Du courage

Il y avait quelque chose de l’involontaire, quelque chose du lapsus, quelque chose de l’ordre de l’indicible mais également du voulu, lorsqu’en recevant l’annonce du sondage j’ai voté pour « Dire le vrai ». Alors certes, la vieillesse et les témoignages m’intéressaient moins (quoi qu’on puisse finalement faire entrer les témoignages dans une pratique du dire le vrai, j’y reviendrai), mais davantage, dire le vrai m’excitait, m’allumait, me faisait déjà envisager un plan d’intervention, un programme de lecture, voire même une série de commentaires. Je me demandais quel(le)s hôtes seraient accueilli(e)s, comment je pourrais m’installer à leur côté sans mettre les pieds sur leurs plates-bandes de fleurs, sans pâlir à la lumière souvent intense de leur plume. Je me demandais surtout comment intéresser le lecteur pointu et toujours exigeant qui vient frapper aux portes de la villa. Je m’y voyais donc un peu, sans oser véritablement m’y croire. Et ce n’était pas la première fois. Souvent, d’un œil discret, en biais de mon écran principal, je suivais depuis mon Twitter les aventures des locataires. J’admirais souvent leur style, leur talent, leur audace, je doutais parfois de leurs affirmations, de leurs conclusions ou de leurs présupposés inassumés, je me passionnais toujours un peu pour la vie de cette communauté et de ces membres majoritairement Hypothétiques. Mais ce n’était pas pour moi. Faire de la vieille scientifique, établir des réseaux, construire des affinités, explorer ainsi les contours d’un champ de recherche, pourquoi pas, dans la mesure où ça arrivait lentement, un peu comme par hasard, à l’image d’une habitude qui s’incorpore doucement. Mais écrire, se décrire, s’écrire, s’afficher, présenter sa recherche dans un style autre qu’universitaire, avec du je(u) en plus (!), c’est autre chose. Alors quand « Dire le vrai » a finalement, à ma grande surprise, était choisi, et puis qu’Infusoir est venue me sollicité pour en être… je me suis retrouvé mal pris, proprement confronté. J’ai donc hésité, au moins en théorie, en façade, comme un enfant à qui l’on propose un bonbon mais qui n’est pas sûr d’avoir vraiment le droit de le prendre. Et ce, bien qu’il s’impatiente déjà de le déguster. Il ne fallait donc pas trop attendre. Et l’occasion de partager les lieux s’annonçait rassurante. M’y voilà donc, pour tout le mois de février, aux côtés de Mariedebriere !

Je l’ai dit, je n’aimais pas plus que ça les témoignages. Je vais donc cesser ici de raconter ma vie, de dire mon vrai, et je vais tout de suite profiter du réflexif inversé. Non plus me pencher sur moi pour comprendre comment mieux penser les autres, non plus réfléchir au vrai en me réfléchissant dans le miroir du récit, mais raconter comment se fait le vrai lorsque les autres décident, en toute réflexivité, de dire leur vie. Dans la continuité de mes recherches historiques et philosophiques sur l’expérience de la santé, je voulais voir, au cours de ces quatre courtes semaines à la Villa, comment à la frontière du langage comme de la vie, dans cette expérience liminale du discours et du vivant qu’est la maladie, le récit de soi peut devenir un outil de fabrication du vrai et par là même de transformation de l’existence. Il s’agirait donc d’explorer ces manières médicales par lesquelles on se fait sujet de sa propre existence en racontant le vrai et en disant sa vie. Autrement dit, de plonger dans l’histoire de la médecine et de la santé, pour y étudier les postures de vérité qui s’imposent à ses acteurs, mais aussi les stratégies de contournement et de résistance qu’ils établissent pour s’inventer et s’y affirmer autrement, notamment au moyen du « dire sa vie ». Concrètement, cela prendra la forme d’un voyage, d’une traversée qui nous conduira des confins de la Grèce antique et de sa relecture foucaldienne aux abords du XXIe siècle et de ses conflits déontologiques, en passant (et en nous arrêtant) par les vapeurs et les douleurs épistolaires d’un XVIIIe siècle aristocratique. Une aventure qui, comme toutes les aventures, ne demande rien d’autre qu’un certain courage – le courage d’oser tout d’abord poster ce premier billet, mais aussi et surtout ce courage propre à l’expression de la vérité dont je vous parlerai dès la prochaine fois.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *