Entre repentance et opposition à la repentance

La repentance peut beaucoup agacer. Certains doivent avoir l’impression d’avoir à demander pardon tout le temps pour des choses qu’ils n’ont pas faites (esclavage, colonisation…), des choses qu’ils ne pensent pas faire (sexisme, racisme, homophobie…). En faisant un travail empathique, on peut se rendre compte que l’on a eu un mauvais comportement. On peut se retrouver confronté à sa culpabilité, à sa honte. Quel intérêt peut-on avoir dans cette démarche si elle apporte ces désagréments ? Suffit-il de faire pénitence pour s’en sortir ?


Une génuflexion, une pirouette et tout va mieux !

En fait, j’ai rangé mes orties fraîches et mon silice. J’ai récemment tiré quelque chose d’un conseil que mon prof de Kendo nous avait donné il y a une dizaine d’années. Nous faisions des exercices où nous devions frapper un adversaire, et nous dégager1. Quand nous nous plantions sur les frappes, nous avions tendance à laisser tomber l’exercice et ne pas nous dégager. Le prof était agacé par ça, un jour, nous a dit un truc ressemblant à : « quand vous ratez une frappe, vous ne pourrez plus jamais revenir dessus. Elle est ratée pour toute votre vie. Cela ne sert à rien de s’appesantir. Par contre, la frappe n’est qu’une partie de l’exercice et c’est utile pour vous améliorer que vous alliez au bout de l’exercice ». Ces deux choses : « Ratée pour toute votre vie » et l’idée que notre but était de nous améliorer, de devenir de meilleurs kendokas. Voilà quelque chose que je peux transposer.

Mes premiers souvenirs datent de quand j’avais 3 ans : ma première année de maternelle. C’était horrible. Je pleurais à chaque fois que j’allais à l’école. Mon souvenir le plus vif, c’est le jour où quelqu’un de potentiellement plus rejetable que moi est arrivé. Un garçon du même âge, le seul à être noir dans toute la cours. J’ai sauté sur l’occasion : « regardez, il ne sait pas se laver, il est tout noir, il est tout sale ». J’ai trois ans, je viens de commettre le premier acte raciste dont je me souvienne. Non, ce n’est pas un innocent mot d’enfant : je voulais qu’il devienne celui que tout le monde rejetait, que ce ne soit plus moi, j’ai intentionnellement dit la chose la plus blessante possible qui m’est passée par la tête. Je vois toujours très bien son regard, sa blessure, son humiliation, sa colère. Je ne me rappelle pas l’avoir jamais revu dans cette école. Je n’ai aucune idée de la gravité de la blessure que je lui ai infligée. Je garde ce souvenir comme une des pires choses que j’ai pu dire à quelqu’un, c’est une de mes plus grandes hontes. Je ne pourrais jamais revenir en arrière. Je ne pourrais jamais effacer ce que j’ai dit. Je pourrais essayer de le retrouver, de m’excuser et croire que tout va bien s’il me dit « pas de problème ». Je pourrais essayer d’excuser mon acte en disant que j’étais petit, que je ne savais pas ce que je faisais et croire que tout va bien. Ça ne changera pas grand chose. Ce jour là, j’ai merdé. La seule chose positive que je peux faire dans ce genre de cas, c’est de le reconnaître, de réparer ce que je peux réparer, de faire profil bas, d’essayer de ne plus merder de cette manière là et d’en parler pour éventuellement éviter à d’autres de merder comme moi. J’ai merdé des tas de fois depuis, comme je merde encore et comme je merderai. J’essaye d’assumer mes erreurs et de ne plus les recommencer (Quand je parlais de l’utilité d’écouter les autres, c’est aussi ça que ça apporte : de la prévention anti-merdage. N’écouter que les dominants augmente la probabilité de blesser quelqu’un).

Si la repentance c’est, par exemple, faire « ouin ouin » sur le colonialisme et l’esclavage tout en participant aux systèmes racistes d’aujourd’hui, effectivement, ça ne sert pas à grand chose. Refuser de reconnaître un problème en dénonçant la repentance et continuer, par exemple, à participer a un système raciste, c’est gerbant pareil. J’essaye de trouver une autre voie que la repentance ou l’opposition à la repentance. J’ai du mal à tirer de la fierté de mon passé. J’ai du mal à tirer de la fierté du passé de mon pays. En revanche je peux placer beaucoup d’espoir dans la personne que je peux devenir. Je peux placer beaucoup d’espoir dans la société que nous pouvons devenir. C’est ce qui me permet d’affronter ma honte. C’est ce qui me permet de lire les féministes, de lire des articles sur le genre qui décrivent un système oppressif auquel j’ai participé.

  1. Ça ressemble assez à un combat des chevaliers du zodiaque en fait. Avec moins de dialogues entre chaque frappe. []

Nicolas Legrand

Slacktiviste anti-oppression. Informaticien pour bibliothécaires à la BULAC. J'ai trois diplômes universitaires qui n'existent plus. Un jour, j'ai voulu faire des humanités numériques, mais ça a l'air d'être trop de travail. Je préfère jouer de la clarinette.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *