Qui écoute-t-on ? L’opprimé.e ou celui qui parle à sa place ?

Un jour on tombe sur une histoire qui ressemble à : « j’étais homophobe, pendant un an je me suis fait passer pour un homosexuel, c’est horrible ce que l’on fait subir aux homos, maintenant, je comprends et je les défends1. » Si vous avez une timeline Twitter comme la mienne, beaucoup de gens se mettent à partager un tel truc. Et plusieurs militant.e.s se mettent à grincer des dents sur le ton de « oui, merci, ça fait des années qu’on vous le dit, vous ne nous écoutez pas, un hétéro le dit, vous le surdiffusez ».

Ça ressemble à l’exercice d’empathie que je viens de faire en tant que personne plutôt privilégiée2. Une partie de mon but est certes de me comprendre moi-même, de réfléchir sur la manière dont je pense et j’agis. Une autre est certainement aussi de vous donner des idées pour appréhender certains problèmes que posent les discriminations en fonction du genre, de la transidentité, de la sexualité, de l’origine sociale… Est-ce que j’ai réussi à perturber quelqu’un d’insensible à ces problèmes jusque-là ? Peut-être qu’il y a besoin d’avoir quelqu’un de proche de soi pour commencer à être convaincu de quelque chose ? Ce qui me semble important comme étape suivante, après un travail d’empathie, c’est d’arriver à se laisser convaincre d’un problème que l’on ne connaît pas, subi par quelqu’un dont on n’est pas proche socialement. Compliqué hein ? Comment faire, par exemple, pour écouter quelqu’un dont vous entendez beaucoup parler mais que vous n’entendez jamais parler ou à qui vous ne faites pas attention quand ille parle ?

Par exemple, un truc qui me tracasse en ce moment, c’est ce que disent les Roms. Est-ce que vous avez déjà écouté des Roms, victimes de racisme en France ? Est-ce que vous savez qui ils sont ? Quels sont leurs problèmes ? Leurs envies ? Je ne m’intéresse pas aux Roms, ni à leurs problèmes. Pourtant mon actualité en est remplie, que cela soit pour les défendre ou les attaquer. Malgré cette forte présence médiatique, je ne crois pas avoir jamais écouté un Rom, autrement que vingt secondes de micro montées dans le propos d’un journaliste. Ça m’est arrivé une fois de tomber sur une émission un peu plus longue où on entendait beaucoup des Gitan.e.s s’exprimer, cette émission montrait à quel point les Gitans étaient horriblement sexistes. SUPER. Bien sûr, mon accès aux médias est biaisé, j’ai un super radar anti-sexime où je vois passer pas mal de choses, d’où sans doute cette émission. Le sexisme chez les Gitans est peut-être un problème, mais le fait que la seule fois où j’ai écouté des Gitans parler un peu, ils soient passés pour des gros misogynes arriérés, ça fait bizarre3. Peut-être que je rate les news où l’on donne la parole aux Roms (et pas que à l’association qui les défend ou que au riverain qui les déteste). Je suis allé assister à une représentation du cirque Romanès donné pour Mediapart. J’ai beaucoup écouté Edwy Plenel et Olivier Poivre d’Arvor prendre la défense des Roms, mais pas beaucoup les membres du cirque eux-mêmes. Est-ce qu’ils se sont exprimés et que je me suis focalisé à l’époque sur les deux autres ? Les personnes avec qui j’étais m’assurent qu’Alexandre Romanès s’est bien exprimé. Est-ce que je passe en pilotage automatique et cesse d’écouter ? Depuis plusieurs semaines, je me pose la question et je suis plus en alerte sur ce sujet.

J’ai vécu un peu la même chose avec le féminisme avant de connaître des féministes. Je n’écoutais pas vraiment les féministes. J’avais une belle image d’emmerdeuses que l’on avait faite pour moi (médias, ami.e.s, etc.) : « Ho oui le féminisme, c’était utile avant, mais maintenant c’est bon, on peut passer à autre chose. Il y a plus important de toutes façons. Et puis, disons le franchement, elles desservent leur cause ». Sans doute que je n’avais jamais fait vraiment attention à ce qu’elles disaient avant d’avoir mon déclic. En les écoutant, je me suis mis à reprendre et diffuser ce qu’elles disaient. Quelques personnes se sont mises à me recadrer publiquement dans mon entourage, quelques femmes, un peu plus d’hommes, mais le plus curieux, ce sont des femmes qui sont venues me parler de problèmes qu’elles avaient, qu’elles ne semblent pas exprimer publiquement. J’ai pu aussi entendre des choses comme « je préfère ne rien dire, pour ne pas passer pour une chieuse ». Tic, tac, tic, tac. Le mécanisme se déroule sous mes yeux. Si l’on écoute les alliés au lieu d’écouter les féministes, c’est parce que les alliés ont le privilège d’occuper l’espace de parole. Le système que l’on a conçu fait tout pour marginaliser les gens qui veulent se plaindre de leur oppression, en dénonçant leurs actions comme étant la cause de tous leurs problèmes. Notre système rend le silence plus intéressant pour une victime. Les gens que l’on entend se plaindre ne sont qu’une petite partie d’acharné.e.s parmi ceulles qui subissent une oppression.

Pour pouvoir être convaincu par les victimes d’une oppression de la gravité de leur problème, il faut être en mesure de pouvoir l’écouter. On lit facilement dans Valeurs actuelles, ou d’autres journaux de la même qualité, qu’il y a des choses qu’on n’ose pas dire sur les Roms. Ose-t-on seulement les écouter, leur donner la parole ? Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’écoute pour l’allié, n’est pas un acte passif. L’allié doit aider à créer le terrain où les gens auront envie de s’exprimer, n’auront pas peur d’être rejetés, d’être moqués. C’est ce que l’on essaye de faire, par exemple, avec les safe space. C’est quelque chose que l’on peut faire tout le temps, partout, avec ses ami.e.s, sa famille, ses collègues. Être accessible, être inclusif. Il devient de plus en plus primordial pour moi d’arriver à faire ça et de prendre du recul avec certains lieux communs que l’on peut avoir sur les gens en fonction de leur genre, classe sociale, origine culturelle, etc.

En fait, ça ressemble à un travail historique : retourner à la sources, remettre en question ce que l’on dit sur un sujet. Je le répète. Il est important d’écouter les gens qui expriment un problème4, il est important d’écouter leur revendication, il est important d’essayer de leur faire de la place pour qu’ils puissent s’exprimer. L’allié ne doit pas se mettre en valeur, ne doit pas être mis en valeur, mais doit donner de la valeur aux discours de ceulles qui se battent contre les injustices qu’illes subissent. C’est nécessaire. Pour ne plus avoir, par exemple, l’indécence d’un David Pujadas face à des gens dont la vie est bouleversée :

  1. <http://www.theguardian.com/world/2012/oct/13/bible-belt-conservative-year-gay>. []
  2. Enfin, je ne m’attends pas trop à être surdiffusé ^^. []
  3. Le prisme de l’intersectionnalité a tendance à faire contextualiser l’information que l’on a sur le sexisme de personnes victimes d’autres types d’oppressions par ailleurs. En fait, c’est simple, dès que l’on voit des gens qui se tamponnent du féminisme d’une manière générale se mettre à le devenir dans ce genre de cas, c’est louche. []
  4. Voir publié ici le mois précédent par Jean-Raphaël Bourge <http://reflexivites.hypotheses.org/6000>. []

Nicolas Legrand

Slacktiviste anti-oppression. Informaticien pour bibliothécaires à la BULAC. J'ai trois diplômes universitaires qui n'existent plus. Un jour, j'ai voulu faire des humanités numériques, mais ça a l'air d'être trop de travail. Je préfère jouer de la clarinette.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Paul Willems dit :

    Magnifique point de vue.
    D’un autre côté, on pourrait défendre aussi l’idée que trop peu de professionnels de la parole prennent position sur certaines questions, et aussi que toutes sortes de compétences auxquelles d’autres personnes n’accèdent pas facilement sont utiles pour comprendre et analyser un problème. Il me semble regrettable moi que les intellectuels laissent systématiquement de côté certaines questions, ou au contraire, se servent de leurs compétences pour noyer les problèmes. Les intellectuels qui ne le font pas sont presque plus stigmatisés encore que les victimes elles-mêmes de diverses oppressions. Sans doute, y a-t-il un rapport entre ces faits. Il faudrait aussi distinguer les intellectuels chargés de la communication, et les intellectuels chargés de comprendre les problèmes et de les analyser. Ce n’est pas la même chose. Le meilleur journaliste d’investigation ne peut pas faire le boulot d’un chercheur en sciences sociales, il n’élabore pas de modèle, il ne peut concevoir une explication au sens fort. Or ce sont les journalistes qui sont chargés de communiquer sur les problèmes. Je me demande si le point de vue souvent limité auquel on a affaire n’est pas en partie du à cette répartition des tâches. Je me demande même si cette répartition des tâches entre les intellectuels, n’est pas due en partie au manque d’intérêt du monde de la recherche pour la réalité sociale, lequel manque d’intérêt serait dû au fait que l’intérêt pour d’autres questions est plus avantageux et moins « risqué » pour des intellectuels.
    Plus d’intellectuels devraient se positionner, sans pour autant prendre la place de l’autre ce qui est certainement la maladie la plus répandue qui soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *