D’un sujet qui tue

À VRAI dire, sur les trois sujets proposés cette année à la Villa, c’est le seul pour lequel j’ai voté non.

Dire le vrai, la vérité, toussa, c’est un sujet pour la reine des sciences me disais-je, pas pour nous autres besogneux chercheurs de l’empirique.

Alors quand le résultat est tombé, j’ai d’abord pensé que je n’en serais pas.

Mais en VÉRITÉ, j’ai une dette envers la Villa. Car je la squatte incognito depuis qu’elle héberge du réflexif. Je passe régulièrement, le plus souvent ma nuit tombée, et je lis sans rien déranger, de la pointe du regard, ce qui s’y écrit. Pour m’être une fois quand même fendue d’un commentaire, dans mon propre blog, j’ai définitivement signé mon intérêt pour l’entreprise et j’ai été repérée par les taulières. Finalement, malgré un thème que je ne trouvais guère excitant, j’ai choisi d’apporter mon écot-location cette année parce que j’aime beaucoup cette aventure de la Villa. Et puis les taulières aussi…

Du réflexif. De la vérité. C’est donc parti.

Je me présente : je m’appelle Marie, je suis sociologue et je travaille sur le cancer. Pendant un mois, je vais parler ici de cette maladie. Ça refroidit bien sûr. Mais ne partez pas tout de suite.

Il est VRAI que quand je rencontre des collègues qui travaillent sur – au hasard – le tourisme, le foot, le sexe, la science, la famille ou autres délices, je les envie un peu. Je me dis que ça doit être plus facile pour discuter en soirée, au bistrot, avec des potes, enfin dans la VRAIE vie quoi. Et toi Marie, tu bosses sur quoi ? Le cancer. Ah ouais d’accord… Et tes vacances, c’était bien ?

Les blagues de carabin m’étant interdites – je suis docteur mais pas médecin – je me dois en outre d’être sérieuse, autant que faire se peut, avec un tel objet. Le filon de l’humour pour rendre mon sujet discutable m’est ainsi interdit. Cela m’étonne toujours mais je rencontre quand même parfois des gens polis qui font un effort pour paraître intéressés. Ils se montrent intrigués : mais tu travailles là-dessus comme ça ou bien euh… c’est toi qu’as choisi ton sujet ? Aujourd’hui, je crois qu’on pourrait répondre facilement : non, c’est mon banquier. Car l’Institut National du Cancer (INCA) finance désormais un nombre important de travaux de sciences sociales consacrés au cancer.

Quand j’ai commencé ma thèse (sur la notion de Rémission en cancérologie, eh oui), l’Institut n’existait pas. En revanche, le sida constituait une menace sociale telle que la médecine seule ne pouvait la traiter : ceci est courant pour tout un tas de maladies mais là c’était tellement visible qu’on a fait appel massivement aux sciences sociales. Quasiment tous mes camarades de thèse au CERMES étaient financés pour travailler sur le HIV. Aujourd’hui, le rapport s’est totalement inversé. Il faut quasiment la vocation pour travailler sur le sida. À l’époque, c’était sur le cancer qu’il fallait l’avoir. Je l’avais.

Et tu commences à saisir, hypocrite lecteur, que pour traiter de concert réflexivité et vérité, je n’ai pas vu en février d’autre issue que te raconter deux choses de ma vie. Un, mon rapport à la vérité, deux, mon effort de réflexivité. C’est ainsi que – a priori car je m’accorde toute liberté de changer de programme dans une maison que je sais très accommodante –  je laisserai gravé dans le marbre de la Villa deux petits billets. Le premier sur « la » vérité sera intitulé « quand un survivant rencontre l’altérité », le deuxième sur « la » réflexivité qui se demandera « en quoi le fait que je me rajoute à mon sujet le modifie-t-il ? ». Ou peut-être dans l’autre sens, on verra bien. Voilà, maintenant il faut juste que je les écrive. Take care.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *