Peer-review : encore un biais d’évaluation ?

Pour être recruté(e), comme pour avancer dans sa carrière, il faut publier. La procédure de publication inclue une étape de relecture par les pairs,  peer-reviewing, sur laquelle se base l’éditeur pour accepter ou non la publication. Pourrait-il y avoir une discrimination de genre à cette étape ? Cela paraît peu probable, et pourtant.

Le journal Behavioural Ecology, en 2001, a changé sa procédure de relecture : celle-ci est devenue « doublement anonyme », c’est-à-dire que le relecteur ne connaît pas le nom des auteurs, et réciproquement. Une étude [1] a été menée sur les publications passées par la procédure avant 2001, c’est-à-dire avant anonymisation, et après changement de procédure. Il s’avère qu’après 2001, le nombre d’articles publiés a globalement augmenté, et cela pour les articles avec un premier auteur homme ou femme. En revanche, cette augmentation a été significativement plus importante pour les auteurs femmes que pour les auteurs hommes : la proportion d’articles avec une première auteure  a augmenté de 8% (et celui avec un premier auteur homme a ainsi diminué de 8%). Une telle évolution n’a pas été observée sur la même période pour d’autres journaux qui n’anonymisaient pas les articles relus.

Pourquoi la plupart des journaux refusent-ils aujourd’hui de passer en double-anonyme ? Plusieurs raisons sont invoquées, comme le besoin de vérifier les autres travaux réalisés précédemment par les auteurs… Mais aucun doute que cela laisse toute la place à des discriminations inconscientes comme à des rivalités ou stratégies de réseau. Cela laisse songeur.

 

Référence
[1] Double-blind review favours increased representation of female authors. AE Budden et al. Trends in Ecology & Evolution. 2008


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *