Un biais de recrutement ?

Une étude parue en 2012 dans le journal PNAS a posé la question suivante : le dossier de candidature d’un étudiant est-il évalué de la même manière s’il porte un prénom masculin ou féminin, John ou Jennifer ?

Un même dossier, d’un-e étudiant-e candidatant pour un poste de « laboratory manager » (qui gère l’équipement et le matériel, les consommables, etc… d’un laboratoire), a été présenté à 127 professeurs aux Etats-Unis, dans plusieurs disciplines (biologie, physique, chimie), avec le prénom masculin ou féminin attribué au hasard. Les professeurs devaient alors noter les compétences du candidat entre 0 et 5, et proposer un salaire. L’étude révèle que le dossier avec un nom féminin a reçu une note moyenne inférieure à celui avec un nom masculin (3.3/5 vs 4/5), et s’est vu proposé un salaire moins élevé (26 k$ vs 30k$). Il est intéressant de remarquer que ces différences sont valables pour les professeurs hommes comme les femmes.

Quelles interprétations proposer, quelles conclusions tirer ? Que proposer ? Cette étude a le mérite de mettre le doigt sur des choses dont nous pouvons avoir l’intuition, et de les mettre en évidence de manière quantitative. Quand ces biais sont inconscients, vraisemblablement socialement construits, de telles mises en évidence sont précieuses. Elles constituent un argument important pour ensuite chercher à mettre en place, non des stratégies de discrimination positive, mais par exemple des procédures de recrutement qui invitent à être plus transparents, à expliciter davantage de critères.

Nous discutons régulièrement cette étude dans le cadre de nos formations. Elle provoque de la surprise chez les étudiants, pour qui le biais de genre dans la communauté scientifique reflète plutôt des phénomènes d’auto-censure chez les femmes, ou des difficultés de combiner carrière professionnelle et vie familiale. Les étudiants sont ainsi amenés à questionner leurs propres attitudes, et à prêter attention au biais de genre sous un autre angle.

Référence :
Science faculty’s subtle gender biases favor male students. C. Moss-Racusin et al. PNAS. 2012


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *