Empathie et harcèlement de rue

Commençons parce ce qui a provoqué chez moi un déclic. Le harcèlement de rue était un problème évident pour moi quand le film de Sophie Peeters a fait parler de lui. Ce film était pour moi l’arme de guerre pour obtenir une prise de conscience massive. Seulement, tout le monde n’a pas semblé partager les mêmes évidences. Et là où pour moi il était évident de dire « ho là là, c’est naze, il faut condamner ça et réfléchir à comment améliorer notre environnement » je me suis mis à lire des choses comme « c’est pas très important, parlons d’autre choses », « vous ne comprenez rien à l’amour », « vous voulez brimer la liberté d’expression », « non, mais le problème c’est les arabes »1. J’en ai perdu mon sang froid2.

Ok, ce n’est pas évident pour tout le monde. Est-ce que ça l’a toujours été pour moi ? On ne m’a pas appris à aborder les gens que je ne connais pas, autrement que pour demander l’heure ou mon chemin. Ça ne me choque pas qu’on me donne de la pub ou un tract politique. Ça ne me choque pas qu’on me demande de l’argent, des clopes. Ça ne me choquait pas vraiment que l’on aborde les filles. Pour moi, ça rentrait dans la catégorie « pénible, mais pas monstrueux » similaire à la sollicitation pécuniaire. Je peux situer très clairement le moment où j’ai réalisé que c’était un problème qui allait au delà de la vexation personnelle.

Quand j’étais étudiant à Tours, je passais régulièrement sur le pont de fil. Ne serait-ce que pour aller à la fac de géo. Je l’ai pris un jour de beau temps. Je ne sais plus pourquoi (promenade, rendez-vous ?), je me rappelle juste que je n’étais pas pressé.

Pont de fil (ou passerelle Saint-Symphorien). Source de l'image.

Pont de fil (ou passerelle Saint-Symphorien). Source de l’image.

Sur le pont se tenait accoudée une personne qui me regardait passer. Elle m’interpelle en me disant que j’ai de très beaux cheveux. Ça me fait plaisir parce que je trouve que j’ai de très beaux cheveux et j’aime beaucoup qu’on me le dise3. Puis elle commence à me proposer de me sucer la bite sur les bords de Loire. Je la regarde, elle n’est franchement pas mon type… Je me dis « mhmm… Il y a bien des hommes qui m’attirent, mais toi, tu ne me plais pas trop…» En plus, j’étais en couple avec quelqu’un dont j’étais amoureux à l’époque et qui n’aurait pas aimé que je vois d’autres gens. Il continue : « j’aime beaucoup les grosses bites.
– Ha… Justement la mienne est petite :).
– C’est pas grave je sais les faire monter… (regard langoureux).
– … Nan, mais ma copine ne sera pas contente.
– Elle ne le saura pas…
– …»
J’arrive plus ou moins à m’en dépêtrer, mais au moment de partir il demande à me faire un câlin et me prend dans ses bras en se collant complètement contre moi et en me serrant. Hum. Je commence à être gêné, il me laisse. Je termine ma traversée. Je me sens franchement gêné. Je me rappelle que pour rentrer, je suis passé exprès par un autre pont.

800px-Pont_wilson_ph1

Pont de pierre (ou Pont Wilson). Source de l’image.

Il m’a fallu un certain temps pour ne pas passer par le pont de fil sans y penser. Je me suis mis à l’éviter quand ça ne me faisait pas faire de gros détours. Je me suis mis à avoir peur que si je le croise dans les mêmes conditions, il aille plus loin. Pour rajouter quelques couleurs sombres, c’est un pont sur lequel un meurtre avait eu lieu quelques années plus tôt. J’ai commencé à imaginer des choses trashs. Peut-être que c’était un mec totalement inoffensif. Sur le coup, il ne m’a pas fait peur, il avait même l’air plutôt gentil. Le fait qu’il se permette de rentrer autant dans mon espace, sans me connaître a fait que j’ai cessé de me croire en sécurité.

Jusqu’à ce moment, j’avais peu prêté attention aux plaintes de mes amies sur le fait d’être harcelée dans la rue. Se faire siffler, s’entendre dire que son père a volé toutes les étoiles du ciel, se faire proposer de l’argent, voir se faire attraper par le pubis dans la rue et être regardée comme étant la personne qui a un comportement déplacée après avoir crié contre son agresseur… Toutes les histoires que j’avais entendus, je n’avais pas soupçonné que cela pouvait être aussi désagréable. Jusqu’à maintenant, j’évitais certains endroits, certains groupes de personne parce que j’avais peur de me faire casser la gueule. Je me suis mis à éviter ce pont parce que je me suis mis à avoir peur de me faire casser la gueule et/ou de me faire violer et/ou de me faire tuer après.

Notons au passage une intersection intéressante : c’est l’idée que l’homophobie peut être pour un homme hétéro la peur qu’un homme se comporte avec lui comme les hommes hétéros peuvent se comporter avec les femmes. Argh. Oui, c’est cette peur que j’ai eue. Le problème pour moi n’est pas l’homosexualité, mais d’avoir un comportement qui puisse faire croire à l’autre qu’il est en danger. Même s’il était bien intentionné, même s’il ne ferait pas de mal à une mouche, ce type m’a fait flipper.

Une toute petite anecdote. Une seule. Une seule toute petite mésaventure sans conséquence et ça m’a gonflé. J’imagine le fou-rire de toutes celles qui se font emmerder quotidiennement, qui ont l’impression d’avoir presque toujours subit ça, il doit y avoir de quoi en pleurer :). Et pourtant, j’ai l’impression d’avoir réussi à mieux mesurer le problème à partir de là. À partir de ce jour, j’ai cessé de juste faire un sourire gentil à quelqu’un qui venait de subir un harcèlement de rue, et je me suis mis à plus écouter, à ne plus nier la gravité du problème. La polémique sur le harcèlement de rue m’a permis de rencontrer de nombreuses féministes sur twitter, avec la même attitude d’écoute, j’ai appris beaucoup de choses sur la manière dont on pouvait s’approprier l’espace et assigner des rôles aux gens en fonction de leur genre.

Si vous n’êtes toujours pas convaincu du problème, avez-vous essayé de faire cet exercice d’empathie ? Il faut essayer d’imaginer que l’on se fasse aborder par une ou plusieurs personnes, que vous les ne connaissez pas, qu’ils peuvent physiquement vous contraindre, que cette ou ces personnes font parti du genre détenant une proportion proche d’une majorité soviétique dans le décompte des violences sexuelles. Est-ce que vous vous sentez rassuré ? Pensez-vous mettre en place des stratégies d’évitement ? Changez-vous votre comportement, votre manière de vous habiller ? Denis Colombi a écrit un excellent article sur le sujet.

  1. Voir le projet « Moi aussi » <http://projet-moi-aussi.tumblr.com/fr>. []
  2. Je n’en ai pas beaucoup. C’est la première fois que je me rendais compte que les féministes se faisaient chier à répéter les mêmes choses, et que la moindre petite remarque sans importance comme le truc le plus grave se prenaient une levée de bouclier démesurée systématiquement (j’emploie « systématiquement » au sens littéral). Sur la levée de bouclier liée à l’importance du combat, Valérie Crêpe-Georgette a écrit un article intéressant sur le sujet, du « mademoiselle » au viol <http://www.crepegeorgette.com/2014/01/16/comment-bien-choisir-votre-combat-feministe/>. []
  3. C’est toujours vrai. []

Nicolas Legrand

Slacktiviste anti-oppression.

Informaticien pour bibliothécaires à la BULAC. J’ai trois diplômes universitaires qui n’existent plus.

Un jour, j’ai voulu faire des humanités numériques, mais ça a l’air d’être trop de travail.

Je préfère jouer de la clarinette.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *