…et ceulles qui ignorent.

100471485_93621d2383_o

Dans le dernier billet j’abordais la question des rapports au savoir ; j’aimerais ici m’intéresser au mode de fonctionnement de l’ignorance (conçue ici comme non-savoir). J’utiliserai pour cela le travail de Kosofsky : l’ignorance est en effet une des notions au centre de son travail, notamment dans Tendencies et Epistémologie du placard. Je resterai très près du texte de Kosofsky, qui me semble injustement peu lue et peu citée dans l’espace militant et universitaire français.

La raison pour laquelle il me semble intéressant de parler de l’ignorance est que les savoirs situés sont le plus souvent envisagés comme « meilleurs », plus justes etc. que les savoirs traditionnels : mais on reste dans l’univers du savoir. Ce que je trouve intéressant chez Kosofsky c’est que la question est retournée, comme un gant : ce qui est conceptualisé c’est justement l’ignorance, en relation avec le fonctionnement du pouvoir. Il s’agit de savoir ce que l’on gagne à ne pas savoir. C’est à première vue un peu contre-intuitif : on considère généralement (et Foucault l’a bien montré) que savoir et pouvoir sont étroitement liés. Pour Kosofsky l’ignorance est un des « moteurs » du fonctionnement de la domination, de l’hétérosexisme etc… Ce ne sont pas des conceptions fausses, des idées fallacieuses mais bien l’absence de savoir.

L’ignorance

Ce qui m’intéresse donc chez Kosofsky, c’est qu’elle conceptualise l’ignorance comme mode de fonctionnement du pouvoir.

Knowledge is not itself power, although it is the magnetic field of power. Ignorance and opacity collude or compete with it in mobilizing the flows of energy, desire, goods, meanings, persons. If M.Mitterrand knows English but Mr. Reagan lacks French, it is the urbane M.Mitterrand who must negotiate in an acquired tongue, the ignorant Mr. Reagan who may dilate in his native one. […]

Such ignorance effects can be harnessed, licensed, and regulated on a mass scale for striking enforcements—perhaps especially around sexuality, in modern Western culture the most meaning-intensive of human activities. The epistemological asymmetry of the laws that govern rape, for instance, privileges at the same time men and ignorance: inasmuch as it matters not at all what the raped woman perceives or wants just so long as the man raping her can claim not to have noticed (ignorance in which male sexuality receives careful education). And the rape machinery that is organized by this epistemological privilege of unknowing in turn keeps disproportionately under discipline, of course, women’s larger ambitions to take more control over the terms of our own circulation. Or, again, in an ingenious and patiently instructive orchestration of ignorance, the U.S. Justice Department ruled in June 1986 that an employer may freely fire persons with AIDS exactly so long as the employer can claim to be ignorant of the medical fact, quoted in the ruling, that there is no known health danger in the workplace from the disease. (Kosofsky 1994 : 23-24)

L’argument de Kosofsky est le suivant : le savoir n’est pas égal au pouvoir, l’ignorance fait partie des dispositifs du pouvoir. En cas de viol, le violeur invoque souvent comme défense qu’il ne savait pas que sa victime n’était pas consentante par exemple (et on connait le succès de cette argumentation : voir cet article d’Elrich par exemple). L’ignorance est donc un privilège qui fonctionne contre les minorités, qui elles, n’ont pas le choix et savent.

Un des exemples les plus frappants est celui du placard. Pour Kosofsky, être in ou être out font également partie de la structure oppressante du placard, notamment car elle considère que l’on est toujours in pour quelqu’un.e (un nouveau groupe d’étudiant.e.s, une nouvelle équipe de travail etc.). On ne se débarrasse pas du placard parce qu’on n’est plus dedans. La sortie du placard est donc, dans une certaine mesure toujours à refaire. Or la sortie du placard, c’est un savoir sur soi que l’on communique aux autres. Kosofsky parle notamment de « la réponse glaciale faite à de nombreux CO : « d’accord, d’accord, mais qu’est ce qui t’as fait penser que ça m’intéresserait de le savoir ? » » (2008 : 89)

Il y a ici une dissymétrie par rapport au savoir qui est particulièrement intéressante. L’oppression ne tient pas seulement dans des propositions directement homophobes, dans la volonté de traquer les gais et lesbiennes, elle tient également dans l’ignorance du placard : dire que l’on se fiche de savoir si quelqu’un.e est gay ou non, refuser son coming out finalement, dire qu’on aurait pu aussi bien ne pas savoir est un privilège. Les lesbiennes et les gais n’ont eulles pas le choix de savoir s’illes sont lesbiennes/gays ou non, illes n’ont pas le choix d’ignorer que ceulles qui les entourent sont hétérosexuel.le.s.

Cela me semble intéressant pour plusieurs raisons. Les textes qui sont régulièrement critiqués et épinglés par les minorités ne pêchent pas uniquement par leur sexisme, leur homophobie explicite et assumée : il y a toute une catégorie de texte qui est sexiste, homophobe, transphobe etc. non pas par « conviction » mais par ignorance, par manque de savoir.

Par l’exemple, cet article de l’Est Republicain sur un homme qui a commis des agressions sexuelles a reçu des critiques extrêmement négatives, notamment de la part de féministes, car il justifie et banalise les agressions sexuelles. Pourtant, le journaliste ne dit pas explicitement que les agressions sexuelles sont justifiables ; il les nomme d’ailleurs « parfaitement illicites ». De la même manière que certain.e.s peuvent répondre à un coming out « que veux-tu que ça me fasse ? » ce journaliste dirait surement que le viol est un crime abominable. Ce qui est insupportable dans ce texte c’est que le journaliste jouit du privilège d’ignorer que les « besoins sexuels » des hommes peuvent être contrôlés, d’ignorer que les femmes n’ont pas à être disponibles sexuellement pour les hommes. On ne peut pas renverser la situation : les femmes hétérosexuelles savent qu’il y a une injonction à avoir des rapports sexuels, sont éduquées dans cette perspective. Je ne dis pas que cette ignorance doit être excusée ; et je ne dis pas absolument pas que ce texte est moins sexiste qu’un texte directement et explicitement misogyne : son fonctionnement est en revanche différent d’un texte qui ferait l’apologie des violences sur mineures.

La panique homosexuelle ou l’institutionnalisation  de l’ignorance

J’aimerais revenir sur un cas précis (et assez stupéfiant) d’ignorance, la plaidoirie de panique homosexuelle.

La gay panic defense est un argument utilisé dans les cas de tentatives de meurtre ou de meurtres homophobes. Il consiste à plaider que l’accusé s’est retrouvé dans un état psychologique de « panique homosexuelle » face aux avances (supposées ou manifestes) d’un autre homme. Je masculinise car je ne crois pas que l’argument ait été utilisé pour des lesbiennes ; il existe en revanche une trans panic defense. Cette panique est prétendument liée à l’homosexualité refoulée de l’accusé, qui, face à ces avances ne peut maintenir ce refoulement, ce qui se traduit par une agression physique de la victime, voire un meurtre.

The Homo- sexual Panic Defense is the name of a legal defense invoked on behalf of men who have murdered other men who they claim made sexual advances towards them. In effect, the Homosexual Panic Defense argues that a sexual advance is in itself an act of aggression, and that the defendant was justified in responding to it with violence. (Kulick 2003 : 143)

Je ne crois pas que ce soit un argument qui ait été utilisé en France, mais peut-être que je me trompe. En revanche, il a été utilisé régulièrement aux Etats-Unis. Il est à noter que ce type de défense échoue le plus souvent, et que l’accusé est généralement reconnu coupable. Il existe une très abondante bibliographie sur le sujet en anglais (mais quasiment rien en français) ; on peut se référer à cet article par exemple.

Je ne reviens pas sur l’aspect psychologique/psychologisant d’un tel type de défense ou sur l’aspect extrêmement homophobe de ces plaidoiries, même s’il y aurait évidemment beaucoup à en dire. Ce qui m’intéresse c’est la manière dont elle structure un certain rapport à l’ignorance.

Sedgwick a beaucoup travaillé sur la « panique homosexuelle » : elle l’analyse sous l’angle de la construction de la masculinité. Etre un homme, c’est à fois entretenir des relations homosociales extrêmement intenses (aller voir des match de football, commenter le physique des filles etc…) et rejeter en bloc l’homosexualité. Les frontières sont rendues floues, car il y a la fois « prescription du lien masculin le plus intime et la proscription de l’ «homosexualité » ». C’est dans ce flou que tient la « panique homosexuelle » :

Si les relations masculines obligatoires telles que l’amitié, la direction spirituelle, l’identification admirative, la subordination bureaucratique et la rivalité hétérosexuelle impliquent toutes des formes d’investissement qui poussent les hommes dans les sables mouvants anathématisant, paradoxaux et cartographiés de façon arbitraire de la scène du désir homosocial masculin, il apparaît alors que les hommes n’accèdent aux prérogatives masculines adultes qu’en étant soumis à la menace permanente que l’espace réduit qu’ils se sont libéré sur ce terrain puisse un jour ou l’autre, de manière tout aussi arbitraire et injustifiée, leur être interdit.

La conséquence de l’acceptation des hommes d’une telle double contrainte est, tout d’abord, la forte disposition des hommes ainsi acculturés à être manipulés via leur peur de leur propre « homosexualité ». La seconde conséquence est la réserve de violence potentielle causée par l’auto-ignorance que ce régime renforce fondamentalement. (Kosofsky 2008 : 196-197)

La « panique homosexuelle » pour Kosofsky c’est donc le fait d’ignorer ses propres désirs : « L’identité masculine […] apparaît comme doublement contrainte par la peur explicite du désir pour le même sexe et par l’ignorance que génère et recouvre cette peur. » (Perreau, 2009)

Pour en revenir aux meurtres homophobes et à la gay panic defense, il s’agit donc de plaider une ignorance de ses propres désirs homosexuels qui a été mise au jour lors d’une interaction avec une personne homosexuelle. C’est l’argument du « mais je ne savais pas ! ». C’est tout à fait intéressant : pour ne pas être considéré comme homophobe explicitement, « directement », l’accusé plaide une ignorance de son homosexualité latente. Les places de coupable et de victime s’en trouvent alors renversées, l’ignorance devient une justification des actes commis et on en serait presque à plaindre le coupable… Je ne pense pas qu’une telle chose aurait été possible, ou fonctionnerait aussi bien si l’accusé tenait des propos homophobes.

Je crois que l’ignorance ou l’argument d’ignorance est une des raisons sous-jacentes qui justifient les savoirs situés ; non pas parce que ceulles qui sont savent comme j’ai tenté de l’expliquer, mais parce que ceulles qui sont n’ignorent pas. Cela me semble une perspective intéressante : centrer la critique sur l’ignorance, l’exhiber, montrer son fonctionnement.

Bibliographie :

Kosofsky Sedgwick, E. (1994). Tendencies. London, Royaume-Uni: Routledge.
Kosofsky Sedgwick, E., & Cervulle, M. T. (2008). Epistémologie du placard. Paris, France: Éd. Amsterdam, impr. 2008.
Kulick, D. (2003). No. Language & Communication, (23), 139‑151.
Perreau, B. (2009). Eve Kosofsky Sedgwick. Genre, sexualité & société.

Crédits : inside the closet, Max Boschini, CC.


Noémie Marignier

Docteure en Sciences du Langage (Université Paris 13, Pléiade / Université Paris 3, Clesthia).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. julien selignac dit :

    j’aime bien ce retournement productif de l’hypothèse foucaldienne 🙂
    il est amusant de noter que la « gay panic defense » d’un point de vue psy stricto sensu est complètement contradictoire et inopérante: il me semble évident que plus on méconnaît ses propres désirs homosexuels latents, plus on aura tendance à stigmatiser l’homosexualité chez les autres, à avoir des attitudes homophobes. La dénégation et la projection sur autrui entretiennent l’ignorance. Et, en effet comme le dit Sedgwick, la construction de l’hétérosexualité me semble se faire sur une angoisse (panique?) de l’homosexualité.
    Le blog de crêpe georgette est rempli d’un nombre incalculable de commentaires masculins ignorants sciemment ou pas les enjeux de telle ou telle position féministe, c’est un bon terrain d’étude pour toi 🙂
    ici un de ses développements, que j’adore: « Je censure à partir du moment où il y a refus clair de lire les liens donnés. Le féminisme n’est pas un café du commerce où on peut débouler avec ses idées reçues; c’est une discipline qui nécessite un socle de connaissances. Je m’emmerde à sourcer mes affirmations, la moindre des choses en retour est de lire. Je n’en ai rien à foutre qu’on soit en désaccord avec moi, mais quand on prétend savoir alors qu’on ne sait pas ( et non, prétendre que la domination masculine est le fruit de la différence physique n’est pas un désaccord, c’est la preuve de l’ignorance) alors la discussion devient impossible. »
    de plus, tu mets en lumière de manière intéressante l’aspect affectif très important dans cette nécessité de ne pas savoir (tout comme la recherche du savoir vient d’une émotion, par exemple l’angoisse de ne pas savoir, le maintien de l’ignorance vient aussi d’une émotion, et d’une nécessité de la nier. Mais une émotion qui peut être collectivement partagée et socialement valorisée, tout comme la construction de l’hétérosexualité exprime l’angoisse de l’homosexualité)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *