Faut-il aimer le porno pour l’étudier ?

Massimo and Pierce

Massimo and Pierce

Les pornologues débarquent

Suivant d’autres pays comme les Etats-Unis, la pornographie émerge ces dernières années comme champ d’étude en France. Les sciences humaines s’emparent de ce sujet « vulgaire », notamment à travers les études de genre. Ce nouveau champ d’étude, comptant parmi les cultural studies, offre un terrain de recherche riche, varié et relativement vierge,  ce qui donne l’occasion à différents chercheurs[1] de confronter leurs points de vue, parfois irréconciliables. Pour preuve, on peine à trouver une définition commune de base à la pornographie. Afin de définir la pornographie, c’est désormais devenu une tradition pour les pornologues[2]  d’évoquer le juge étatsunien Potter Stewart qui, lors du procès Jaco bellis vs Ohio (1964), peinant à définir  précisément la pornographie,  se contenta d’un sentencieux « Je la reconnais quand j’en vois » (I know it when I see it). Y-aurait-il donc une difficulté à définir précisément la pornographie, au point d’abandonner tout tentative de détermination ? Pas si sûr. Si beaucoup se plaisent à invoquer l’anecdote du juge Potter Stewart, comme je viens de le faire, ils n’en finissent pas moins par définir assez précisément la pornographie. Lorsque l’on lit les différents auteurs qui traitent de la question, quelque fût sa discipline ou son angle d’approche, une définition semble faire finalement consensus, enfin, une définition minimale, car c’est bien là un sujet qui donne cours de nombreuses approches et interprétations. Empruntons pour notre propos celle du philosophe étatsunien Tait Szabo : « Nous définirons comme pornographique toute représentation sexuellement explicite ayant pour but de produire une excitation sexuelle sur le public »[3]. Il précise également que : « tout support explicitement sexuel n’est pas forcément pornographique –puisqu’il doit être conçu pour provoquer une excitation sexuelle ». Mais là, sa définition diffère déjà d’une acception plus floue qu’en ont d’autres, pour qui la simple représentation de sexe explicite suffit à qualifier la pornographie, incluant de fait bon nombres d’œuvres artistiques. En partant de la définition de Szabo, il y a donc trois critères à réunir pour qualifier la pornographie, à savoir : une représentation de sexe explicite, une intentionnalité de l’auteur et une excitation sexuelle en réaction. À mon sens, il est vain de vouloir attribuer un caractère pornographique à quoi que ce soit sans ces caractéristiques impératives. Il serait en effet abusif de vouloir qualifier les pages de sous-vêtements des catalogues de vente par correspondance de pornographiques sous prétexte qu’elles peuvent servir de support érotique à un jeune public n’ayant pas accès un matériel pornographique, ou de même, d’attribuer un caractère pornographique à certaines imageries médicales car montrant du sexe explicite. Une fois définie, une des questions qui se posent le plus dans les sciences humaines sur la pornographie est de savoir ce que fait la pornographie. Pour répondre à cette question il n’y pas le moindre consensus, même minimal : les avis divergent, se contredisent et s’opposent. Selon les auteurs, la pornographie est alors investie de différents pouvoir et effets. Tantôt catharsis tantôt mimesis, discours performatif ou simple support fantasmatique, question morale ou question politique, élément constitutif du genre ou produit découlant du genre, outil d’aliénation ou outil d’émancipation, la pornographie donne cours à de nombreuses théories et à de vifs débats intellectuels et militants[4]. Finalement, les pornologues s’accordent au moins sur le fait que la pornographie à pour effet premier (ou primaire, c’est selon) d’exciter sexuellement son consommateur… ou sa consommatrice.

Christophe Dominici, "Nu".

Christophe Dominici, « Nu ».

Mais tous ces pornologues sont-ils eux-mêmes des consommateurs de pornographie ? Est-ce que la pornographie excite (encore) sexuellement le pornologue ? Le pornologue est-il pornophile ? Et inversement, doit-on être pornophile pour être pornologue ? Il est évident que les différents auteurs qui se penchent sur la pornographie en sont au minimum des consommateurs de fait dans le cadre de leur recherche. On peut imaginer que, comme la grande majorité de leurs contemporains, ils en consomment  également dans un cadre intime. Pour autant cette question est peu abordée. On demande assez naturellement  à un spécialiste de littérature quel genre de littérature il aime, si la Princesse de Clèves c’est sa tasse de thé, à un historien quelle est sa période historique de prédilection, s’il a des inclinaisons antiquisantes, à un politiste son opinion politique ou s’il se reconnaît dans un parti politique, mais il faut bien avouer qu’on demande rarement à un pornologue s’il préfère les scènes de bukkake ou le porno queer. Et puisse qu’on ne me pose pas la question, je vais tout de même tenter d’y répondre. Enfin, je ne vais pas me livrer à une confession publique, comme si d’emblée on était dans un répertoire religieux du péché et de la culpabilité. Je veux plutôt ici poser cette question simple de savoir s’il faut aimer le porno pour bien  l’étudier.

M.M., pornologue malgré elle

 À lire et à côtoyer des pornologues, et même si la question de la posture du chercheur-consommateur de pornographie est rarement abordée, on arrive tout de même à saisir, souvent par détours et par déduction, l’approche personnelle que peut être la leur. Pour certains ont devine un œil relativement bienveillant, alors que pour d’autres le rejet est très fortement exprimé, accordant leur analyse à leur propre regard, ou inversement. Ainsi, lors d’une table ronde organisée par Les Chiennes de Garde[5] qui portait sur les moyens juridiques et les actions possibles à mettre en œuvre pour faire interdire la diffusion de porno ayant pour thème les violences conjugales, cette question fut abordée de manière indirecte par une pornologue philosophe invitée pour l’occasion. Une pornologue que nous appellerons ici M.M.. Cette dernière, accaparant grandement le temps de parole pour défendre ses thèses très critique vis-à-vis de la pornographie, comprise de son point de vue comme un tout indifférencié et hautement condamnable à bien des égards, et devant les avis plus nuancés exprimés autours de la table, se lança dans une diatribe anti-pornographie qu’elle tenta d’étayer en s’appuyant sur sa propre expérience avec la pornographie. Sans même se soucier de savoir qui était son auditoire, quelque peu médusé devant ses envolées –M.M. parle toujours beaucoup et fort, elle affirma avec insistance que par ses recherches, elle était celle qui avait eu à subir le plus de porno dans l’assistance, tout en réaffirmant sa neutralité et son objectivité scientifique. Sans revenir sur les prétentions de M.M. à détenir un bien étrange record de visionnage de porno, on remarque la violence que représente pour elle d’avoir à visionner de la pornographie dans son ensemble, sans aucune distinction de forme, de genre ou de style. Dès lors, se pose une vraie question quant à son approche personnelle et scientifique. Comment peut-on prendre suffisamment de recul vis-à-vis de son objet quand celui-ci représente une si grande aversion pour un chercheur ? Bien évidemment, on ne saurait imposer d’aimer son objet comme préalable nécessaire  à son étude, mais à vouloir investir une question dans un objectif à peine masqué de déqualification de son objet, ne risque-ton pas de vite tomber dans le piège du procès à charge ? Est-on encore capable de mettre suffisamment de distance entre soi et son objet. On rétorquera qu’il est tout à fait possible -voire préférable-  d’être antiraciste et pour étudier le racisme ou que l’on peut très bien être antisexiste pour étudier le sexisme. Mais cette comparaison est problématique car elle revient à penser la pornographie constitutivement comme un problème social qu’il serait nécessaire de résoudre. S’il peut sembler comme allant de soi de vouloir appréhender le racisme et le sexisme comme des processus discriminants à combattre, cela est beaucoup moins évident pour la pornographie. En appréhendant comme M.M. la pornographie comme un objet qui intrinsèquement produit et encourage le sexisme, qui corrompt les jeunes esprits, ou encore qui atteint la probité des « honnêtes gens », on se ferme toute possibilité d’analyser avec discernement la pluralité de la pornographie et de ses usages, non sans méconnaitre ses faces les plus sombres. Ou alors on annonce clairement son postulat de départ sans se cacher derrière son statut de chercheur « neutre », sinon on finit par échanger son rôle de chercheur pour celui de procureur au tribunal des idées. Certes la pornographie est un produit culturel particulier, mais pour autant il mérite tout autant d’égard qu’un autre si l’on veut pourvoir le décrypter avec discernement et en analyser les enjeux avec pertinence, et finalement se rendre compte, par exemple, que la question de savoir si le porno est bon ou mauvais est totalement aporétique. Bien évidemment, cela n’empêche nullement les discours très critiques envers la pornographie. Pour autant, faut-il aimer le porno pour l’étudier ?

De la posture du pornologue

Reprenons la comparaison faite plus haut avec d’autres objets d’étude, on entend souvent des chercheurs parlant de rap ou de jazz préciser qu’ils en sont eux-mêmes des amateurs, comme pour montrer leur degré d’expertise et appuyer leur légitimité à en parler ; on entend moins un pornologue se vanter de sa passion pour l’œuvre d’Annie Sprinkle pour certifier sa bonne connaissance du porno. Le porno ne doit pas être un objet d’étude à part, il mérite le même sérieux que tout autre objet. Mais ce sérieux qui n’est pas toujours reconnu au pornologue ne doit pas non plus conduire à une quête de respectabilité à tous crins. Il ne faut pas être tout à fait sérieux pour être pornologue. On peut tout de même signaler une exception notable, celle de la post-pornographie, où la question du point de vue du chercheur, savoir qui parle et d’où il parle, est particulièrement interrogée.  On a ainsi pu voir une pornologue comme la sociologue Marie-Hélène Bourcier affirmer son intérêt pour la pornographie queer et même co-organiser le très intéressant Pornfilmfestival de Paris, festival queer inscrit dans la lignée du Pornfilmfestival de Berlin créé en 2006. Cette approche située permet de mieux appréhender ses écrits en comprenant précisément d’où parle son auteure. S’il est impératif d’être toujours honnête intellectuellement dans ses recherches, il faut également assumer cette part irréductible de subjectivité plutôt que de vouloir s’abriter derrière une objectivité bien vaine, surtout lorsqu’il s’agit d’étudier un sujet qui, de près ou de loin, nous touche personnellement et intimement. Il est bien ici question de point de vue du chercheur, un chercheur qui aurait renoncé à revendiquer une neutralité illusoire au profit d’un savoir situé. On lit tout à fait différemment les considérations d’Emmanuel Kant sur la sexualité dans le couple[6] quand on connaît son absence de vie sexuelle. Connaître la continence sexuelle de Kant ne rend pas moins intéressante sa pensée, mais cela permet parfois de lire sous un autre jour. Mais ne nous trompons pas, si Kant n’a vraisemblablement pas eu de vie sexuelle, il conserve néanmoins toute latitude de parler de sexualité. Cela ne nous empêche pas non plus de penser que son abstinence charnelle explique son peu de génie pour parler de sexe.  Il n’est donc pas nécessaire d’apprécier la pornographie pour l’étudier, on peut même la détester, mais il me parait important d’être suffisamment clair sur son propre rapport à la pornographie. On n’est donc pas obligé d’aimer le porno pour l’étudier, encore faut-il (se) le dire. Nul besoin de clamer haut et fort son amour ou son désamour du porno, ce n’est pas de cela dont il s’agit.  Il doit bien y avoir un moyen d’aborder simplement la question, certain-e-s le font très bien.

J’aime bien le porno.


[1] Pour avoir un aperçu des différents chercheurs et de leurs thèses, on se reportera avec intérêt aux différents ouvrages cités dans les notes suivantes.

[2] Nous appelons ici pornologue, tout chercheur, toutes disciplines confondues, ayant pour objet d’étude, exclusif ou non,  la pornographie. En parlant de pornologue, cela permet de souligner l’indispensable pluridisciplinarité de l’étude de la pornographie, tout en appréciant l’usage éminemment ironique de ce vocable savant qui peine à masquer cet objet d’étude « si peu sérieux ».

[3] SZABO Tait, « Un étrange amour ; Ou comment j’ai appris à ne plus m’inquiéter et à aimer la pornographie », in : MONROE Dave & ALLHOFF Fritz (dir.), La philosophie et le porno, Champs sur Marne, Original Books, 2011, p. 109-110.

[4] Je ne développe pas ici ces idées et ces débats, aussi pour approfondir ces questions on lira avec intérêt les ouvrages suivants : COURBET David, Féminismes et pornographie, Paris, La Musardine, 2012 ; DUBOIS François-Ronan, Introduction aux porn studies, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2014 ; PAVEAU Marie-Anne, Le discours pornographique, Paris, La Musardine, 2014. Je me permet de signaler également un de mes articles : « Sex Wars and Queer Theory : le laboratoire pornographique» in : BENHAM Gilles (dir.), Femmes philosophes, Mag Philo [en ligne] revue du Centre National de Documentation Pédagogique, décembre 2011.

[5] « Pornographie/image de la femme », table ronde organisée par l’association féministe Les Chiennes de Garde le 15 mars 2006 à Paris.

[6] KANT Emmanuel, Éléments métaphysiques de la doctrine du droit, Paris, A. Durand, 1853, p.112-115


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Adeline dit :

    Oh merde, moi je voulais savoir ce que Jean-Raphaël Bourge regarde comme porno.

    Tout ça pour ça !

  2. DM dit :

    Posée à un oncologue, la question « Faut-il aimer le cancer pour l’étudier ? » paraîtrait incongrue.

    Il conviendrait donc de distinguer en quoi la situation du chercheur en sociologie ou philosophie est différente de celle de l’oncologue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *