Réflexions sur le genre par gros temps

1 juillet 2014
Par

Qu'est-ce que le militantisme anti-genre ?

 Il y a quelques jours, Farida Belghoul et le groupe d'extrême-droite auquel elle est liée, Egalité et Réconciliation (fondé par Alain Soral), criaient victoire :

 

Faisons un peu marche arrière : Farida Belghoul est une ancienne militante anti-raciste reconvertie dans l'anti-pédagogisme et le soralisme. Depuis janvier, elle est à la tête d'un mouvement baptisé « Journée de retrait », qui, pour protester contre les ABCD de l'égalité, incite les parents à retirer leurs enfants de l'école une journée par mois. La première journée a fait sensation car elle a été suivie de manière relativement importante, surtout dans des quartiers défavorisés où l'information, sous forme de rumeur, s'est propagée rapidement par SMS et a inquiété de nombreux parents : la « théorie du genre » serait enseignée à l'école de la République. Cela voudrait dire, pour résumer, qu'on apprendrait l'homosexualité et la masturbation aux enfants, et qu'on voudrait transformer les petits garçons en petites filles.

Plusieurs mois et plusieurs « journées de retrait » après, Farida Belghoul revendique la victoire. « Vigi-Gender », émanation de « La Manif Pour Tous » (LMPT), se mobilise également depuis des mois contre le programme « ABCD de l'égalité » et a même lancé à ce sujet une « consultation nationale sur le Gender », aux allures faussement officielles, « pour défendre les enfants ». Depuis l'adoption de la loi « Mariage pour tous », LMPT s'est en effet recentrée sur la lutte contre ce qu'ils et elles appellent « la diffusion du Gender ».

consultation ABCD

Farida Belghoul et sa « journée de retrait », LMPT et « Vigi-Gender » ne sont que deux manifestations, particulièrement audibles et visibles, du militantisme anti-genre. Celui-ci consiste à dénoncer la « théorie du genre », dont le but serait, in fine, de faire disparaître les différences entre filles et garçons, hommes et femmes, et ainsi « légitimer » l'homosexualité et la « transsexualité ». Ce résumé, qui n'est malheureusement pas une caricature, permet de situer les enjeux politiques de ce militantisme bien particulier : à l'heure où l'on aurait pu penser l'idéal d'égalité des genres et des sexualités bien implanté dans la société française, ces actions reviennent sur des décennies de militantisme féministe et LGBT et sur leurs acquis politiques.

Que nous dit, à nous chercheuses et chercheurs, le militantisme anti-genre ?

Il existe donc un mouvement anti-genre, ou plutôt une nébuleuse, car il existe des désaccords profonds entre, par exemple, Farida Belghoul, alliée improbable de Christine Boutin dans la lutte contre le Gender, et des groupuscules d'extrême-droite comme Riposte Laïque ou Français de Souche. Cette nébuleuse, largement ancrée à l'extrême-droite, prend pour cible de façon très claire, et finalement peu originale, les militantismes féministe et LGBT. Mais, et c'est là une spécificité du militantisme anti-genre, elle s'attaque aussi au champ de recherche universitaire que constituent les études de genre.

Évidemment, l'un (la recherche sur le genre) ne va pas sans l'autre (le militantisme), j'y reviendrai dans un prochain billet. Et le champ des études de genre, qui reste mal, voire largement inconnu en France, a mis du temps à s'implanter dans l'Université française et à imposer sa légitimité ; les études féministes avaient rencontré des résistances similaires. Il n'en reste pas moins que s'en prendre à un champ de recherches, en contester, de l'extérieur, l'existence même et la légitimité, est rare et extrêmement inquiétant.

 Le site du Congrès des études de genre en France, qui se tiendra à Lyon début septembre, l'annonce d'emblée :

 

 A l'heure où la pertinence et la légitimité scientifiques des études de genre sont enfin reconnues en France, l'Institut du Genre CNRS/Universités organise le premier Congrès dans ce domaine à l'échelon national. […] Il permettra de faire la démonstration de l'importance scientifique, de la vitalité et de la diversité des études de genre en France et dans le monde francophone, en dressant le tableau le plus complet possible des recherches menées actuellement dans ce domaine.

Ce descriptif fait délibérément l'impasse, de manière tout à fait compréhensible d'ailleurs, sur les débats actuels et « oublie » de préciser que la reconnaissance évoquée se cantonne à l'Université (où les résistances, d'ailleurs, persistent bel et bien, mais c'est un autre problème). Pourtant, le militantisme anti-genre est plus actif que jamais, et trouve même des relais du côté de certain.es hommes et femmes politiques (de l'UMP à l'extrême-droite, et même, parfois à gauche). On retrouve parfois, dans le discours anti-genre, une distinction hasardeuse entre études de genre (légitimes, voire utiles) et « théorie du genre » (à combattre). Sous la pression des lobbies anti-genre, des conférences et des formations d'enseignants en lien avec le genre sont annulées. Le sujet du CAPES de géographie de 2014, qui contient le terme « genre », fait polémique. Et le gouffre d'incompréhension entre les chercheuses et chercheurs en études de genre et une partie de la population grandit.

heil gender

Source inconnue (tweet d'origine: cliquer sur l'image)

Que faire de la « théorie du genre » ?

Et d'abord, faut-il en faire quelque chose, de ce militantisme anti-genre ? Faut-il l'ignorer, ou bien le prendre au sérieux ? Peut-on continuer à faire de la recherche comme si de rien n'était, alors qu'en sortant de l'université, on tombe sur des affiches pour la « consultation nationale » de Vigi-Gender ?

Vous vous doutez, j'imagine, de ma réponse. Depuis 2011, je blogue sur ce sujet, c'est-à-dire sur l'influence grandissante et le danger que représente le discours anti-genre. Cette activité, que je considère comme militante, a d'ailleurs débouché sur un projet de thèse en linguistique consacré aux dénominations polémiques liées au genre, aux sexualités et aux féminismes. Comme Réjane Sénac, je soutiens que même si « la théorie du genre n'existe pas » (une formule qui prouve jour après jour son inefficacité), il existe bel et bien un objet « théorie du genre », un objet qui « parle » et sur lequel il faut se pencher.

Je ne crois pas qu'il soit souhaitable, ni même possible d'ailleurs, d'engager un dialogue avec les militant·es anti-Gender comme Christine Boutin, Farida Belghoul ou Alain Escada (de l'Institut Civitas). J'ai pu constater qu'un tel dialogue était impossible : comme dans un débat entre croyants et athées sur l'origine de l'univers ou l'existence du péché, les deux parties ne parlent tout simplement pas de la même chose, ne partagent quasiment aucune prémisse, n'emploient pas les mêmes termes. Ce n'est pas qu'ils et elles ne se comprennent pas, c'est qu'il est devenu impossible de se comprendre.

Je pense en revanche qu'il existe un grand nombre de personnes sous l'influence du militantisme anti-genre qui manquent tout simplement d'informations, et à qui il est absolument indispensable de s'adresser. C'est pour cela que je continue à bloguer, et c'est l'objectif des tribunes qui se multiplient dans la presse ou encore des conférences grand public, comme celle organisée par le laboratoire junior GenERe (auquel j'appartiens) en mars ou par l'Institut des Sciences de l'Hommes en juin.

Sur le plan scientifique, je suis également convaincue que nous ne pouvons plus faire sans la « théorie du genre » (je conserve les guillemets car j'utilise la formule issue du discours anti-genre). En creux, elle peut nous en dire long sur notre champ de recherches. Elle nous en dit long, notamment, sur l'imaginaire lié au genre (que j'emploie cette fois bien au sens des études de genre), sur la persistance et la prévalence de l'idéologie de la différence, pourtant mise en lumière et critiquée depuis plusieurs décennies. A l'heure de l'institutionnalisation des études de genre, elle nous rappelle que le genre, comme catégorie analytique, est un objet on ne peut plus complexe, un objet politique, subversif, qui va à l'encontre de toutes les évidences.

Enfin, elle nous rappelle surtout quelque chose que, il me semble, les chercheuses et chercheurs en études de genre peuvent parfois perdre de vue. La « théorie du genre » nous rappelle que parler de genre, c'est parler de vies humaines, de réalités vécues. C'est parler d'oppression, de violences grandes et petites, symboliques (mais toujours réelles) et physiques, c'est parler de haine, d'ignorance, d'incompréhension, de colère, de peur ; de passion.

Il faut donc parler de la « théorie du genre », et, plus que jamais, réfléchir sur le genre, mais de manière attentive, et attentionnée. On reproche beaucoup aux études de genre leur caractère abstrait, philosophique, coupé des réalités ; contre cette perception erronée, il faut rappeler qu'il n'y a rien de plus réel que le genre. 

Liste des liens

Farida Belghoul, itinéraire d'une marcheuse perdue (Médiapart)

Dans les ZEP de Clermont-Ferrand, "Si la maîtresse te parle de zizi, tu rentres à la maison" (Médiapart)

Lancement de la consultation nationale sur le Gender (Manif pour tous)

ABCD de l'égalité: Farida Belghoul fête "la victoire de la convergence islamo-catholique" (L'Express)

Site du Premier Congrès des études de genre en France

Conférence d'introduction aux études de genre (GenERe, conférence donnée par Cécile Thomé et Anne-Charlotte Husson)

Mon blog personnel: Genre!


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Mois après mois, 2014, 07. Juillet 2014. A.-C. Husson

4 commentaires pour “ Réflexions sur le genre par gros temps ”

  1. Info Août 2014 | EgaliGone le 26/08/2014 à 16:41

    […] – Réflexions sur le genre par gros temps, par AC Husson, sur Espaces Réflexifs, le 1er juillet […]

  2. […] tombées en pleine polémique et mobilisation 2 sur le genre, ces actions n’ont pas touché le public ciblé, non informé […]

  3. […] Qu'est-ce que le militantisme anti-genre ? Il y a quelques jours, Farida Belghoul et le groupe d'extrême-droite auquel elle est ...  […]

  4. […] pour une analyse plus précise des mouvements anti-genres et des réponses à leur apporter, cet article par la créatrice du blog ça fait genre […]

Laisser un commentaire

sabonner-à-ce-carnet1

RétroVilla 2013 - De bien bonnes infusions

index