Recherche biomédicale : quel est le sexe des sujets ?

En 2010, plusieurs courts articles [1-3] publiés à la suite d’un éditorial [4] dans le journal Nature alertent sur la nécessité de prendre en compte davantage de femmes et de sujets femelles dans les études cliniques et dans la recherche biomédicale.

A titre d’exemple, dans les études publiées en 2004 dans 9 des principaux journaux de recherche médicale, seulement 37% des sujets sur lesquelles les recherches sont réalisées sont des femmes, et seulement 13% analysent les possibles différences liées au sexe des sujets. De même, alors que les femmes développent davantage d’accidents vasculaires cérébraux que les hommes, seulement 38% des études avec des animaux utilisent des femelles.

Dans quelle mesure est-il important de prendre en compte le sexe dans les études biomédicales ? De nombreuses maladies ne se manifestent pas de la même manière chez les hommes et les femmes. Par exemple, les premiers symptômes des maladies coronariennes chez les femmes (fatigue, douleurs du dos, du cou ou de la mâchoire) sont considérés comme inhabituels et peuvent ainsi amener à un diagnostic tardif. Les femmes et les hommes répondent aussi différemment aux traitements médicaux. Une étude en 2005 a montré que les médicaments qui sont absorbés, métabolisés et dégradés différemment par les hommes et les femmes ne font pas l’objet de prescription différenciée. Selon les auteurs, cela pourrait expliquer pourquoi les femmes développent 1.5 fois plus de réactions négatives à des médicaments que les hommes.

Ce biais peut être « justifié » par le fait que les femelles présentent intrinsèquement plus de variabilité, en raison de leurs cycles hormonaux. Si cette variabilité commence à être remise en question, elle ne constitue en rien une raison éthiquement acceptable.

Références (malheureusement la plupart en accès payant)
Sex bias in trials and treatment must end. A.M. Kim et al. Nature. 2010.
Pregnant women deserve better. F. Baylis. Nature. 2010
Males still dominate animal studies. I. Zucker & A. K. Beery. Nature. 2010.
Putting gender on the agenda. Nature, 2010.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *