Du sexe, ou du genre, de Moby Dick

Quel est le sexe de Moby Dick ? Voilà la question qui a animé la réception de la traduction du roman de Melville par Philippe Jaworsky à sa parution en 2006. Puisqu’en effet, Moby Dick, qui est en anglais a whale ou a sperm whale, était en français chez Giono et Armel Guerne une baleine, là où dans la traduction de Jaworsky c’est un cachalot. La construction symbolique du roman peut tenir à des détails comme celui-ci. Pour autant, la visibilité donnée par les chroniqueurs à cet aspect (du reste souvent grossièrement) de la traduction de Jaworsky tend à masquer l’ampleur des enjeux de cette traduction nouvelle. En d’autres termes, le mauvais genre de Moby Dick a accaparé l’analyse – parce que, peut-être, les questions de genre, ou de sexe, étaient les plus visibles, les plus familières, à un public non spécialiste des questions de traduction.

C’est donc avec le cas de Moby Dick, mâle cachalot ou femelle baleine, que je vais entamer la série des billets de ce mois dans les Espaces réflexifs.

Un mot tout d’abord d’un excellent article d’Isabelle Génin, dans la revue de traductions Palimsestes, intitulé « La baleine blanche a mauvais genre ». C’est de cet article que je tire les analyses de ce présent billet.

Un point d’abord sur le texte anglais. D’un point de vue de l’espèce biologique : Moby Dick est a sperm whale, un cachalot. La nuance est importante à plusieurs titres, à commencer par le comportement général de la bestiole. Manifestement – je me fie à Isabelle Genin, n’ayant nulle compétence en cétologie – Moby Dick a le comportement d’un vieux cachalot mâle, vivant en solitaire, particulièrement recherché à l’époque de Melville pour la substance blanche que contient sa tête (d’où l’anglais : sperm whale), et n’ayant pas de fanons, mais une puissante mâchoire dentue, laquelle peut briser le canot des baleiniers qui le harponnent.

Quant au sexe et au genre de Moby Dick, ça se complique. Il s’agit manifestement d’un cachalot mâle, mais les pronoms personnels employés dans le roman varient. Il est d’usage en anglais d’utiliser pour les animés non-humains le pronom neutre it ; cependant Melville le plus souvent utilise le pronom masculin he, et occasionnellement le féminin she. Isabelle Genin distingue dans ces pronoms des nuances : she est utilisé selon elle davantage lorsque Melville emploie le langage des pêcheurs et renvoie à l’espèce animale en général, sans singularisation de cette bête en particulier ; le pronom he en revanche s’accompagne d’une personnification de Moby Dick, perçu comme l’ennemi personnel d’Achab – c’est un duel de grands mâles, si l’on veut.

Pour résumer : dans le texte original en anglais, s’il est à peu près certain que Moby Dick est de sexe mâle, son genre, d’un point de vue grammatical, est fluctuant ; cette fluctuation est absolument significative.

Qu’en est-il pour les traducteurs en français ? Selon Isabelle Genin, la « traduction [des pronoms] en français est, elle, soumise aux contraintes du genre grammatical du nom auquel ils renvoient » : si le traducteur fait de Moby Dick une baleine, alors le pronom sera féminin ; si c’est un cachalot, il sera masculin. Je ne serais pas aussi décisive qu’Isabelle Genin sur ce point précis : dans la mesure où une bonne part du travail de Melville consiste à désigner un animal par des pronoms non neutres, mais genrés, et contradictoires, il me semblerait intéressant d’envisager de bousculer un peu les habitudes françaises et d’alterner dans les pronoms. Après tout, on pourrait imaginer l’histoire d’une souris mâle, qu’on appellerait, mettons, Robert, et qu’on désignerait par « elle » (la souris) ou « il » (Robert). De même pour Moby Dick. Mais ce disant, je spécule, et l’écriture de Melville m’est trop méconnue pour que je parle en absolue connaissance de cause.

Enfin toujours est-il qu’Isabelle Genin affirme une règle traductive à laquelle les quatre traducteurs (ou groupes de traducteurs) de Moby Dick n’ont pas dérogé : tous font découler du choix de l’espèce (baleine ou cachalot) le choix du genre grammatical.

Et à ce titre : la réception de la traduction de Jaworski pourrait donner l’impression d’une traduction découvrant soudain que Moby Dick est un cachalot. Or Jaworski, pour cette question-là, n’innove pas : Armel Guerne l’avait précédé. La traduction d’Armel Guerne, publiée en 1954 et rééditée chez Phoebus en 2005, opte donc pour un cachalot, grammaticalement masculin. Isabelle Genin écrit :

En 1954, Armel Guerne débarrasse Moby Dick de son mauvais genre et traduit sperm whale par cachalot et White Whale par Cachalot Blanc (exemple 1). Pour le whale générique, il a recours à cétacé : « Le cétacé dégénère-t-il ? » (titre du chapitre 105, AG, 1981 [1954] : 520).

Si la traduction de Jaworski a surpris par l’usage du mot « cachalot », par le genre masculin, et par l’ensemble des connotations qui s’y rattachaient (j’y reviens), c’est parce que la traduction d’Armel Guerne, bien que rééditée l’année précédant la parution de celle de Jaworski dans la Pléiade et en poche, n’avait jamais supplanté la toute première traduction, celle de Jean Giono, Joan Smith et Lucien Jacques. Quoi qu’élidant des parties entières du texte de Melville et largement réécrite, c’est cette traduction qui a permis à Melville de trouver un lectorat français, et qui a permis au mythe de la « baleine blanche » d’exister. Isabelle Genin propose, pour expliquer le choix de cette traduction par Giono et al., l’euphonie (baleine blanche // white whale), et la parenté avec le mythe de Jonas, avalé dans la plupart des traductions françaises par une baleine.

C’est donc le « changement de sexe » de Moby Dick que les commentateurs ont retenu, à tort, de la traduction de Jaworsky. À ce sujet, on pourra lire le billet de Pierre Assouline pour la République des livres, intitulé « Du sexe de Moby Dick ». L’expression « changement de sexe » est peu adéquate, parce que Jaworsky n’a rien inventé en restituant l’animal à sa nature de cachalesque, et à tort parce que l’expression « changement de sexe », pour être séduisante, est inexacte – changement d’espèce et de genre, plutôt. D’où du reste des remarques acerbes de certains lecteurs réagissant au billet de Pierre Assouline – ainsi celle-ci :

une baleine mâle et un cachalot femelle, ça existe aussi. Quelle reflexion franchouillarde.
En lithuanien, on dit ‘la soleil’. Je pense que ça pourrait être l’occasion d’un post très édifiant de votre part.

Cet anonyme lecteur met le doigt sur le problème du « changement de sexe » de Moby Dick : espèce n’est pas sexe, genre grammatical n’est pas sexe. Ma souris fictive Robert est une souris mâle, de même qu’un rat Cunégonde serait un rat femelle. Je ne sais pas en revanche ce que signifie « réflexion franchouillarde » dans le contexte. Il se pourrait que cela équivaille à « intellectuellement masturbatoire » ou « enculatoire de mouches ». Auquel cas je m’inscrit vigoureusement en faux contre cette réflexion. Le genre grammatical, dans la représentation des animaux, en littérature et ailleurs, n’a absolument rien de neutre (qu’on pense à La Fontaine et à sa « dame belette » : que fera-t-on en allemand où Wiesel est neutre ? à son renard qui en italien est une renard, una volpe ?). Isabelle Genin dans son article expose très justement les réseaux de connotations féminines, plus ou moins péjoratives, associées à la baleine, à sa nature prétendument indolente et à sa taille imposante. D’un autre côté, Moby Dick est présenté en mâle combattant le mâle, défiant Achab en combat presque singulier (presque : l’équipage du Péquod est, si je puis dire, dans la même galère que son capitaine). Lorsque la bête désignée par le pronom masculin he poursuit le bateau, désigné par le pronom féminin she comme il est d’usage dans le vocabulaire de la marine (she is a beautiful ship), évidemment les pronoms ne sont pas neutres, dans tous les sens du terme. Non seulement ce sont he et she qui sont utilisés et non it ; mais de plus c’est une représentation genrée qui, plus ou moins consciemment, se forme dans l’esprit du lecteur. D’où l’importance, pour le traducteur, de repérer, et dans la mesure possible de tenir compte des représentations connotées par le genre grammatical féminin ou masculin.

 

Je reviens au commentaire du lecteur de Pierre Assouline, qui écrit : « En lithuanien, on dit ‘la soleil’. Je pense que ça pourrait être l’occasion d’un post très édifiant de votre part. »

En allemand aussi, on dit « la soleil ». Et ce n’est pas rien du tout. Donc cela fera l’objet d’un post très édifiant de ma part d’ici quelques jours.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *