]. En effet, elle fut placée chez une nourrice qui n’avait pas de lait et qui l’a donc nourrie pendant quatre mois en lui faisant sucer des pommes. Après avoir ainsi frôlé la mort, elle eut une enfance « orageuse »[8] entre une mère sévère et une gouvernante qui la maltraitait. Elle était donc « malade et malheureuse » dès son enfance, faisant déjà l’objet de saignées, et elle ne parvenait à survivre que grâce à la gaieté de son caractère et à sa vivacité.

Elle rapporte ensuite un épisode au cours duquel elle s’est évanouie à la messe à cause d’un corset trop serré et certainement d’une déformation de la colonne vertébrale ; elle n’avait alors que neuf ans. Elle passa ainsi sa vie « entre les maladies, les remedes et quelques soulagemens »[9], jusqu’au moment où elle se maria, à l’âge de 19 ans. Veuve deux ans plus tard, elle fut malheureuse en veuvage comme elle l’avait été en mariage et « plus malade dans ces deux états que dans celui de fille »[10]. Le chagrin vint en effet alourdir les maux qu’elle avait hérités de son enfance et que venaient accroître « beaucoup d’autres », en particulier une « inflammation à la matrice » résultant d’une couche. Les douleurs au ventre causées par cette inflammation ne la quittèrent plus et elle pense donc que sa maladie actuelle résulte de ce premier problème gynécologique.

Le mal qui l’accable désormais est une enflure, apparue au côté gauche de son col en mai 1772 et qui s’est rapidement étendue vers les reins, le ventre et les membres inférieurs, avant de disparaître et de laisser place à des petits boutons sur l’épaule accompagnés de langueur et de coliques. Elle supporta, du fait de son tempérament, cette situation sans en parler au médecin jusqu’en octobre où l’enflure revint. Le praticien lui recommanda plusieurs traitements qui eurent différents effets, mais qui ne la guérirent point. Les symptômes restèrent similaires pendant des mois, et elle décida donc d’interrompre tous les traitements dont plusieurs lui avaient causée du trouble, et d’écrire à Tissot.

Madame Bordenave de Disse poursuit ensuite son courrier en décrivant son apparence physique, son mode de vie et son alimentation, précisant notamment que sa pratique de l’équitation l’incommode plus qu’elle ne la soulage, contrairement à ce qu’en dit Tissot dans ses ouvrages. Elle termine sa longue missive en affirmant être consciente que « la cure est impossible et le soulagement difficile », mais qu’à trente-quatre ans, elle ne peut guère « se déterminer à ne pas tenter quelque chose pour adoucir son état »[11] et demande donc au médecin lausannois de l’aider.

***

Ne sachant pas ce qui, dans leur vie, peut être source de maladies, ignorant autrement dit ce qui sera important pour le médecin, les malades préfèrent tout dire et tout décrire. L’exhaustivité vise à limiter l’ignorance des usages savants ainsi que l’affirment les premiers mots de la lettre que le Chevalier Marmont adresse à Tissot le 14 octobre 1772 pour introduire le long mémoire de consultation qui l’accompagne :

puis-je espérer Monsieur que vous voudrés bien dans vos moments de loisirs, répondre à la consultation que j’ay l’honneur de vous adresser : vous la trouverés sans art parce qu’elle n’est pas d’un hôme de l’art, elle ne présente qu’un journal des faits peutetre mal liés, mais qu’au moins j’ay présenté de mon mieux. La vérité m’a guidé scrupuleusement, j’aurai beaucoup dit sans doutte mais en ce genre je n’aurai peutetre point assès dit pour vous Monsieur qui voyés où les autres n’aperçoivent rien.[12]

Les malades se livrent donc tout entier dans leurs courriers. Ils décrivent, avec leurs propres mots et un certain courage, leurs états les plus intimes, leurs sensations les plus profondes et leurs sentiments les plus personnels. Ils écrivent ainsi cette vérité de leur corps et de leur vécu que nul autre à part eux n’est en mesure de connaître et encore moins de décrire. Autrement dit, en disant vraiment (et) beaucoup (de) leur vie, ils racontent au mieux leur indicible vérité.

 


[1] Fonds Tissot, Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, IS/3784/II/144.04.08.08, Lons-le-Saunier, 1er octobre 1771, p. 01.

[2] Ibid., p. 07.

[3] Ibid., p. 1.

[4] Ibid., p. 07.

[5] Fonds Tissot, Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, IS/3784/II/144.01.07.23, Lyon, 9 septembre 1772, p. 2.

[6] Ibid., p. 3.

[7] Fonds Tissot, Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, IS/3784/II/144.02.05.26, Orthez, 13 juin 1774, p. 01.

[8] Ibid.

[9] Ibid., p. 03.

[10] Ibid.

[11] Ibid., p. 10.

[12] Fonds Tissot, Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, IS/3784/II/144.01.07.27, Chatillon-sur-Seine, 14 octobre 1772, p. 01, nous soulignons.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *