« Et tout ça pour finir docteur es partouze ? »

ton sexe est politique

 

Le choix du thème de recherche et la définition du sujet sont des phases essentielles dans l’élaboration de son projet de thèse. C’est un moment fort, car il s’agit alors de déterminer ce qui va nous accompagner pendant plusieurs années. Il faut bien évidemment s’assurer du choix d’un sujet dont on aura plaisir à travailler, mais qui va également déterminer les personnes et les milieux que l’on va côtoyer. Ce choix peut-être aussi très stratégique pour une carrière future, certains sont capables d’une grande indifférence quant à leur sujet, ne gardant en vue que  les opportunités professionnelles futures. Ce qui est rarement le cas lorsque l’on traite des questions de genre et de sexualités, à fortiori encore plus en science politique. Dans cette discipline un peu frileuse, on sait qu’on doit plutôt accepter d’être rangé au rayon des curiosités sympathiques. Mais mesure-t-on toujours le poids que, parfois, peut devenir un sujet de recherche ? Car si on réfléchit volontiers à l’influence du chercheur sur son objet, on pense un peu moins aux conséquences directes et indirectes de l’objet sur le chercheur et son environnement.

.

Une réputation d’étudiant aux sujets « rigolos »

« Et tout ça pour finir docteur es partouze ? », voilà ce que ma mère m’asséna, mi-amusée mi-déçue, en découvrant les thèmes de recherche de mon mini-mémoire de licence, « Genre et hétérosexualité soumis à l’épreuve du sadomasochisme », et de mon mémoire de maitrise « La pornographie peut-elle être une arme politique de lutte féministe ? »[1]. Soudainement et dorénavant, mes études en science politique prirent un air de farce à ses yeux. « Salie » par le sexe, cette discipline universitaire qui jouit habituellement d’un fort prestige, largement exagéré notamment à cause de la confusion avec la fabrique à élites Sciences Po Paris®-[2], perdait tout à coup de sa superbe. Rien de bien grave, n’est-ce pas un peu le rôle des enfants de décevoir leurs parents ? Par contre, dans mon entourage, qui compte bon nombre d’universitaires, mes travaux suscitèrent alors un peu plus d’enthousiasme ou à minima de bienveillance amusée. Mon sujet de mémoire de recherche de Master 2[3] n’eut pas du tout la même « popularité », bien au contraire, le sujet très (trop ?) sérieux ne donnant aucune prise à la plaisanterie comme le purent les précédents. Et pour cause, s’intéresser à la construction sociale de la figure du pédophile n’a rien ni de « sexy » ni n’est prétexte à la trivialité comme peuvent l’être le BDSM et le porno. L’évocation de cette thématique  tend alors à figer mes interlocuteurs et à les renvoyer à une panique morale[4] majeure qui perdure dans nos sociétés depuis les années 1980[5]. La centralité du sexe et des sexualités dans mes recherches qui me valurent d’abord une réputation d’étudiant aux sujets « rigolos », devint ensuite source de gêne dans mon entourage et tout à chacun prit alors le soin de ne plus me demander des nouvelles de l’avancée de mes recherches. Certes, le choix de son sujet de recherche, relativement libre dans le département dans lequel j’ai effectué mon parcours universitaire, est avant tout une affaire personnelle, dans le sens ou l’on est pratiquement seul face à son sujet tout au long de ses recherches. Mais il faut reconnaître qu’il est plus facile de gérer un sujet dont il est aisé de parler avec d’autres. La « solitude du chercheur » confinant parfois à un sentiment d’abandon, l’échange avec d’autres est nécessaire. Mais la discussion n’est pas toujours aisée.

Seul

L’échange, la discussion et la soumission à la critique et aux remarques de ses pairs (et des autres) de ses propres travaux, en cours ou achevés, sont essentiels à la recherche. En effet, la confrontation des idées permet d’amender, de corriger, de peaufiner, d’enrichir et finalement de valider son travail. Quelle valeur pourrait avoir un travail qui n’ait été relu, analysé et critiqué ? Bien entendu, il y a toujours et d’abord l’indispensable regard de son directeur de recherche, mais, comme celui du jury le cas échéant, il ne saurait suffire à la consolidation de sa pensée. C’est la multiplicité des points de vue et des critiques afférentes qui permet en définitive de mieux soutenir une construction intellectuelle. Pour cela, la présentation de ses travaux à travers des publications, des colloques, séminaires et autres journées d’étude s’inscrit pleinement dans l’élaboration de résultats scientifiques solides. En plus de la légitimité disciplinaire qu’ils confèrent, ces dispositifs offrent des cadres discursifs formels et informels propices aux échanges enrichissants. En tout jeune aspirant à la recherche, j’ai voulu présenter mes travaux sur la  figure du pédophile, j’ai donc proposé des interventions dans des colloques, interventions qui à mon grand bonheur ont été retenues. J’ai donc eu l’opportunité de pouvoir parler de mes recherches balbutiantes. Mais mon espoir d’échange s’éteint bien vite. Car si le monde non-universitaire rebutait à aborder mon sujet, je dû me résoudre à accepter qu’il en était de même pour le monde universitaire. Une de mes premières interventions, à un colloque, « Interdits et genre ; Constructions, représentations  et pratiques du féminin et du masculin»[6], me laissait encore espérer pouvoir échanger au vu du thème du colloque. Mais au moment des questions après mon intervention, les seules mains qui se levèrent dans l’immense amphithéâtre bondé de la MSH de Tour le furent très gentiment pour me complimenter sur mon audace quant au choix de mon sujet et sur son importance ou sur la qualité du papier. Beaucoup de personnes sont venues également me dire de même à la pause suivante. Mais cela s’arrêtait là : point de question, point de critique. Même « mon » discutant ne me posa que des questions méthodologiques très générales, presque par pure politesse. Malgré ce bon accueil et les encouragements chaleureux que j’ai pu recevoir, je restai sur ma faim d’échanges et de discussions, et en plus je pouvais lire autour de moi le malaise que provoquait cette recherche si particulière.

Une question de « rapport au monde »

Je venais alors de commencer ma thèse sur le consentement sexuel[7], fil conducteur qui s’esquissait à travers mes différents mémoires, projetant d’aborder ce concept en parlant, entre autres, de pédophilie. Mais après mon expérience tourangelle, j’ai longuement réfléchi à savoir si j’étais prêt à assumer encore, non seulement la relative solitude que cette problématique impose au vu du très petit nombre de personne travaillant sur ce sujet en sciences humaines, mais également la gêne quasi systématique que provoque ce sujet. Je dois bien avouer que je ne me sens aucunement l’étoffe d’un ermite intellectuel. C’est ainsi que j’ai finalement écarté cette piste pour mieux me concentrer et avec plus d’enthousiasme toujours sur le concept de consentement sexuel mais principalement en me concentrant sur les univers du BDSM, de la pornographie et du travail sexuel. Il n’est pas rare qu’un doctorant modifie son sujet de thèse, voire en change radicalement pour différentes raisons, intellectuelles ou matérielles,  dans mon cas c’est plus pour une question de « rapport au monde ». Mon travail de thèse s’inscrivant en théorie politique, ma matière première se trouve essentiellement en bibliothèque : pas de terrain à proprement parlé, ni d’entretien ou d’observation au menu (pour autant je n’envisage pas de travailler sur des objets que je ne connaitrais pas en dehors des livres, on ne saurait connaître vraiment le monde enfermé dans une bibliothèque, même avec les meilleurs auteurs). C’est sans doute sécurisé par le médium que sont les auteurs et les livres et qui me tient à distance de mon objet, que je n’ai peut-être pas assez poussé plus en avant la réflexion sur le rapport de soi à son objet. Mais finalement, ce n’est pas tant le rapport à mon objet qui m’a posé problème que mon rapport au monde harnaché de mon objet bien encombrant. J’assume sans la moindre réserve mon travail sur la pédophilie, par contre je n’avais pas envie de me confronter encore au malaise et à la gêne ressentie autours de moi. Et tant qu’à faire d’être un peu marginalisé dans ma discipline et en dehors, pour cause de science politique peu conventionnelle, autant que cela donne le sourire, quitte à « finir docteur es partouze ».


[1] J.-R. Bourge, Genre et hétérosexualité soumis à l’épreuve du sadomasochisme, mini-mémoire de recherche présenté à l’université Paris 8  (Licence de science politique) sous la direction d’Elsa Dorlin, 2005 ; La pornographie peut-elle être une arme politique de lutte féministe ?, mémoire de recherche présenté à l’université Paris 8 (Maîtrise de science politique), sous la direction de Bertrand Guillarme et d’Elsa Dorlin, 2006.

[2] Science(s) Po, diminutif donné tantôt à la discipline (sans ‘S’) tantôt à l’Institut de Sciences politiques de Paris (IEP) (avec ‘S’), est aujourd’hui une « marque déposée » par la grande école de la rue Saint-Guillaume alias Sciences Po Paris. Cette dernière en est arrivé à revendiquer l‘exclusivité de son usage, au risque du ridicule.

[3] J.-R. Bourge, Une analyse de genre de la construction sociale de la figure du pédophile, mémoire de recherche présenté à l’université Paris 8 (Master recherche de science politique), sous la direction de Bertrand Guillarme et d’Elsa Dorlin, 2008.

[4] Sur le concept de panique morale (moral panic), voir : Stanley Cohen, Folk devils and moral panics, London: Mac Gibbon and Kee, 1972.

[5] Sur l’histoire de la pédophilie, on lira avec intérêt l’ouvrage de l’historienne Anne-Claude Ambroise-Rendu : Histoire de la pédophilie, XIXe – XXIe siècle, Paris, Fayard, 2014.

[6] « Le genre du pédophile : analyse de la construction sociale de la figure du pédophile » ; Colloque international : Interdits et genre ; Constructions, représentations  et pratiques du féminin et du masculin ; MSH de Tours ; 15-16 mai 2009

[7] Du consentement sexuel comme acte légitimateur ; Le contrat social repensé à l’aune du contrat sexuel (titre provisoire), sous la direction de Bertrand Guillarme, LabTop-CRESPPA, université Paris 8.


Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. DM dit :

    En 1997, dans une réunion du GÉNÉPI, on m’a dit « il y a des DEA de ça ??? ».

    (Mon interlocutrice était, il me semble, en droit.)

  2. Catherine dit :

    Oui. Disons que ces productions ne sont pas entendues par les pouvoirs politiques, et certaines autres associations « féministes » ou de victimes, puissantes. En com. 

    Si je peux me permettre, 
    concernant votre article « genre du pédophile » je crois que l’on peut ajouter la figure du prêtre  qui est également largement associée à l’homosexualité, surtout depuis certains scandales.
    Alors que historiquement, les prêtres se mariaient et que l’on compte des centaines de milliers d’ abandon chez les prêtres  pour cause de mariage. 
    Je me demandais pourquoi cette association prêtre/homosexualité.
    Si c’était survenu au moment des scandales qui ont éclatés,  
    en période de révolution sexuelle.  Les enfants abusés semblaient être principalement des garçons (mais où sont les filles ?) puisque il y a eu un véritable (et persistant) amalgame entre pédophilie et homosexualité (supposée des prêtres.. A partir de quoi, ce postulat ?) Est-on ici toujours dans ce que vous dites ici ? : 
    « En réduisant l’image des pédophiles à des individus masculins aux désirs pervers et violents, à des êtres hors humanité donc hors de la normalité (le prêtre non marié qui fait vœu de chasteté ?)

    la société s’arme d’un discours puissant pour énoncer en permanence le bien fondé de l’ordre social qu’elle produit. 

    Cet ordre hétérocentré, sous couvert de protection des enfants et des plus faibles, promeut l’institution familiale hétérosexuelle comme unité de vie indispensable à la protection de l’individu·e· »

    Il y a encore un exemple ici : 

    http://www.liberation.fr/societe/2014/05/20/un-pretre-mis-en-examen-a-lyon_1022819?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

    Avant même qu’une relation sexuelle ait été avouée ou prouvée cet article parait dans la presse comme une condamnation.. En
    précisant bien que ce prêtre fréquentait des sites homosexuels. 

    Voilà .. C’est juste une réflexion que je me faisais.

    Merci pour la nourriture :-).

    Cordialement

  3. Catherine dit :

    Pour moi la censure englobe tous les comportements qui amènent à taire, à abandonner.. Sans que ce soit tout à fait volontaire.
    Vous parlez dans cet article d’un sentiment de mise à l’écart, d’ une gêne, due au sujet, pas d’ un désintérêt. Et l’auto-censure est aussi une censure. Qui a une cause… Et je trouve que c’est peut-être la plus perverse. 

    Mais je parle aussi d’ une censure que je perçois d’une critique éventuelle d’ un discours dominant, principalement dans la sphère publique, qui est axée sur l’émotion à fond, stigmatise (stigmatisation « positive » pour les victimes) et est un outil d’ instrumentalisation. 

    L’instrumentalisation dont je parle est celles par exemple que vous mentionnez vous dans votre  article « Le genre du pédophile »(très intéressant).

    Elle est aussi celle, par exemple, de l’instrumentalisation du sujet de l’inceste (entre autre) comme justification de lois anti prostitution par la culpabilité. 
    Elle est encore l’instrumentalisation de paroles de victimes pour un contrôle des comportements sexuels des femmes.  

    Mais.. Je ne suis pas scientifique. 

    • Jean-Raphaël Bourge dit :

      Nous ne sommes pas tout à fait d’accord sur le terme, mais pas en désaccord sur le fond. Sur la dénonciation de la victimisation, il y a des réflexions très intéressantes dans certains courants/mouvements féministes et/ou anti-racistes, par exemple. Et de toutes ces réflexions, les plus pertinentes n’émanent pas forcément des chercheurs.

  4. Catherine dit :

    Mille merci pour ce travail (et les liens et références), sur un sujet extrêmement censuré, mais particulièrement instrumentalisé. Comme celui de l’inceste.

    Dommage que même les chercheurs soient d’ une certaine manière, bien qu’involontairement, censurés.

    Cordialement.

    • Jean-Raphaël Bourge dit :

      Il s’agirait plus justement de parler de désintérêt de la part des chercheurs, voire d’une forme d’auto-censure, mais pas de censure à proprement parler. Même les tenants d’une position très libérale sur les questions de sexualité entre adultes et mineurs, pourtant forts isolés intellectuellement et institutionnellement (comme René Scherer, par exemple), parviennent à publier en France, mais bien heureusement -à mon sens- ils n’ont que peu d’écho.
      Quant à l’éventuel intrumentalisation ou détournement de productions scientifiques, il ne revient pas qu’aux chercheurs d’y répondre. Les débats sociaux qui font rage depuis plus d’un an en sont la meilleure preuve.

  5. Catherine dit :

    Bonjour,

    Où est il possible de lire vos publications sur la pédophilie ? Sont elles accessibles ?

    Cordialement.

  6. Et maintenant, je suis curieux de savoir si la nouvelle direction que tu as donnée à ton travail de recherche t’a ouvert des discussions en colloques. Le sentiment de solitude que tu décris et l’absence de véritables discussions dans les réunions académiques ne me paraissent pas d’abord spécifiques à un sujet peu populaire ou sulfureux. J’ai assisté à des colloques dont les présentations très traditionnelles de ce point de vue ne suscitaient pas non plus l’enthousiasme des foules. Depuis deux ou trois ans, j’essaye de construire, de vive voix et virtuellement, des discussions suivies, mais je n’ai pas l’impression que l’activité soit particulièrement recherchée.

    • Jean-Raphaël Bourge dit :

      Bien entendu, il n’y a pas grande différence quant aux discussions, en colloque et ailleurs, mais disons que c’est tout de même « moins pire ». Je partage ton point de vue à ce sujet, et je ne me faisais aucune illusion là dessus, donc je ne suis pas déçu. Par contre, ce qui a vraiment évolué -et ce qui me posait le plus de problème- c’est le silence gêné, ou même les stratégies de fuite à mon égard, qui eux ont vraiment changés. Disons, qu’au moins, je n’ai plus a agiter une crécelle sur le chemin de la recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *