On vient à peine de commencer

Revenir dans la @Villareflexive, c’est un peu comme entamer une nouvelle année : on y retrouve vite ses marques et, en même temps, on ne sait pas du tout dans quelle direction la vie va aller. En conséquence, on reste sur le pas de la porte, avant d’entrer pleinement et de dépasser le seuil. Il faut profiter de ce moment avant de franchir le seuil et de découvrir la nouvelle lumière des lieux. Parfois, on hésite un peu, parce que l’inconnu, cela fait toujours peur, mais peut-être, qu’encore une fois, la curiosité est la plus forte et nous pousse à avancer. Le thème pour cette année a été choisi collectivement, grâce à  l’initiative de Mélodie et Marie-Anne que je remercie encore pour leur accueil. Le sous-titre qui fera figure de ligne rouge durant tout le mois de janvier essaye de respecter les contours de ce thème : « Dire le vrai ou comment distordre le récit historique ».

La question du récit historique, et des nouvelles formes de narration qui en découlent, m’intéresse ces derniers temps. C’est sans doute l’effet des dernières lectures, comme le dernier ouvrage d’Ivan Jablonka,  L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, qui interroge justement les évolutions de la pratique historique, confrontée à l’existence d’autres formes de narration qui ont pour objet le passé. Dans cette situation de concurrence, la tentation de dépasser les formes du récit historique conventionnel est de plus en plus pressante. C’est donc ce que je voudrais essayer d’explorer durant mon séjour ici. L’enjeu de la réflexivité sera aussi bien présent puisque je n’aborderai que des exemples ou des expérimentations qui me sont directement liés. Ce sera per exemple le cas en parlant des formes nouvelles de narration historique, à travers l’exemple des webdocumentaires historiques et des écritures numériques, qui nécessitent une autre articulation et un rapport différent à la linéarité supposée du passé. Mais je parlerai aussi bien sûr  de Jaurès, des historiens Carlo Ginzburz et Philippe Artières, de l’étude de sujets polémiques en histoire, du livre de Thomas Bouchet Fruits défendus. Socialismes et sensualité du XIXe siècle à nos jours, ou encore de l’apport décisif de la littérature comme source d’inspiration. Sur ce dernier point, il me faudra revenir sur l’œuvre de Jean-François Vilar, récemment disparu. Ainsi, dire le vrai sera exploré sous quelques facettes qui me guident dans mon travail de recherche, qui peine d’ailleurs à voir le jour…

Aller vers le bleu, Brest, 29 décembre 2014, DR

Aller vers le bleu, Brest, 29 décembre 2014, DR

Tout cela semble pour le moment encore bien désorganisé, mais il ne faut pas oublier que je ne suis encore que sur le pas de la porte et que j’appréhende un peu de dépasser cette limite. C’est exactement  comme dans la vraie vie, où je sais que les chemins de cette nouvelle année seront encore imprévisibles. Ah, il faudra s’interroger, en outre, dans l’étude des formes du récit historique pour dire le vrai, sur le pourquoi et le pour qui on écrit. Sur ce dernier point, peut-être que les billets du mois de janvier ne seront en réalité écrits que pour une seule personne, il faudrait réfléchir davantage à la question…

Mais pour le moment, je crois que je vais ouvrir la porte.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Mélodie Faury dit :

    Benoît, c’est un grand plaisir de te retrouver ici, de te lire, de t’entendre presque !
    J’espère que tu retrouveras les objets et livres maintenant familiers de la Villa.
    Merci dès à présent pour cette porte presqu’ouverte dans laquelle nous sommes, je crois, plusieurs, à vouloir nous faufiler.
    La Villa génère des discours, des échos, dans d’autres lieux que celui-ci, peut-être réanimera-t-on les commentaires et les riches échanges associés, ici aussi ?

    Et que vivent l’imprévisible, l’incertitude porteuse, l’improvisation et l’exploration !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *