Qu’est-ce que ça fait la distorsion du récit historique?

NB : j’avais prévu un double billet, mais finalement il y en aura trois ; celui-ci, très court, dévoile où se trouve la distorsion. Le dernier reviendra, à partir du billet précédent, dans quelques jours sur l’histoire comme « littérature contemporaine » pour reprendre l’expression d’Ivan Jablonka.

La question qui devait m’occuper durant mon séjour à la @VillaReflexive aurait dû s’articuler autour des nouvelles formes du récit historique, et de l’étude d’une possible distorsion de ce récit destinée à « dire le vrai » autant que l’on peut le faire dans la discipline historique, mais par d’autres moyens que par les règles traditionnellement reconnues par tous. Comme cela était prévisible, le programme énoncé dans le premier billet ne s’est pas réellement déroulé tel quel. Tout simplement, parce que beaucoup d’autres interrogations m’ont occupé l’esprit durant ce mois de janvier, et aussi parce que quelques personnes m’ont aimablement suggéré qu’il faudrait mieux écrire ailleurs (« parce qu’il faut que tu LA finisses… »). Alors rapidement, je me suis dit que pour voir ce que cela faisait de distordre le récit historique à grand coup d’artifices, autant essayer moi-même.

lire et dire le vrai, janvier 2015, photo DR

lire et dire le vrai, janvier 2015, photo DR

Le précédent billet s’intitule « 5, passage Corbeau ». Dès le titre, des références littéraires sont perceptibles : le mot « passage » se trouve en effet dans un formidable livre de Paco Ignacio Taibo II, De Passage, même si ici le sens du mot est bien évidemment différent. C’est un livre que j’ai déjà évoqué, comme une source d’inspiration profonde, et qui mélange travail historique et éléments de fiction. Mais cela faisait également référence au Passage des singes  de l’écrivain Jean-François Vilar, récemment disparu : ce livre appartient à la série des aventures de Victor Blainville, là aussi une référence essentielle pour moi, tant j’y ai appris de multiples choses, du surréalisme à l’histoire du mouvement ouvrier international, de la photographie aux rues parisiennes, du plaisir du Chablis à la beauté parfois absurde de la vie. Mais il n’y a pas que dans le titre que de « petits cailloux » de mon for intérieur ont été négligemment déposés. Lorsque je relate le récit du policier Delvaux, la citation commence par le mot « nonobstant », et surtout ce que dit ce policier est en vérité assez stupide puisqu’il ne sait pas si le suicidé est celui que l’on retrouve dans d’autres rapports de police. C’est exactement ce qui arrive dans un livre formidable d’Ismaël Kadaré, le dossier H, où l’on retrouve un policier qui écrit des rapports les uns plus incohérents que les autres, en y ajoutant des formulations qui renforcent le caractère stupide de ces propos. Il écrit très souvent par exemple « Nonobstant… »… Ah, d’ailleurs le policier Delvaux, il faut y revenir. On trouve dans le dernier livre de Jean-François Vilar Nous Cheminons entourés de fantômes aux fronts troués un personnage du nom de Delvaux également. Je le sais, j’ai ouvert le livre au hasard, et j’ai décidé que mon policier à moi s’appellerait aussi « Delvaux ».

J’ai donc « inventé » toute cette histoire. Pour voir ce que ça fait la distorsion. Mais le plus important, ce n’est pas ça, c’est la suite qu’on retrouvera dans le prochain billet.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *