Epistémologies féministes, par Elsa Dorlin

Dans « Sexe, genre et Sexualités » [1], Elsa Dorlin évoque les « épistémologies féministes ». Dans quelle mesure peut-on penser, croire, vérifier que la recherche faite par des femmes peut être différente de celle faite par des hommes ? Ou plus largement par telle ou telle communauté ethnique, sociale, culturelle ? Plus généralement, cela touche au concept de l’objectivité en sciences. E. Dorlin raconte que depuis les années 1980, de nombreuses scientifiques ont questionné le concept d’objectivité, aboutissant à une refondation de ce concept.

E. Dorlin commence par illustrer ce questionnement avec un exemple tiré des recherches d’Evelyn Fox Keller, physicienne et philosophe des sciences, sur le rôle des métaphores genrées dans l’activité scientifique. Jusque dans les années 1980, la fertilisation de l’ovocyte par le spermatozoïde était scientifiquement, « objectivement » décrite comme un processus où l’ovocyte, passif, accueillait, se laisser pénétrer par le spermatozoïde, entité active qui devait creuser la membrane, activer le programme de développement, etc… Les recherches sur le rôle de l’ovocyte ont été initiées seulement dans les années 1980 (alors qu’elles étaient techniquement possible dès les années 1930) par une femme. Fox Keller cherche ici à montrer qu’un point de vue féministe contribue à enrichir la recherche, participe à une science plus « objective ».

Les travaux sur l’objectivité ont été largement développés par Sandra Harding, qui propose le concept d’ « objectivité forte » : en reconnaissant que la science a une dimension subjective irréductible, il ne s’agit pas de nier la valeur des connaissances produites, mais de situer ces connaissances, et d’expliciter le point de vue selon lequel elles sont élaborées. « une véritable objectivité en science implique que les positionnements politiques des scientifiques doivent être « conscients et explicites quant à leur caractère historiquement et socialement situés ». Cette notion de situation, de « savoirs situés » est également repris et développé par Donna Haraway [2]. Une telle définition de l’objectivité forte a une 2ème implication : pour une science plus riche, plus pertinente, il faut multiplier les points de vue, en mettant en pratique une science démocratique. Ces épistémologies féministes invitent donc à une pratique de recherche plus réflexive, et plus démocratique.

 

— Références
[1] Sexe, genre et sexualités. Elsa Dorlin. 2008
[2] Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective. Donna Haraway.1988.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *