Peaky Blinders ou comment traverser une catastrophe

La Traversée des catastrophes de Pierre Zaoui occupe en ce moment une place importante dans mon travail. Il me permet, en particulier, d’aborder la question de l’analyse pratique des dispositifs qu’on met en place, et qui se mettent en place, pour traverser une période difficile de l’existence. Dans mon sujet de recherche, c’est l’expérience de la Première Guerre mondiale qui occupe une place centrale dans le parcours d’individus marqués par un engagement militant. C’est pourquoi, dans le cadre de ma réflexion menée ici sur « Dire le vrai ou comment distordre le récit historique », je souhaite évoquer une série télévisée qui évoque les conséquences collectives et intimes de la Première Guerre mondiale sur des individus, et peut apporter des éléments de réponse sur le thème abordé.

Peaky Blinders ou comprendre les effets du shell shock

Peaky Blinders est une série télévisée, diffusée par la BBC2, composée pour le moment de deux saisons de 6 épisodes. L’action se situe à Birmingham juste après la fin de la Première Guerre mondiale. Les Peaky Blinders sont le nom d’un clan criminel, centré autour de la famille Shelby, dont les trois frères ont participé aux combats sur le sol français. On suit les aventures de ces Peaky Blinders qui n’hésitent pas à utiliser la violence pour asseoir leur pouvoir sur des opérations criminelles dans la ville et alentours, tant en cherchant à gagner une forme de respectabilité dans le milieu des paris officiels sur les courses de chevaux.

Les souvenirs de la Première Guerre mondiale reviennent très souvent dans la vie des Shelby et de leurs alliés. Les trois frères ont en particulier du mal à faire face aux traumatismes engendrés par les années de guerre : l’aîné sombre dans un alcoolisme destructeur, le plus jeune est fasciné par les armes et l’utilisation de la violence. Quant au véritable chef du clan, Thomas Shelby, il affronte ses peurs venues de l’expérience des combats par une consommation régulière de drogues. Ces vétérans en reconstruction peuvent être perçus comme une forme figurée et fictionnelle du concept de brutalisation élaboré par l’historien George Mosse, à l’origine de nombreux travaux sur l’histoire de la Première Guerre mondiale. C’est du moins ce que j’ai ressenti en regardant les premiers épisodes de cette série, qui par bien des aspects, cherche à déconstruire les codes de la reconstitution historique : elle se base, certes, sur des faits réels et facilement identifiables, mais offre un traitement du récit historique qui sort des cadres traditionnels. C’est pourquoi, si on peut voir cette histoire comme une figuration de travaux d’historiens sur la Grande Guerre, on doit également nuancer son rapport à l’Histoire : très rapidement, le spectateur peut être tenté d’oublier la reconstitution du passé, qui dans bien des séries ou des œuvres cinématographiques peut se révéler ennuyeuse,  parce Peaky Blinders semble faire exploser un certain nombre des codes traditionnels du récit historique.

Mais avant d’aborder plus en détail cet aspect, il me semble important de mentionner que cette série anglaise offre une vision que l’historien-ne ou l’amateur d’histoire peut apprécier : ainsi les frères Shelby appartiennent durant leurs années de mobilisation à un régiment de tunneliers, dont on découvre petit à petit le rôle. J’avoue que je ne connaissais pas grand chose aux régimes de tunneliers ni que j’étais capable d’évaluer leur rôle dans les combats de la Grande Guerre. Plusieurs sites Internet m’ont permis de mieux comprendre leur implication, en particulier cet excellent site créé par l’historien Anthony Byledbal qui en fait son principal sujet de recherche. Les liens de camaraderie au front, et après guerre, sont aussi très régulièrement évoqués avec une acuité qui me semble équivaloir à tout autre témoignage de l’époque. On comprend également concrètement ce que les troubles comportementaux de guerre ont pu être pour de nombreux vétérans. Mais ce n’est pas tout.

Une vision prolétarienne de l’histoire ?

Parmi les anciens combattants qui sont les principaux personnages de la série, on peut suivre dans la 1ère saison l’itinéraire d’un camarade de Thomas Shelby qui est devenu communiste à cause de la guerre et qui tente, une fois démobilisé, de créer les conditions d’un renversement du monde. Là encore, ce personnage semble avoir une épaisseur inspirée de faits réels, avec la figuration de sa volonté de changer le monde par la révolution,  de son idéal de justice et d’égalité et de son sens du sacrifice. Aux côtés des agitateurs communistes, on peut suivre également les nationalistes irlandais qui, dans cette période de démobilisation, tentent d’obtenir l’indépendance de leur pays. Un autre personnage, au début peu visible mais qui est appelé à jouer un rôle de plus en plus important dans la série, montre que Peaky Blinders cherche à s’inscrire dans le vrai de l’histoire : Winston Churchill en personne !

Ce qui peut être fascinant ici, c’est encore l’inscription de la série dans un monde prolétaire marqué par les effets destructeurs de la guerre sur l’intime des personnages. Ce monde est d’ailleurs montré régulièrement de façon oppressante, violente et sombre. La ville industrielle ressemble à un monstre qui détruit les vies et broie les parcours. Une autre dimension me semble particulièrement intéressante également : celle de la relation entre militants politiques et monde criminel.

J’ai régulièrement pensé tout d’abord en regardant la série au livre de Dominique Kalifa, qui a lui-même expérimenté assez souvent de nouvelles formes de récit  historique, les Bas Fonds. Histoire d’un imaginaire, qui s’intéresse au monde interlope des villes, vu à travers les imaginaires sociaux. Mais, surtout le militant communiste et le leader des Peaky Blinders sont des anciens camarades de guerre, et au-delà de leurs divergences réelles, on perçoit d’une part la solidité des liens créés durant les combats, et leur proximité qui se poursuit après la guerre. Ce point me semble particulièrement intéressant à étudier en tant qu’historien. J’ai à deux reprises  perçu qu’il pouvait être enrichissant d’étudier les milieux proches de la criminalité au sens large pour mieux connaître l’ensemble du mouvement ouvrier : à Brest, ville prolétaire mais aussi marquée par des bas-fonds nombreux avec une population particulière, deux moments historiques montrent les possibles relations entre prolétaires et adeptes de l’illégalité. C’est le cas comme dans la série au sortir de la Première Guerre mondiale, mais aussi au moment des émeutes de 1935 où le pouvoir en place tente de discréditer les grévistes en les caractérisant comme des criminels.

L’explosion du cadre historique

Mais là où la série me paraît plus séduisante encore, c’est dans le traitement du rapport à l’histoire. Peaky Blinders n’est pas une série historique, car très rapidement le spectateur comprend qu’il est en face d’une fiction qui ne respecte pas la vérité historique.

En recherchant davantage de renseignements sur le contexte, je me suis rendu compte que si la série est basé sur un ensemble de faits réels, les auteurs n’ont pas hésité à mélanger les périodes avant et après la Première Guerre mondiale, s’arrêtant sur quelques aspects de la période, en niant d’autres, ce qui donne un substrat historique très séduisant, mais qui ne respecte pas la chronologie des événements que les personnages sont sensés avoir vécu. On a donc ici un formidable exemple de la distorsion du récit historique par la fiction. Mais cette fiction, comme j’ai essayé de le montrer rapidement plus haut, offre une vision du passé qui me semble également être parfois plus proche du réel que les travaux historiques. Ce paradoxe, au cœur de la réflexion ici menée, devra sans aucun doute être examiné avec davantage de rigueur dans les billets suivants.

Ce qui fait que Peaky Blinders n’est pas seulement une reconstitution historique se voit, ou plutôt s’entend, dès les premières minutes. La série est en effet très sonore avec une bande originale composée de titres de musique rock. Le générique est la formidable chanson de Nick Cave Red Right Hands qui permet dès les premières secondes de créer un climat particulier. Ensuite, la musique devient presque un personnage à part entière, tant les chansons choisies illustrent à merveille l’action. Ce sont des titres de Nick Cave, des Arctic Monkeys, des White Stripes qui sont ici utilisés de façon récurrente, donnant à la série une tonalité très rock. Je pense d’ailleurs que cette particularité est pour beaucoup dans la réussite de la série. Première Guerre mondiale, communisme, et rock’n roll, mais aussi hippisme, shell shock, etc., sont autant d’éléments qui ont fait que j’ai particulièrement apprécié cette série.

Mais il faut enfin aborder la première question que j’ai posée ici : comment traverse-t-on une catastrophe ? Pour apporter quelques éléments de réponse, il me faut expliquer que j’ai regardé au départ les premières minutes du premier épisode de la saison 2 pour  savoir si cette série valait le coup. J’ai été tout de suite conquis. En regardant cette toute première scène, on comprend qu’un des moyens de traverser une catastrophe peut être le sentiment amoureux, ou plutôt « l’événement amoureux » pour reprendre le terme que Pierre Zaoui utilise dans La Traversée des catastrophes. Je m’en voudrais de dévoiler en quoi consiste cette première scène de la deuxième saison, mais je veux juste dire que c’est une chanson de  PJ Harvey qu’on peut entendre, chanson que j’écoute aussi évidemment en terminant ce billet : « To Bring You My Love »…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *