Comment peut-on faire du genre? Recherche et militantisme, un enjeu éthique (3)

En tant que blogueuse sur les questions de genre écrivant explicitement d’un point de vue militant, je suis régulièrement prise à parti au sujet de ce que d’aucuns considèrent comme allant de soi, et d’autres comme un pur scandale: ma prétention à faire de la recherche en études de genre tout en restant militante féministe, ainsi que l’aspect militant, en soi, des études de genre.

Mon travail de thèse, qui en est encore au stade larvaire, s’inscrit dans le champ de l’analyse du discours. Or ce domaine s’est construit dans le rapport avec le politique, d’un point de vue marxiste plus précisément; jusque dans les années 1980, les analyses produites visaient même clairement à appuyer un savoir politique qui leur préexistaient et les justifiaient. Les objets de prédilection de l’AD sont politiques (congrès de Tours de 1920 [Marcellesi], « discours communiste adressé aux Chrétiens » [Courtine]…), et plusieurs concepts caractéristiques des origines de l’AD sont issus des concepts marxistes, comme celui de « conditions de production » (des discours). Cette filiation très forte n’est plus du tout évidente aujourd’hui, elle semble même souvent consciencieusement effacée, ce qui reflète une tendance plus générale de la recherche, loin de l’effervescence politique des années 1960-1970. La distinction entre positionnements « militant », « normatif » et « descriptif » opérée par Marianne Doury, par exemple, me semble typique de cette tendance et faire fi de l’héritage politique de l’AD.

A cause de l’objet d’étude que j’ai choisi, mais aussi des outils méthodologiques que je me donne (intégration des savoirs et méthodes des études féministes et des études de genre), je me trouve forcée, non pas (loin de là!) de renouer avec ce passé dans une sorte de retour aux sources idéalisé, mais de tenir d’une main cet héritage et, de l’autre, la réflexion suscitée par et dans le domaine des études de genre sur le lien entre savoir et politique. Il me semble impossible, quand on veut travailler de manière intellectuellement honnête sur le genre, de ne pas se poser ces questions, et la littérature sur ce sujet est plus qu’abondante.

Je parlais de dépolitisation de l’analyse du discours; c’est un terme qui a été maintes fois évoqué en lien avec le champ des études de genre. Dans les années 1990 et au début des années 2000, les universitaires féministes français·es voient souvent d’un oeil méfiant à la fois le concept de « genre » et le domaine construit autour de lui, soupçonnés de vouloir faire à nouveau disparaître les femmes du discours universitaire, à la fois comme étiquette (les « études féminines », pour lesquelles Paris 8 était précurseur) et comme objet de recherche. Christine Bard avoue par exemple « une préférence politique et sentimentale pour l’histoire des femmes » et se demande si le concept de genre ne bénéficie pas d’une « plus grande acceptabilité politique », tout en s’interrogeant également sur son « effet dépolitisant » (Fougeyrollas-Schwebel et al. 2003 : p. 99-105). Ces questionnements paraissent bien sûr datés: bien que les études de genre se soient relativement imposées et institutionnalisées au sein de l’Université française, la controverse sur « le Gender » et les études de genre n’en finit pas de faire rage, et le concept de « genre » de démontrer son caractère subversif.

Cette controverse est justement liée au stigmate de « science militante », comme le résume parfaitement, malgré lui, un de mes lecteurs:

Mais les études de genre ne sont pas « un domaine ». Elles constituent le discours des militants féministes et LGBT sur un domaine, celui de l’analyse de la masculinité et de la féminité, avec tout ce que ça implique. Vous êtes, bien sûr, beaucoup plus renseignés que moi sur la vision féministe de ces questions. Mais vous n’en savez pas plus que moi ou que quiconque, dans l’absolu, sur ce que c’est qu’être un homme ou une femme dans la société occidentale, ni sur la question nature/culture, explorée depuis des siècles et sur laquelle je n’ai pas l’impression que les études de genre aient apporté grand chose, quoiqu’on en dise.

Votre épistémologie féministe et les études qu’elle légitime, en définitive, me semblent être l’artifice qui vous permet de prendre vos opinions pour un savoir.

Il est évidemment difficile, laborieux et quelque peu usant, face à ce genre de critiques, de refaire systématiquement la critique des concepts de « neutralité » et de d' »objectivité » appliqués au savoir, d’expliquer celui de point de vue dans la théorie féministe (hérité lui aussi, d’ailleurs, du marxisme) et de défendre la légitimité de tout un champ de recherches… J’ai l’habitude de m’appuyer sur les savoirs et outils féministes, mais quand c’est la possibilité même pour le féminisme de produire un savoir qui se trouve niée, la conversation devient évidemment difficile.

Cependant, de plus en plus, j’envisage la question du rapport entre recherche et militantisme sous un angle assez différent. Oui, ce rapport pose une question éthique fondamentale, mais pas forcément dans le sens où on l’entend généralement (recherche d’objectivité, biais idéologique, etc.). Conserver, entretenir ce rapport est, pour moi, un enjeu éthique. Avoir conscience de l’histoire des concepts que j’utilise, de leur circulation entre domaines universitaire et militant, sans qu’ils soient toujours départageables; regarder en face les problèmes posés par le contexte actuel et le militantisme anti-genre; ne jamais oublier que je suis arrivée au genre par le militantisme (c’est parfois l’inverse); ne surtout pas oublier, enfin, les réalités humaines, souvent douloureuses, que nos concepts visent à décrire: voilà pour moi, fondamentalement, les enjeux du rapport entre recherche et militantisme, et voilà où se situe l’enjeu éthique.

wordle gender studies


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Caroline dit :

    PS : Christine Delphy écrit de très belles choses là-dessus dans le 2ème tome de « L’ennemi principal », quand elle parle du rôle fondamental de la colère dans le travail de recherche, de la nécessité « d’avoir tout le temps présente à l’esprit cette souffrance et de savoir qu’elle est la seule raison valable d’étudier le travail ménager ; de même que la seule valeur d’une analyse réside dans la contribution qu’elle peut apporter aux moyens de mettre fin à cette situation. Et la seule façon de ne pas oublier la souffrance des autres c’est de commencer par reconnaître la sienne. » Elle rappelle qu' »il n’est pas facile [d]’être et surtout de rester en colère.(…) Mais pour nous, intellectuelles, l’oublier, ne fût-ce qu’un instant, c’est [abandonner] le garde-fou qui nous empêche de basculer du côté de l’institution, du côté de nos oppresseurs » (pp.240-241).

  2. Caroline dit :

    Merci, Anne-Charlotte, de ce point de vue – comme toujours – clair et inspirant. Je crois que des enjeux éthiques similaires s’appliquent à beaucoup d’autres professions que la recherche. Dans toutes sortes de pratiques (journalisme, enseignement, art…), nous serions bien avisés de ne pas oublier les réalités humaines auxquelles ces pratiques s’adressent / font référence / etc. Très bel été à toi, je continue à te lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *