Le genre et le « réel »

Un reproche persistant fait aux études de genre dans le cadre du discours anti-genre est qu’il serait coupé du réel, et/ou reposerait sur la négation de la réalité. Quelques exemples, que j’explique ensuite (on appréciera la subtilité de l’auteur du premier):

Lexique du site Vigi Gender (cliquer pour y accéder)

Lexique du site Vigi Gender (cliquer pour y accéder, lien donotlink)

Judith Butler, 56 ans, professeur de rhétorique et de littérature comparée à Berkeley, est la fondatrice de l’idéologie du gender : le « genre », concept utopique en voie de régenter le pays légal un peu partout en Occident, y compris en France aujourd’hui.
Dans plusieurs essais plus autoritaires que gracieux, elle martèle que la réalité n’existe pas. Tout n’est que rôles, « construction sociale », « performance apprise et répétée » : notamment la différenciation sexuée. Rejetant la neurobiologie, la génétique et les sciences cognitives, rejetant les données de l’évolution du vivant, l’idéologie de Butler est elle-même rejetée par les scientifiques qui lui opposent la réalité des « différences dues à l’action des gènes, des hormones, voire à une organisation neuronale sexuée ».(« Le ‘gender’ contre le néolibéralisme ? imposture ! », sur le blog de Patrice de Plunkett)

Comment ce qui n’est qu’une théorie, qu’un courant de pensée, peut-il faire partie d’un programme de sciences ? Comment peut-on présenter dans un manuel, qui se veut scientifique, une idéologie qui consiste à nier la réalité : l’altérité sexuelle de l’homme et la femme ? (Christine Boutin, Lettre ouverte à Luc Chatel, 31 mai 2011)

Au contraire, je crois que l’on ne peut mettre sur le même plan hétérosexualité et homosexualité : un homme et une femme, ce n’est pas pareil que deux hommes ou deux femmes ensemble. Établir une équivalence, une nouvelle égalité, une nouvelle norme, c’est nier la réalité, c’est rétablir une oppression en confondant genre, sexe et pratique. (Bruno Nestor Azerot, député de la Gauche démocrate et républicaine, pendant la première séance de débats sur le Mariage Pour Tous à l’Assemblée Nationale, 30/01/2013)

Il est très difficile pour le non-spécialiste de comprendre les enjeux et les implications de cette théorie, tant elle repose sur des présupposés idéologiques en contradiction avec la réalité que vit l’immense majorité de nos concitoyens.
Le fondement de cette théorie consiste à nier la réalité biologique pour imposer l’idée que le genre « masculin » ou « féminin » dépend de la culture, voire d’un rapport de force et non d’une quelconque réalité biologique ou anatomique. (« Qui sommes-nous? », sur le site de l' »Observatoire de la théorie du genre« , lien donotlink)

Qu’est-ce que ce « réel » qu’on oppose au « Gender »? Si l’on en croit les anti-genre, c’est l’expérience commune de la différence des sexes, qui trouverait son point d’orgue dans la reproduction. « Nier la réalité », ce serait nier à la fois l’expérience quotidienne et les données fournies par les sciences naturelles. Ces dernières seraient du côté du réel et de l’infaillible, par opposition à l' »idéologie » et à la « théorie » du Gender. Les opposant·es aux études de genre ont beau jeu d’instrumentaliser la biologie pour conforter les intuitions de l' »expérience », justement, tout en faisant fi de l’évolution de la conception du sexe. On retrouve là, bien sûr, l’opposition ancienne entre sciences humaines et sciences dites « exactes », ces dernières étant censées être libres de toute idéologie, hors-politique, hors-monde croirait-on. L’épistémologie des sciences a pourtant depuis longtemps démontré le contraire.

Ce lieu commun du discours anti-genre est à relier à la formule « théorie du genre ». En effet, si celle-ci pose problème, c’est notamment parce qu’elle exploite des sèmes bien particuliers liés à théorie, comme le montre l’extrait de la lettre de Christine Boutin citée ci-dessus. La « théorie du genre » serait marquée par l’incertitude, la non-scientificité, et l’opposition avec la pratique – qui se traduit ici par l’opposition avec le « réel ». De même, l’opposition entre « idéologie » et « réalité » ou « réel » présente l’image d’une théorie planant dans le ciel des idées, un exercice de pensée philosophique en somme, qui s’opposerait à la matérialité des corps et à l’expérience quotidienne du genre et de la sexualité.

Dans un article qui revient notamment sur les attaques portées de manière récurrente contre Judith Butler (on en a un exemple ci-dessus avec P. de Plunkett), Cyril Barde analyse cette idée et explique que la philosophie de Butler part, justement, de la matérialité des corps et de leur vulnérabilité. Plus que dans Trouble dans le genre, elle développe cette réflexion dans Ces corps qui comptent ou encore Le pouvoir des mots, où elle se penche sur ce que signifie le fait d’être blessé·e par le langage.

Les contempteurs/trices de Judith Butler lui reprochent des « théories » coupées de la « réalité », mais ont pourtant tôt fait de rappeler qu’elle est lesbienne et de commenter son apparence physique:

Commentaires sur un article du site d'extrême-droite Egalité & Réconciliation (cliquer sur l'image, lien donotlink)

Commentaires sur un article du site d’extrême-droite Egalité & Réconciliation (cliquer sur l’image)

Ce qu’ils/elles ne voient pas, c’est justement que la réflexion de Butler est profondément ancrée dans la matérialité des corps, dans ce que signifie échapper aux normes hétérosexistes de la société. Rien de plus réel que cette expérience-là, et rien de plus réel que de réfléchir à ce qu’elle signifie. Le concept de genre n’est pas une construction intellectuelle coupée des réalités: il est au contraire impossible de l’en détacher. Dans le système du genre, hors conception binaire de la différence des sexes, hors sexualité hétéronormée, point de réalité et point de salut. Invoquer l’expérience et l’intuition commune, le bon sens en somme, pour dénoncer une « théorie du genre » fantasmée, revient non seulement à nier l’expérience de toutes les personnes qui échappent à ces normes, mais aussi à nier leur existence même, ce qui est d’une violence sans nom.

 
Liste des liens
« Lexique du Gender », sur le site Vigi-Gender (donotlink)
Patrice de Plunkett, « Le ‘gender’ contre le néolibéralisme ? imposture ! »
« Lettre de Christine Boutin à Luc Chatel sur le Gender », sur le site Veille Education
Site de l’Observatoire de la théorie du genre (donotlink)
« Genre : « Il est inadmissible d’instrumentaliser la biologie » », tribune d’enseignant·es et chercheur·es en biologie parue dans Le Monde (10.03.2014)
Noémie Marignier, « Le sexe est-il du genre? », Corps et mots (carnet de recherche), 13.01.2014.
Noémie Marignier, « Un point de vue sur les savoirs situés », Espaces Réflexifs (carnet de recherche), 20.04.2014.
Cyril Barde, « Judith Butler, meilleure alliée du néolibéralisme? », Genre!, 09.01.2013.
« Judith Butler, la théorie du genre et la question palestinienne », sur le site Egalité & Réconciliation (donotlink).


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Alix dit :

    Les propos tenus par les opposants à la « théorie du genre » (dit-on le gendre lorsqu’on est pour? Je ne connais que le vocabulaire des antis) sont absolument immondes.

    Ah, Judith Butler est une « hommasse »? Je croyais que pour ces messieurs, être un homme était être supérieur. Mais c’est vrai que Christine Boudin est très féminine…

  2. julien selignac dit :

    hé oui, le « réel » est toujours invoqué pour légitimer sa position sans effort! ça m’amène à une réflexion qui m’obsède depuis un bon moment d’ailleurs: le mot « idéologie » dont le sens a été pratiquement inversé depuis l’opposition entre napoléon et les idéologues, et qui est maintenant utilisé de manière exclusivement négative et à charge… il y a un livre de Nestor Capdevilla je crois, qui retrace l’historique de ce mot et ce qu’il porte en lui, ce qu’on lui fait dire, etc. Je vais voir ça prochainement 🙂
    à mon sens, ce qu’on appelle le réel est déjà une vision interprétative de celui-ci bien souvent (enfin, le réel tel quel sans ajout, c’est bien compliqué à penser… une sorte de pré-notion jamais questionnée?)

  1. 09/07/2014

    […] Un reproche persistant fait aux études de genre dans le cadre du discours anti-genre est qu'il serait coupé du réel, et/ou repose…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *