Comment peut-on faire du genre? Conjuguer au pluriel (1)

J’aimerais réfléchir, dans cette série de billets, sur certaines des difficultés que je rencontre dans mon apprentissage de la recherche en études de genre. Ces difficultés sont liées, essentiellement, au rapport entre genre et féminisme, études de genre et militantisme, mais aussi à ce que signifie, fondamentalement, de  prendre pour objet d’étude une catégorie sociale comme le genre. Toutes ces questions s’imposent à moi (comme à beaucoup de monde!) de manière récurrente et me questionnent dans mon rapport à la recherche et à l’écriture.

Dans ce premier billet, j’aimerais revenir sur le féminisme comme objet de recherche, et sur le rapport entre mon engagement militant et l’objet « féminisme » tel que je l’appréhende dans le cadre de mon travail de thèse. Le sujet de la thèse que je commence m’amène en effet à réfléchir sur la façon dont les gens (tous types de gens) parlent du genre, des sexualités et du féminisme; plus précisément, à la façon dont les gens parlent des dénominations en lien avec ces domaines. Je m’intéresse par exemple à la dénomination travailleur/euse du sexe, issue de l’anglais sexworker, pour désigner les personnes prostituées: d’où vient cette dénomination? Qui l’utilise et pourquoi? Dans quel contexte? Quels discours et débats cette dénomination suscite-t-elle?

Mon projet de thèse est partiellement nourri par la connaissance intime que j’ai du militantisme féministe et des débats qui le traversent ou dont il fait l’objet. Il n’est pas question pour moi de faire comme si cette connaissance n’existait pas, mais au contraire de m’en servir pour nourrir ma réflexion; de manière similaire, je vois une forme de savoir dans les discours non-savants sur la langue, que j’intègre dans mon analyse.

Mon rapport intime avec « le féminisme » me pousse, justement, à questionner cette catégorie. Cela n’est ni nouveau, ni original: de nombreuses féministes le font, que ce soit pour dénoncer l’exclusion implicite des femmes noires ou pour souligner les divergences et contradictions qui parcourent le mouvement. L’expression « mon féminisme » est d’ailleurs répandue, l’exemple le plus connu étant « my feminism will be intersectional or it will be bullshit ». Cette appropriation du féminisme et la reconnaissance de sa diversité risquent, selon certain·es, de mener à son implosion. Du côté des anti-féministes, tantôt on présente « le féminisme » comme un bloc uniforme à combattre, tantôt on dénonce la mésentente et les contradictions qui règnent au sein de ce bloc.

Je considère la catégorie « féminisme » comme pertinente, que ce soit d’un point de vue militant ou scientifique. Mais cela nécessite un travail de réflexion et de remise en question. Il serait sans doute plus juste de parler de féminismes au pluriel, je le fais d’ailleurs régulièrement. Mais parler du féminisme présente selon moi un intérêt stratégique, car cela permet d’envisager l’existence d’une cause des femmes comme plus petit dénominateur commun au sein de la nébuleuse féministe. Il est malgré tout essentiel, à partir de là, d’opérer des distinctions, de reconnaître l’existence de débats et de contradictions, et de reconnaître également la possibilité d’utiliser le féminisme à des fins racistes, xénophobes, transphobes

Le problème est évidemment redoublé quand on prend le féminisme comme objet d’étude, sans pour autant faire une thèse sur l’histoire et la multiplicité des mouvements féministes. De quoi, comment, et d’où parle-t-on? Ces questions prennent pour moi une dimension éthique, sur laquelle je reviendrai dans tous les billets de cette série. Connaissant les problèmes que pose la catégorie « féminisme » et les débats qu’elle suscite du point de vue militant, comment parler du féminisme sans passer sous silence, au moins en partie, les critiques issues notamment du Black Feminism? Comment éviter de simplifier et gommer les aspérités d’un mouvement multiple et complexe?

En ce qui concerne, par exemple, les polémiques que j’étudie, il m’est utile (au moins dans un premier temps) d’identifier et de nommer ce qu’en analyse du discours on appelle des positions discursives. Pour un article sur l’affaire Orelsan (poursuivi pour des chansons jugées sexistes, « Sale pute » notamment), j’ai par exemple eu besoin d’identifier un « discours féministe » qui, dans sa majorité, se caractérisait par la dénonciation des chansons d’Orelsan. Je sais pourtant pertinemment que cette position ne fait pas l’unanimité parmi les féministes; je l’ai signalé en note et j’ai évoqué le soutien de Virginie Despentes (icône féministe pour beaucoup) au rappeur. Mon travail de recherche me permet de poser un regard nouveau sur « le féminisme », à l’aide d’outils propres aux sciences du langage, et de l’envisager de manière plus complexe; pourtant il semble que la condition de possibilité de ce travail soit, au moins dans un premier temps, de mettre de côté la complexité et les débats. C’est là une contradiction que je suis curieuse d’explorer plus avant.


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. julien selignac dit :

    quel teaser! j’ai hâte 🙂 est-ce qu’on pourrait considérer ta position alors comme une sorte d’essentialisme stratégique? et puis pour moi, le mot clé c’est « au moins dans un premier temps » la complexification est juste en suspens un moment (et puis c’est aussi nécessaire pour savoir un peu de quoi on parle exactement)

  1. 27/07/2014

    […] en lisant ce billet d’A-C Husson que j’ai compris ma nécessité de faire cette distinction. Husson explique son double (ou […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *