« Luna, la déesse » et « Dame belette » – traduction et trouble dans le genre

« En lithuanien, on dit ‘la soleil’. Je pense que ça pourrait être l’occasion d’un post très édifiant de votre part ». C’était la remarque d’un lecteur, sur le site de Pierre Assouline, lorsque ce dernier avait consacré un billet à la nouvelle traduction de Moby Dick, traduisant « [sperm] whale » par « cachalot » – suite à quoi la question s’était posée : Moby Dick, changeant de genre, avait-il changé de sexe ?

Le lecteur de Pierre Assouline estimait que la question était « franchouillarde », parce que « une baleine mâle et un cachalot femelle, ça existe aussi ».

Biologiquement, certes.

Mais le genre grammatical de la bestiole, ou de l’entité non-humaine (astre, objet, plante…) est-il si indifférent que cela ?

Non, et la preuve. Ce billet se posera la question du genre grammatical comme support d’allégories genrées, en littérature. En d’autres termes, on n’écrit pas le même texte sur le soleil et la lune selon qu’on dit « le soleil » ou « la soleil », et la Belette de la fable ne se comporte pas exactement de la même façon selon qu’elle est « Dame belette » ou « schlaues Wiesel ».

* « Luna, la déesse, et Sol, le Dieu »

Dans le cycle La Mer du Nord, Heinrich Heine reprend dans le poème « Coucher de soleil » (Sonnenuntergang) en forme d’apologue, cette allégorie très courante : celle de l’amour impossible de la lune et du soleil – dans le poème de Heine, cet amour, jadis conjugal et épanoui et ayant résulté dans la naissance des étoiles, enfants des deux astres, cet amour donc a été brisé par les « mauvaises langues », et la pauvre lune, toujours éprise de son mari qui maintenant la repousse, est condamnée à supplier en vain son solaire époux.

L’une et l’autre figure sont on ne peut plus genrés. La lune est femme (ou la femme est lune ? ça ne serait pas la première fois que l’on associe les deux)

 

Mais la nuit,
Dans le ciel, erre Luna,
La pauvre mère,
Avec ses enfants orphelins les étoiles,
Et elle brille d’une douleur muette,
Et des jeunes filles amoureuses et de doux
Poètes lui dédient leurs larmes et leurs chants.

La tendre Luna ! Femme par nature,
Elle aime encore son bel époux.
Vers le soir, hésitante et pâle,
Elle le guette derrière de légers nuages,
Et lui qui s’en va, elle l’observe, douloureusement,
Et elle voudrait craintive l’appeler : « Viens !
Viens ! les enfants te réclament – »
Mais l’entêté Dieu soleil,
À la vue de son épouse, il rougeoie
D’une pourpre redoublée,
Par le mépris et la douleur,
Et impitoyable il se presse de descendre
Au fond des flots dans son froid lit de veuf.
(Ma traduction)

 

Aber des Nachts,
Am Himmel, wandelt Luna,
Die arme Mutter,
Mit ihren verwaisten Sternenkindern,
Und sie glänzt in stiller Wehmut,
Und liebende Mädchen und sanfte
Dichter Weihen ihr Thränen und Lieder.

Die weiche Luna! Weiblich gesinnt,
Liebt sie noch immer den schönen Gemahl.
Gegen Abend, zitternd und bleich,
Lauscht sie hervor aus leichtem Gewölk,
Und schaut nach dem Scheidenden, schmerzlich,
Und möchte ihm ängstlich rufen: „Komm!
Komm! die Kinder verlangen nach dir –„
Aber der trotzige Sonnengott,
Bey dem Anblick der Gattin, erglüht’ er
In doppeltem Purpur,
Vor Zorn und Schmerz,
Und unerbittlich eilt er hinab
In sein fluthenkaltes Witwerbett.

Très bien, me dira-t-on, allégorie de la poursuite amoureuse de la lune et du soleil, la lune étant féminisée, le soleil masculinisé. Pas de quoi en faire « un post très édifiant ».

Sauf qu’en allemand, les genres grammaticaux de la lune et du soleil sont différents. La lune : der Mond, masculin ; le soleil : die Sonne, féminin. Et la construction de l’allégorie suppose (sauf à avoir une théorie queer que je soupçonne ne pas être celle de Heine) que le genre grammatical soit identique au genre de l’allégorie. Autrement dit, il est difficile dans le système de Heine de tenir un poème sur « le soleil, femme par nature », mettons.

D’où l’expédient auquel a recouru Heine : afin de prévenir une discordance entre genre grammatical et genre de l’allégorie, il a d’une part désigné l’un et l’autre astre par « le dieu », « la déesse », et d’autre part il leur a donné un nom propre, qui est en fait le substantif latin devenu nom propre par la grâce de la majuscule. Donc : Luna, die Göttin, und Sol, der Gott ; « Luna, la déesse, et Sol, le Dieu ».

Qu’est-ce que cela engage pour la traduction ? Pas grand chose, parce que le poème est rédigé de telle sorte à ce que les mots mêmes qui désignent en allemand la lune et le soleil soient escamotés – pas une fois on ne lit der Mond et die Sonne qui auraient semé un trouble dans le genre non souhaité par le poète. Le traducteur en la matière peut se contenter de reproduire le système genré de l’allégorie : « Luna, la déesse » ; « la pauvre mère » ; « la tendre Luna » ; le « lit de veuf » du soleil.

* Dame Belette – du genre des animaux des Fables

 (message de service à l’intention des éditeurs de sites web: citez le nom des traducteurs! aucun des traducteurs des textes allemands qui figurent dans les liens qui suivent.)

Chaque fable animalière de La Fontaine donne des exemples de la façon dont le genre grammatical qui peut sembler arbitraire (un renard et pas une, une souris et pas un, etc.) est significative dans la construction de l’identité de genre, si l’on veut, des animaux concernés. « Dame belette » est une dame, et ne saurait être monsieur Belette. « Compère renard » est un monsieur. Etc.

D’où le problème conséquent, pour les traducteurs, lorsque le genre grammatical varie dans la langue cible. La belette : genre féminin. En allemand das Wiesel : neutre. La cigogne : der Storch, masculin. Dans une fable comme « Le chat, la belette et le petit lapin », les marques genrées des animaux abondes. La belette est une dame : « Dame belette », « Madame la belette », « La Dame au nez pointu ». Le lapin un jeune monsieur sot : « Jean lapin », « maître et Seigneur », « De Père en fils ». Le chat : un monsieur, et qui plus est, un moine : « un saint homme de chat, bien fourré, gros et gras ».

Avant que de trouver finalement une traduction allemande de cette fable, je me suis dit au préalable que le traducteur avait devant lui un sacré défi : conserver cette caractérisation genrée des animaux, en accord avec le genre grammatical des mots qui les désignent, et ce alors qu’en allemand, pour faire simple, on a

La belette à das Wiesel (neutre)

Le petit lapin à die Hase (féminin) ou das Kaninchen (neutre ; se dit plutôt pour les animaux de compagnies)

Le chat à die Katze (féminin. Existe un masculin : der Kater)

J’ai trouvé en ligne une traduction, malheureusement anonyme, de cette fable  – je ne la reproduis pas in extenso ici, mais en un mot :

– le traducteur, pour « le petit lapin », choisit « Kaninchen », qui évite le féminin « Hase ».

– la belette est traduite en accord avec le bestiaire par « das Wiesel » ; elle n’est plus féminisée au point où elle l’était chez La Fontaine. « Dame belette » v2 devient « das schlaue Wiesel » (le rusé belette, mettons, pour rendre l’effacement du féminin).

– le chat : dans le titre, c’est le générique (et féminin) « die Katze » qui est utilisé, mais c’est le masculin « Kater » qui est employé dans la fable même. Je cite ici la traduction des v. 32-35 :

C’était un chat vivant comme un dévot ermite,
Un chat faisant la chattemite,
Un saint homme de chat, bien fourré, gros et gras,
Arbitre expert sur tous les cas.
Dies war ein Kater, der an tief verborgnem Platze
behaust war, eine falsche Katze,
ein Katzenheiliger, recht feist und alt,
der als ein kluger Richter galt.

Le traducteur oscille entre le masculin « Kater » et le générique « Katze », qui est employé dans « ein Katzenheiliger », qu’on pourrait traduire par « un saint chat » ; se succèdent ainsi une première occurrence au masculin, une première relative au masculin, deux apposition, l’une au féminin l’autre au masculin, et une deuxième relative, masculin toujours.

L’emploi de « Kater » a permis au traducteur de conserver le genre grammatical masculin comme support du portrait du chat en prélat – la féminisation de la belette est quant à elle passée à la trappe. Des solutions pourtant auraient été possible : un « Frau Wiesel », par exemple, même si, le substantif désignant l’animal en question étant par ailleurs un nom de famille, l’effet aurait été brouillé.

Autre cas de figure dans les traductions allemandes des Fables disponibles en ligne : ici, « Le Renard et la Cigogne » , traduit par « Der Fuchs und der Storch ».

 Cette traduction certes gomme la distinction entre « compère Renard » et sa « commère » la cigogne, en utilisant pour les deux animaux « Gevatter », équivalent de compère. Du coup, l’ambiguïté dans le rapport des deux animaux – chez La Fontaine, le renard est un « galant », ce mot n’a pas d’équivalent en allemand – tend à s’atténuer : ce sont deux camarades rivaux qui s’entrhumilient.

Un dernier cas : la fable « Le Chat et un vieux rat ». Le chat y est portraituré en terrible combattant, humanisé par plusieurs comparaisons avec des figures guerrières telles qu’Attila, Alexandre. Singulièrement, l’auteur de cette traduction n’a pas utilisé le générique « Katze », et préféré clairement masculiniser ce chat, conservant ainsi la comparaison (Attila et Alexandre sont convoqués, dans un ordre différent), l’emploi d’un genre grammatical féminin ayant paru impossible – en transposant en français, une souris, une belette, une chatte seraient à la limite des Bradamante, mais pas des Alexandre et des Attila.

Il y a des baleines mâles et des cachalots femelles, certes. Mais les poètes fondent sur le genre grammatical la caractérisation des animaux, autant que sur les attributs anthropomorphes (le renard et la belette sont tout deux rusés chez La Fontaine, mais le premier est Maître Renard et la seconde Dame Belette). Il y a de quoi non seulement écrire des posts édifiants, et également donner du fil à retordre aux traducteurs.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *