Féminin neutre @ Sciences Po Paris, Humanités Scientifiques, 2012-2013

Depuis deux ans, en collaboration avec Mélodie Faury, nous enseignons à Sciences Po (Paris, puis Reims). Nous y réalisons un cours qui permette aux étudiants de comprendre comment fonctionne la recherche, notamment la recherche en sciences naturelles. Quels sont ses financements, comment s’organise-t-elle, par quels conflits est-elle traversée, quels sont les faits marquants des dernières années qui ont changé les articulations entre science et société, etc.

Au cours de cet enseignement nous parlons souvent des chercheurs. Si nous donnons parfois des exemples précis de personnes, nous évoquons souvent des chercheurs de façon impersonnelle, évoquant leurs attitudes typiques, leur façons de travailler, les enjeux auxquels ils font face. Et pour cela, à l’occasion du cours à Paris, en français, nous avons fait le choix d’adopter le féminin comme genre de l’impersonnel. A défaut, notre chercheur sera donc une chercheuse, une directrice de recherche, une doctorante, une étudiante, une technicienne, etc.

Ce choix n’est pas particulièrement militant. Il est simple à faire. Il est presque anecdotique. Quelles en sont les conséquences? Difficile à dire. Nous pouvons seulement dire que nous avons observé un regard étonné de nos étudiants et un regard plutôt souriant de la part de nos étudiantes. Est-ce que cela les as incitées à prendre plus la parole? Peut-être. Est-ce que cela les a incités, hommes et femmes, à envisager que la recherche était aussi faite par des femmes? Peut-être.

Du moins, cela permettra d’éviter des situations que nous avons vécues lors d’enseignement (en anglais) ou nos étudiants de master devaient jouer des saynètes d’entretiens d’embauche pour un stage. Tous, hommes et femmes, s’étaient projetés face à un directeur homme. Alors que tout le texte ne donnait aucune indication de genre…

Comment s’y prendre pour les enseignements que nous effectuons désormais à Sciences Po Reims, en anglais? L’année dernière nous avons donné comme exercice d’écrire un dialogue entre un ou une ministre de la recherche et une chercheuse. Tous les étudiants, hommes et femmes devaient se mettre dans la peau d’une chercheuse. Même si parfois rien de genré ne ressortait, là encore, nous avons incité à envisager que la recherche scientifique puisse être réalisée par des femmes!


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *