Je suis une femme, blanche, valide, athée…

 3275875302_1b39422d45_b

Ce billet doit beaucoup aux discussions que j’ai pu avoir avec Marie-Anne Paveau, que je remercie.

Dans la continuité du dernier billet, je voudrais aborder ici la question des « énonciations de privilèges », c’est à dire le fait d’énoncer, avant d’entamer un discours, les privilèges de sexe-classe-race que l’on possède ou qu’au contraire on ne possède pas, dans un but de se situer par rapport aux diverses oppressions que l’on subit ou l’on fait subir. On peut trouver ici et des exemples de ces énonciations situées. Mais celles-ci ne sont pas limitées au milieu militant : de plus en plus de chercheur.se.s pratiquent aussi ces énonciations, souvent lors de conférences (mais assez rarement par écrit). L’idée qui sous-tend cette pratique est que les discours que l’on prononce ne sont jamais neutres ou universels mais toujours ancrés dans leurs conditions de production et en lien étroit avec la place que le.a militant.e-chercheur.se occupe dans la société. Plutôt que de prétendre à une neutralité, il s’agit alors d’exhiber d’où l’on parle – pour rendre les discours plus objectifs, selon le principe de la perspective partielle.

Si je suis entièrement d’accord avec les présupposés et les buts qui fondent cette pratique (exhiber la fiction d’un savoir objectif non situé, neutre, impartial ; montrer les implications de la subjectivité dans la production de discours et de savoirs), je suis en revanche assez dubitative quant à la manière dont fonctionnent dans les discours ces énonciations de privilèges. J’essaierai donc ici d’expliquer les raisons de ma perplexité.

Se situer

J’ai passé un certain temps à me demander ce qu’impliquait pour ma recherche le fait d’être une femme cis-genre et de dire que je suis une femme. Je suis finalement dans l’incapacité totale de dire en quoi le fait que je sois une femme influe sur ma recherche, et si j’aurais fait une recherche différente en étant un homme par exemple. Je peux très bien énoncer mon privilège d’être une femme (dans le contexte d’une recherche sur l’intersexuation, être une femme/un homme dont on n’a pas questionné l’appartenance à un sexe est un privilège) mais je ne vois pas quoi dire d’autre. J’ai donc passé beaucoup de temps à comprendre comment ma position dans le champ des sexes-genres-sexualités, comment ma situation de femme non-intersexe interagissaient avec ma recherche, sans réussir à trouver une réponse satisfaisante. Je ressentais une inquiétude car je ne trouvais pas en quoi et comment ma perspective était située et partielle.

J’ai mis du temps à comprendre que mon anxiété à produire un discours sur les intersexes, à prendre l’intersexuation comme sujet de recherche et peut-être à parler à la place de ne tenait pas au fait que je suis une femme cis-genre qui n’a pas subi la violence des opérations et des traitements médicaux. Cela tenait bien plus au fait que, venant d’un milieu qui comporte beaucoup d’universitaires, le fait de produire du savoir est habituel et l’accès à l’université et aux métiers où l’on peut produire du discours est valorisé, et en quelque sorte normal. C’est cette position d’accès privilégié au discours, qui rentre en conflit avec le fait que je travaille sur une minorité à qui on laisse peu d’espace de parole qui est la source de mon inquiétude. C’est donc finalement moins mon genre que mon rapport au discours et ma classe qui me semblent être une position et une perspective, cela alors même que mes recherches n’abordent quasiment jamais la question de la classe.

Blidon dans cet article, explique bien la complexité de se situer en tant qu’hétérosexuelle lors d’une recherche sur l’homosexualité : sa sexualité est loin d’être la seule position qui nourrit et axe sa recherche. Il n’y a pas de correspondance directe entre ce que l’on est, sa situation, et ce sur quoi on travaille mais plutôt un faisceau de relations :

Au total, je peux m’acquitter de cette nécessité de me situer et dire je suis hétérosexuelle, mais au final cela ne dira rien de mon vécu, pas plus que de mes motivations ou de mon rapport au sujet. Comme si le chercheur se réduisait à cette seule dimension qui en épuisait l’identité ; indépendant de son âge, de son sexe, de sa classe sociale, de son vécu, de sa situation conjugale, de ses expériences affectives et sexuelles, de son (non)exposition en termes de discrimination ou d’homophobie… Et quand bien même, je dirais cela, au risque de tomber dans le « diary disease » (Geertz, 1988) et l’observation complaisante de soi, ce n’est certainement pas l’explicitation de « mon expérience vécue » qui permettra de comprendre les conditions sociales de possibilité (donc les effets et les limites) de cette expérience et, plus précisément, de l’acte d’objectivation. La posture réflexive du chercheur se comprend donc en raison de son identité, mais plus largement de son positionnement social et politique dont il devrait être conscient. (Blidon 2008)

Sujets morcelés

J’aimerais revenir sur cette perspective d’ « épuisement de l’identité » évoqué par Blidon. J’adopte pour ma part une vision du sujet comme morcelé, qui ne s’appartient pas à lui-même, qui ne cesse de se faire et de se défaire.  Pour reprendre Haraway que j’ai déjà citée abondamment ce mois-ci :

Le moi divisé et contradictoire est le seul qui puisse interroger les positionnements et être responsable, le seul qui puisse composer et faire correspondre les conversations rationnelles et les rêves fantastiques qui changent l’histoire. L’image privilégiée des épistémologies féministes c’est la division, pas l’être. […] Le moi connaissant est partiel dans toutes ses manifestations, jamais fini, ni entier, ni simplement là, ni originel; il est toujours composé et suturé de manière imparfaite, et donc capable de s’associer avec un autre, pour voir avec lui sans prétendre être l’autre. (Haraway 2007[1988])

Je suis peut-être trop imprégnée de post-structuralisme, mais pour moi dire « je suis X » est en soi une fiction – et correspond à une volonté de stabiliser le sujet, de lui donner des limites fixes et circonscrites, ce qui me semble illusoire et finalement assez contre-productif. En effet, cela me semble convoquer une vision du sujet comme maître de lui-même, avec une identité qui lui appartient. Or, je considère que l’identité n’est pas quelque chose que l’on est mais que l’on fait, que l’identité se construit dans des processus d’interaction et qu’elle n’est jamais donnée d’avance mais toujours en train de se faire. Dire « je suis X » dans ce cadre me semble participer de l’idée d’un sujet qui se connaît, se maîtrise, s’appartient et finalement « est lui-même ».

Énonciations souveraines, discours partiels.

L’énoncé « je suis X » pris sous l’angle de l’analyse de discours m’apparaît tout aussi mystérieux et problématique. L’analyse du discours se base sur le principe que les mots sont chargés d’histoire, de mémoire, d’idéologies. Derrière les mots toujours d’autres mots sont dits :  « “ça parle” toujours “avant, ailleurs et indépendamment » (Pêcheux, 1975). Dire « je suis X » me semble justement être un geste qui voudrait annuler ou en tout cas oublier que le sujet n’est pas maître de son discours, que le sujet est parlé plus qu’il ne parle.

Ces énonciations situées me semblent alors participer d’une démarche illusoire qui vise à couper à la racine l’idéologie et les implicites de la subjectivité dans les discours. C’est à dire que, en exhibant son point de vue, en exhibant d’où l’on parle, on ferait apparaître comme par magie sa subjectivité, et le reste du discours serait tout d’un coup transparent, il pourrait être expliqué au prisme de cette situation/de cette perspective. En montrant patte blanche on annulerait alors tout implicite contenu dans son discours, on donnerait la clé d’explication de ces implicites.

Cela m’amène à développer un dernier point de critique sur les énonciations de privilèges : il me semble que ces énonciations situées en début de discours consistent, comme je l’ai dit, à montrer patte blanche et servent alors de caution pour la suite d’un discours où l’écriture/la parole peuvent ne plus être questionnées. Penser exhiber une position située en disant « je suis X, X et X » et poursuivre par un discours tout à fait classique qui correspond aux canons de l’écriture universitaire dite « objective » me semble échouer.

J’ai le souvenir d’une conférence sur les tubes pornographiques où les participants, après avoir dit qu’ils étaient hétérosexuels, ne questionnaient plus par la suite cette position, et parlaient comme si la perspective qu’ils avaient sur la pornographie qu’ils étudiaient était la seule, invisibilisant par là d’autres perspectives de recherche (par exemple queer). Quand ce type de discours est tenu, je considère qu’avoir situé son point de vue, avoir exhibé ses privilèges n’a pas servi à grand chose. Si l’exemple que j’ai pris est caricatural, il me semble souvent observer ce genre de tendance. Plus généralement, les énonciations situées me semblent rarement suivies d’effets sur les pratiques d’écriture.

Je considère qu’une perspective partielle demande de réenvisager les discours de bout en bout et à changer les manières d’écrire, à questionner l’écriture(la parole) universitaire objective et neutre sur tous les plans. Il me semble que c’est ce que fait par exemple Preciado qui présente Testo Junkie comme un « protocole d’intoxication volontaire à base de testostérone synthétique concernant le corps et les affects de B.P » (Preciado 2008 : 11) et propose une écriture située très manifeste mais aussi très effective, en mêlant expériences, analyses, affects, théories. Mais je pense également à cet article ou à celui-ci par exemple (cité également ici), où les auteur.e.s, dans des genres très différents, me semblent questionner leur écriture et par là leur position, du début à la fin. Situer son savoir, exhiber sa perspective partielle ne tient pas dans les énonciations de privilèges mais dans une pratique d’écriture toujours à recommencer, toujours à questionner, toujours à interroger.

[EDIT du 29/04/2014 : François-Ronan Dubois a publié une très belle réponse à ce billet sur son carnet Contagions : « Qui suis-je ? Où cours-je ? »]

Crédits : Reflected identity, on1stsite, CC


Noémie Marignier

Docteure en Sciences du Langage (Université Paris 13, Pléiade / Université Paris 3, Clesthia).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29/04/2014

    […] consacrés à la situation des productrices et producteurs de discours savants. Sous le titre « Je suis une femme blanche, valide, athée… », Noémie Marignier souligne comment l’impératif de se situer explicitement dans un réseau de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *