La légendaire tendance des femmes à l’autocensure

Dans ce nouveau billet anecdotique, j’aimerais partager avec vous une expérience rapportée d’Allemagne, où je travaillais il y a quelques années dans un institut de recherche. En France, les physiciennes ne sont certes pas légion, mais elles existent, y compris dans les institutions les plus prestigieuses, elles sont visibles, font carrière et accèdent même parfois à des postes de direction. Dans mon laboratoire allemand, nous étions peu nombreuses, toutes jeunes et précaires, presque toutes étrangères.

Un jour, le directeur de l’institut convoqua tout le personnel. Même pour l’Allemagne, le message avait un caractère solennel. Notre institut faisait partie de la société Max Planck, un réseau national d’instituts de recherche éparpillés dans tout le pays. Le  mandat du représentant de notre institut au conseil scientifique de la société Max Planck prenait fin, et il nous fallait élire un remplaçant. Notre directeur, orateur charismatique, nous présenta si bien les enjeux de la fonction que nombre d’entre nous n’avions qu’une envie : postuler. De plus, à la fin de son discours, il ajouta sur le ton de la confidence que sa hiérarchie faisait pression pour que le représentant soit une représentante, la société Max Planck étant régulièrement pointée du doigt pour son faible taux de féminisation. Il présenta ensuite les conditions nécessaires pour postuler : un bon niveau d’allemand, des qualités humaines dont je ne me souviens plus le détail et surtout, une perspective de trois ans d’emploi au sein de la société – mon contrat de deux ans m’écartait donc de la course. A la fin de la séance, il sonda l’auditoire pour savoir qui était intéressé. Cinq mains d’hommes se levèrent et le directeur fronça les sourcils. Il avait fait un effort pour tendre la main aux femmes et aucune d’entre nous ne se manifestait ! Je lui ai alors demandé publiquement s’il existait au département au moins une femme éligible. Il n’avait pas vérifié mais promit d’envoyer le lendemain la liste des personnes autorisées à postuler, ce qui fut fait. La liste ne comportait évidemment que des noms d’hommes. « Vous voyez bien, triomphai-je auprès de mes collègues, il va falloir changer les règles du jeu si l’on veut qu’il devienne plus égalitaire ». Le directeur m’avait convaincu de sa volonté sincère de faire élire une femme; je m’attendais donc à la parution d’une nouvelle liste basée sur des critères moins discriminants. Mais non. Les règles restèrent les règles et nous allâmes voter pour un énième représentant masculin.

Cette histoire a quelques années maintenant, et je suis certaine que si l’on demande à quelqu’un de la raconter, il dira simplement qu’aucune femme ne s’est présentée. Cela viendra s’ajouter à toutes les statistiques selon lesquelles nous nous censurons plus que les hommes et avons moins d’ambition. Depuis, je me méfie terriblement de la notion d’autocensure. Il me semble qu’elle est très souvent avancée pour expliquer l’évaporation des femmes entre le début d’une carrière de recherche et l’accès aux postes à responsabilité, mais je n’ai jamais lu de travaux qui étayent solidement cet argument. Je suis curieuse de lire toutes vos références et vos cas de témoignages d’autocensure vécus, observés ou rapportés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *