Gloubi boulga : démêler l’intersectionnalité

Durant ce mois tourné sur le genre, j’ai parlé indifféremment de sexisme, racisme, homophobie… On peut facilement voire le lien entre genre et sexisme, genre et homophobie, mais pourquoi le racisme ? D’abord parce que les processus de discrimination ont des systèmes proches, mais aussi parce que ces systèmes sont liés entre eux. Je vous propose ici la manière dont j’ai réussi à démêler, visualiser ce problème, en partant du genre.

[…] il suffit de se promener les yeux ouverts pour constater que l’humanité se partage en deux catégories d’individus dont les vêtement, le visage, le corps, les sourires, la démarche, les intérêts, les occupations sont manifestement différentes : peut-être ces différences sont-elles superficielles, peut-être sont-elles destinées à disparaître. Ce qui est certain c’est que pour l’instant elles existent avec une éclatante évidence.

– Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe, Introduction.

Quand à 16 ans je rentrais au lycée, je rejoignais un groupe d’ami.e.s constitué en ronde et je passais devant chaque personne pour les saluer. Je serrais la main des garçons, je faisais la bise au fille. Bonjour garçon, bonjour fille. J’ai pratiqué cette cérémonie durant tout le lycée. Je la vois encore jouer presque vingt ans plus tard, plus rarement, moins exagérée, mais toujours là. Si je peux facilement serrer la main d’une femme, faire la bise à un homme, je serre plus facilement la main d’un homme et je fais la bise plus facilement à une femme. Des hommes ont pu me reprocher de ne pas leur serrer la main pour les saluer, des femmes ont pu me reprocher de ne pas leur faire la bise. Si je regarde la manière dont je fonctionne, je réalise que dans des contextes similaires, j’ai tendance à ne pas me comporter de la même manière, ne pas penser la même chose, ne pas dire les mêmes choses si mon interlocuteur est un homme ou une femme.  Pire, face à quelqu’un dont je ne saurais pas déterminer le genre, je serais gêné, parce que je ne saurais pas comment me comporter avec cette personne. Le genre est un groupe auquel nous nous soumettons et qui détermine nos relations sociales entre personnes du même genre et avec ceux d’un genre différents. Je propose de le représenter comme ceci (en m’excusant pour la qualité merdique de mes images) :

m_f

Les points noirs sont des individus, les traits marrons un vecteur de communication entre ces individus. Dans ce schéma la communication entre individus passe forcément par une identité sociale. Les identités sociales sont représentées par des lettres entourées d’une couleur. Un type d’identité est représenté de la même couleur. Ici le schéma montre l’identité genre, entouré en rouge avec deux instances différentes d’identité de genre : M pour masculin, F pour féminin. Les individus forment des grappes autour d’une identité. Au sein de cette grappe, il est possible que quelqu’un domine, son vecteur de communication comprend alors un symbole supérieur (« > »). On peut penser par exemple aux winners clichés du lycée : le beau gosse avec le super scooter ou la plus belle fille du lycée. Il y a ensuite des rapports de domination entre identité, on peut représenter cette domination avec un « > » aussi. En France, les femmes sont en général moins payés à poste équivalents, moins présentes sur les postes à responsabilités, on peut donc dire que le genre masculin domine le genre féminin. Je me reconnais assez bien dans ce schéma, je ne suis pas un dominant dans le groupe des hommes, mais mon genre me permet d’être privilégié par rapport aux femmes.

Il n’y a pas qu’en fonction du genre que je me comporte différemment. Je me comporte différemment en fonction de l’âge aussi. Je ne m’adresse pas de la même manière à un enfant ou à un adulte par exemple. Je considère qu’un enfant doit obéir à un adulte, qu’un adulte doit s’occuper d’un enfant. Quand j’étais enfant, je n’avais pas le même point de vue. J’étais même très agacé que mes parents ne semblent pas du tout comprendre le monde dans lequel je vivais. Ils étaient complètement coupés de ma réalité : le monde des enfants. Ce groupe d’enfant m’a autant, peut-être plus influencé que mes parents durant mon enfance. Si je reprends mon premier schéma, je peux emboîter les rapports entre enfant et adulte de cette manière :

m_f_a_e

Je rajoute des intersections en introduisant une identité liée à l’âge, entourée en bleu (A pour adulte, E pour enfant). Cela illustre, toutes les coupures qu’il peut y avoir entre des individus en fonction de leur genre et de leur statut d’adulte ou d’enfant. Voici un exemple de lecture :

graphe_explication

Imaginons que l’individu x veut échanger avec l’individu y. Les vecteurs de leur relation sont doublés d’un trait jaune. L’individu x s’identifie d’abord comme étant de genre féminin, puis comme adulte avant d’identifier l’individu y comme un enfant de genre masculin. Dans notre société l’individu x pourra prendre un ton maternel et bienveillant. Un individu adulte de genre masculin osera moins prendre un tel ton. L’individu x peut donner à l’individu y des ordres ou directives qu’elles ne donneraient pas à un adulte. L’individu x pourra aussi être plus tolérante si l’individu y est turbulent parce que c’est un garçon. L’individu x pourra faire plus d’injonctions à la douceur et au calme à un individu enfant de genre féminin.

Utiliser les différences de rapport entre adulte et enfant est intéressant, parce que je pense que tout le monde le reconnaîtra. Notez cette sensation que l’on a de trouver totalement normal qu’un enfant obéisse à un adulte. C’est très intéressant, je pense que ce sont les mêmes sensations de légitimité que certains peuvent ressentir pour justifier ou reconnaître des statuts moindres pour les femmes, les noirs, les homosexuels, etc.

Ces intersections, plus que d’être des groupes rassemblant des gens, peuvent être des barrières. Plus il y a de barrières entre vous et un autre individu, plus l’incompréhension peut-être grande. Quand vous êtes du côté dominant du graphe, votre incompréhension a plus de chances de devenir abusive. On peut ajouter des intersections en fonction de la sexualité, l’origine sociale, l’origine culturelle… Il n’est sans doute pas possible de faire un graphe exhaustif, mais on peut l’utiliser pour des situations particulières en prenant en compte les différentes identités sociales que l’on porte. Prenons un exemple bien connu, celui qui a théorisé l’intersectionnalité : l’émergence du black feminism au États-Unis d’Amérique. Voici comment je propose de représenter les rapports :

f_m_n_b

N pour noir, B pour blanc, l’identité liée à l’origine éthnique est entourée en violet. Lorsque les femmes américaines blanches ont mis en avant leur droit face aux hommes dans les années 1960, elles étaient mal positionnées pour comprendre le mouvement des noirs et les besoins particuliers des femmes noires. Quand elle parlait au nom des femmes, elles ne parlaient vraiment bien que des femmes qui leur ressemblaient : les blanches. À l’inverse les revendications des hommes noirs ne s’intéressaient pas aux femmes noires. Quand ils défendaient le droit des noirs, ils défendaient le droit des hommes noirs. « All the women are white, all the blacks are men ». Voilà comment on peut lutter contre le racisme en étant sexiste, voilà comment on peut lutter contre le sexisme en étant raciste, voilà pourquoi il a fallu un mouvement comme le black feminism pour défendre les femmes noires. Les identités peuvent constituer des barrières, à l’avantage de ceux qui dominent.

L’intersectionnalité est le problème le plus épineux auquel j’ai été confronté lorsque je me suis intéressé au genre. Le problème me paraît plus clair aujourd’hui : selon le contexte, il faut savoir se situer sur un graphe1, le dialogue se complique à cause des rapports de domination. D’un côté on peut ne pas écouter l’autre, de l’autre il peut y avoir une méfiance car on sait que le rapport est déloyal. Avoir conscience de ce rapport de force devrait permettre de rééquilibrer la parole de chacun, une sorte de suffrage universel ou chaque voix a la même valeur. Une fois que l’on équilibre le rapport de force, il faudrait laisser chacun s’exprimer dans le même sens. C’est-à-dire ne pas dire aux autres ce qu’ils devraient faire, ne pas justifier les choses blessantes que l’on fait, mais dire aux autres ce qu’ils font qui nous cause du tort.

Par exemple, je commence par dire : « je suis triste parce qu’on ne veut pas coucher suffisamment avec moi ». On me fait remarquer que personne ne me doit rien, les gens ne sont pas à ma disposition pour que je puisse avoir des relations sexuelles avec eux. Ha. Pas faux. Du coup, je reformule : « je suis triste parce que je n’ai pas assez de relations sexuelles ». On me demande de décrire ma vie sexuelle, en me demandant s’il y a un moment où j’ai eu l’impression d’avoir « assez » de relations sexuelles. Pas tellement en fait. En fait, si je réfléchis bien, les moments où j’ai été le plus actif sexuellement, j’avais toujours l’impression de ne pas avoir assez de relation sexuelle, quand bien même je n’étais plus physiquement capable d’avoir une relation sexuelle. Pourquoi ? Ha ben heu… Hé bien parce que j’avais l’impression qu’il fallait que je sois toujours au taquet sexuellement pour être admiré des autres… Erf. Attends. Je reformule : « j’étais triste parce que j’étais sous l’influence du système patriarcal. J’avais l’impression de devoir être hyperactif sexuellement quitte à me rendre malheureux quand je n’ai pas l’occasion d’avoir de partenaire ou quand je n’en suis plus physiquement capable. Va mourir patriarcat, j’ai vu ton petit jeu, je suis plus heureux maintenant. » Je crois d’abord avoir un problème avec les femmes, je me rends compte que non, j’ai un problème avec un système, que pour régler mon problème je n’ai pas besoin de blâmer les femmes, je n’ai pas non plus besoin de minimiser les problèmes des femmes, largement plus problématiques, pour régler les miens.

Ma tête est pleine de formulations de ce genre, que je corrige avec une approche intersectionnelle : dire ce qui ne va pas chez moi, sans jeter une pierre sur quelqu’un d’autre, avec encore plus de vigilance si cette personne est moins privilégiée que moi2. Presque à chaque fois, quand j’arrive au bout, le coupable n’est plus une personne ou un groupe de gens, mais un système3. De là découlent une prise de conscience et une opposition individuelle à des aspects systémiques dont je pense qu’ils me causent du tort. Les systèmes oppressifs qui m’affectent le plus aujourd’hui dans mon quotidien sont le classisme et l’âgisme. Je vous rassure, en ce qui me concerne, c’est vraiment pas super méchant, mais même à petite échelle, c’est très utile à savoir pour se piloter au travers de sa vie.

Puisque je parle d’individualité, j’attire votre attention sur le fait que dans mes schémas, l’individu est représenté tout petit, comme écrasé par les différentes intersections par lesquelles il passe pour communiquer avec les autres. C’est un point de vue clairement déterministe, mais il ne faut pas y voir une pensée qui enlève tout à l’individu. Au contraire, cela souligne la force, le courage d’un individu ou d’un groupe d’individus qui décident de s’opposer à un système qui est plus important qu’eux. C’est en partie ce qui force mon admiration pour les militant.e.s anti-oppressions : féministes, LGBTQQIA, anti-racistes, anti-spécistes, anti-capitalistes.

Pour sortir d’un labyrinthe, il suffit de tourner toujours dans le même sens. J’ai l’impression que pour démêler des problèmes intersectionnels, il faut faire la même chose en n’exprimant que ce qui nous pose problème. C’est une démarche que je trouve utile au quotidien, quelle que soit la gravité du problème.

  1. Enfin, savoir se situer quoi, le graphe, c’est peut-être une déformation d’informaticien. Voir à ce propos les excellents articles de Noémie Margnier ici-même, en avril <http://reflexivites.hypotheses.org/author/nomarignier>. []
  2. Vous avez lu la Propulsion à réaction sur Poil à fille ? C’est génial ! <http://janinebd.fr/la-propulsion-a-reaction/>. []
  3. Mes usuals supsects sont le patriarcat et le capitalisme. []

Nicolas Legrand

Slacktiviste anti-oppression. Informaticien pour bibliothécaires à la BULAC. J'ai trois diplômes universitaires qui n'existent plus. Un jour, j'ai voulu faire des humanités numériques, mais ça a l'air d'être trop de travail. Je préfère jouer de la clarinette.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *