[Pouce levé] « Tellement vrai »

En s’appuyant sur les études de genre, les activistes féministes, LGBTQQIA1, anti-racistes, m’ont aidé à me transformer et, j’aime le croire, à m’améliorer. Harder, better, faster, stronger. Ce mois-ci, je compte réfléchir à la manière dont les études sur le genre, les activistes m’ont transformé. Je compte me demander pourquoi j’ai été aussi sensible à tous ces discours. Ce premier billet donne d’une manière un peu décousue les raisons qui m’ont amené à croire que l’empathie est une piste intéressante.

Je ne reviendrai pas beaucoup sur la manière dont ça a affecté ma manière de penser. Pouvoir devenir soi-même un objet, pouvoir exprimer son intention dans l’énoncé de son travail furent une véritable libération. J’ai déjà écrit un peu sur ces sujets2. Parfois, j’aimerais partir en croisade contre les grincheux pour qui objectivité signifie forcément impartialité, puis je me dis que ça va être fatigant et je passe à autre chose. Voilà.

Michel Winock parlant de son absence d'intention sur France Culture.

Michel Winock parlant de son absence d’intention sur France Culture. Source de l’image.

Je parlerai un peu de qui je suis devenu. J’ai gardé le même genre, la même sexualité3, mais je suis devenu intransigeant. J’ai perdu certains amis en grognant presque systématiquement contre toute forme de discrimination (sexisme, racisme, transphobie, biphobie, homophobie, validisme…). Je suis devenu végétarien, puis végétalien et finalement je vire sans doute anarchiste4. Wow. Quel rapport avec le genre ? Christine le Doaré parlerait sans doute de gloubi-boulga5. Le gloubi-boulga, je trouve que c’est un nom sympathique pour l’intersectionnalité, parce que c’est un peu comme ça que je l’ai vu pendant longtemps, un genre de bouillie dont on ne comprend pas bien ce qu’il y a dedans. Il agace beaucoup les radfems universessentialistes parce qu’elles se retrouvent à se faire traiter de raciste ou de transphobe (ou pire) alors qu’en même temps, on donne l’impression d’excuser certaines violences faites aux femmes. Le concept d’intersectionnalité est une bête bizarre. J’essaierai d’expliquer comment je l’ai compris et comment je me propose de le démêler, mais ce n’est toujours pas par là que je souhaiterais commencer.

Peut-on travailler sérieusement sans graph jokes ?

Peut-on travailler sérieusement sans graph jokes ?

Le point vraiment important qui m’est apparu, c’est que je crois avoir bâti tous ces changement sur un château de carte. J’ai longtemps été agacé qu’autant de gens refusent de voir les évidences que je vois dans les résultats des études sur le genre, agacé qu’ils ne daignent même pas lire les études sous prétexte qu’elles sont « militantes ». Et puis… Attendez… Est-ce que j’ai lu ces études moi-même ? Est-ce que, face à une étude dont le résultat m’agace, je ne trouve pas des moyens de la rejeter rapidement en pointant la première bêtise trouvée dans un graphique ou en reprochant à l’étude d’être financée par un lobby ? Flûte, je n’ai pas tellement eu besoin de preuves pour ou contre pour croire tout ce que me racontaient mes activistes chéri.e.s. Je citais allégrement des études dont j’avais entendu parler dans l’Introduction aux études sur le genre, sur les blogs de Anne-Charlotte Husson, Denis Colombi, dans un article pédagogique d’Éric Fassin, etc. De toute façon, lire le travail des autres m’ennuie, je préfère expérimenter moi-même6. Ça n’enlève rien au fait que je ne vérifie pas franchement le travail des autres (je n’en ai pas trop honte, parce que je ne suis pas le seul, il suffit d’assister à un jury de thèse pour l’observer7). Cela dit, il y a quand même dans ce que je lis un discours, de la logique, des objets qui s’emboîtent, un travail de réflexion pour les comprendre. On ne peut pas dire que ça ne part de rien, mais s’il s’agit de devoir donner le degré de preuve scientifique que je pense avoir sur tel ou tel résultat des études de genre, il serait plus honnête de dire que j’ai liké en commentant : « tellement vrai ». Pourquoi est-ce que j’ai fait ça ? Pourquoi est-ce que ça m’a convaincu ?

Tellement vrai.

Tellement vrai.

Il y a sans doute déjà un terrain favorable. Par exemple, les milieux de cis-het homosexués me filent des boutons. J’ai la chance d’avoir pu m’en rendre compte en fréquentant des milieux mixtes, diversifiés dans lesquels je me sens beaucoup plus à l’aise. Safe. Autre exemple, dès que quelqu’un exprime des suppositions sur qui je suis, ce que je fais bien, mal, ce qu’il est curieux que je fasse, ce qu’il est normal que je fasse, en se basant sur mon genre, ma sexualité ou ma culture, ça me crispe. Tout cela, je m’en suis rendu compte après avoir analysé mes émotions au prisme du genre, après mon plongeon dans le féminisme. Ce plongeon a été très rapide et intense, vers août 2012. La polémique sur le harcèlement de rue a été le déclic de choses que je ruminais depuis très très longtemps. C’est durant ce plongeon que j’ai réussi à identifier ce qui me posait problème dans mon entourage. C’est aujourd’hui que je réalise pourquoi ce plongeon m’a emmené très loin, là où avant je me prenais un gros plat sans m’enfoncer dans l’eau. C’est à ce moment là que je suis devenu très empathique vis-à-vis des problèmes soulevés par les féministes.

Je ne l’ai compris que récemment, en m’intéressant au carnisme8. Le système oppressif qui justifie l’élevage et l’abattage d’animaux pour les manger a été théorisé par Melanie Joy. J’ai regardé une conférence d’elle, le début est horrible : on voit plein d’images ultra-niaises d’enfants avec des animaux. Elle explique ensuite qu’elle aime beaucoup montrer ces images pour illustrer l’empathie forte qu’il existe entre les animaux et les êtres humains. Tout au long de sa conférence, elle explique que si l’on est capable de tuer et manger certains animaux tout en ayant des animaux de compagnie que l’on serait incapable de manger, c’est que l’on opère une rupture empathique avec les premiers et pas avec les seconds. Gros, gros flash. Une nouvelle bombe.

Si je me suis jeté à corps perdu dans toutes les idées et théories féministes, anti-racistes, LGBTQQIA, c’est entre autres parce que les descriptions de rejets, de violence, de peur se sont mises à tout de suite marcher. J’ai réussi à établir un lien empathique, qui m’a permis, sans avoir vécu ces problèmes, de les imaginer, d’imaginer les émotions qu’elles provoquent, d’imaginer les répercussions qu’elles ont sur la vie de la personne qui les raconte, de réaliser que je participe moi-même à des systèmes oppressifs et de valider tout cela comme intolérable, intolérable au point de ne pas avoir peur de se fâcher. Le fait que la réponse à ces problèmes réclamés par mes activistes chéri.e.s n’est que l’égalité, les rendent d’autant plus sympathiques.

Bon, c’est super, mais d’où me vient cette empathie ? L’éducation à base de « ne fait pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse à toi même » a dû bien rentrer. Quelques tartines de catholicisme et d’amour du prochain par dessus ont dû faire leur petit effet. Je ne sais pas vraiment. Je pense que cette empathie n’est pas évidente, que je n’ai pas toujours réagi de la même manière aux mêmes sujets. Quelle que soit l’origine de ce déclic empathique, il m’apparaît désormais très probable que le lien empathique permet de comprendre l’autre, de le respecter et que la rupture de ce lien permet au contraire de nier ses problèmes et de l’oppresser.

C’est le thème que j’aimerais donner à ce mois, je vais essayer de parler de mes propres expériences pénibles, de montrer comment elles me servent pour reconnaître des formes d’oppression, comment je me base là-dessus pour démêler le gloubi-boulga. Et si j’ai la forme peut-être quelques autres surprises <3.

  1. Particulièrement les LBTQA. []
  2. Je me suis notamment mis à justifier mon travail par le plaisir que j’avais à le faire <http://eproto.hypotheses.org/71>, et à comprendre pourquoi, sans avoir d’intention, l’Histoire est fadasse <http://eproto.hypotheses.org/52>. []
  3. Je rejette de plus en plus l’idée d’être hétérosexuel cela dit. []
  4. Sinon, je me suis mis intensivement à la clarinette, ce qui n’a je crois aucun rapport avec le genre. Cependant, j’ai conscience que le fait de pouvoir y consacrer autant de temps à 35 ans est fortement lié à mes privilèges matériels. J’observe aussi la répartition des genres en fonction du registre joué, j’ai pour l’instant le ressenti que le registre le plus mixte est le classique. En étudiant l’histoire de l’instrument, j’ai réalisé que sa facture contemporaine, en ébène, était sans doute fortement lié à un commerce probablement inéquitable de la colonisation à aujourd’hui. Bref, j’ai du mal à faire un truc sans penser aux systèmes oppressifs qui l’entoure. []
  5. Voir <http://christineld75.wordpress.com/2014/03/09/un-etrange-8-mars-2014/> pour découvrir une des origines de mon sous-titre : « genre et empathie à deux ou trois gloubi-boulgas près. » []
  6. Voir ce que j’ai écris sur les débats parlementaires de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe <http://eproto.hypotheses.org/tag/mariage-pour-tous>. Sans doute assez naïf et fragile, mais très amusant. []
  7. Je ne devrais pas trop me moquer, j’ai aussi participé à des jurys de master sur des travaux que je ne comprenais pas bien. : []
  8. Parmi les activistes féministes dont je parle, beaucoup sont aussi anti-spécistes, végétarien.ne.s, végétalien.ne.s ou vegan.e. []

Nicolas Legrand

Slacktiviste anti-oppression. Informaticien pour bibliothécaires à la BULAC. J'ai trois diplômes universitaires qui n'existent plus. Un jour, j'ai voulu faire des humanités numériques, mais ça a l'air d'être trop de travail. Je préfère jouer de la clarinette.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 06/06/2014

    […] quelle rôle l’empathie a joué pour me convaincre du bien fondé de leurs travaux. Le premier article présentant un peu ma démarche vient de paraître. Je vous invite à me lire là bas si le sujet […]

  2. 14/07/2014

    […] là encore, faut-il au moins qu’une certaine empathie puisse se mettre en place sur le terrain de recherche, sinon point de partage de cet ordre. On voit […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *