Avant d’entrer dans la matière – La méthode après l’intention

Ce billet a deux niveaux de lecture : le premier linéaire ; le second arborescent ou en multicouches, avec lectures intercalées de billets ou articles portant sur certains thèmes évoqués ou survolés, en cliquant sur les liens qu’il contient. 

© Maxime Faury

« Ceci n’est pas un détail »                                                             Photographie par © Maxime Faury

Par où commencer ? Sûrement pas par l’actualité justement. Je cherche à me faire une idée apaisée et à distance de ce que le « genre » peut avoir à nous dire de notre société actuelle, mais pas dans le « feu » de l’actualité et des passions idéologiques déchaînées. Pendant un mois d’écriture dans la Villa Réflexive, je ne verrai qu’un tout petit extrait de la question, mais suffisamment j’espère pour changer mon regard, pour alimenter mes questionnements. Suffisamment en tout cas pour partager quelques ressources.

Des chercheu.r.se.s travaillent sur la question depuis des années et c’est de ce côté que je veux aller pour commencer. François-Ronan Dubois parlait d’approche pluridisciplinaire au sujet des gender studies, c’est dire que la tâche ne sera pas facile. Il n’y a pas un seul chemin, pas de linéarité, pour parcourir la question du genre, et en fait c’est plutôt rassurant : j’ai confiance dans le croisement des perspectives et dans l’intersubjectivité.

Là où je sais que je trouverai des chercheuses et des chercheurs, engagé.es dans la nécessité de la parole sur le genre ces dernières semaines, c’est dans l’espace public constitués par les blogs scientifiques et le micro-blogging en particulier Twitter, que j’utilise depuis mes recherches doctorales.

Mon point de départ sera donc double : les ressources de la recherche disponibles à toutes et tous, qui contribuent à la mise en circulation des savoirs articles, revues ; et les discours situés de chercheuses et de chercheurs, depuis leurs espaces d’expression personnel (Twitter, Blogs), parlant de leurs recherches ou réagissant à l’actualité à partir de leur expérience en tant que chercheuse ou chercheur sur ces questions. Je configure donc a priori l’espace que je vais parcourir : j’ai des axes, des directions, un point de départ. Je ne connais pas le point d’arrivée.

Je m’appuie sur l’un des piliers du fonctionnement du web 2.0, et plus particulièrement des réseaux sociaux : celui de la recommandation.

Ce qui fait que je cadre mon regard et ne pourrait a priori pas voir ce qui se situe au-dehors de ce cadre, sauf si la sérendipité de la recherche documentaire sur le web m’y amène.

Au fil de mon exploration, je souhaite constituer une bibliographique navigante, qui s’étayera des ressources que je vais trouver car elles ont été partagées.

Et la réflexivité dans tout cela ? Je la garde comme dynamique, initiatrice du mouvement de mars, et me permettant notamment d’interroger la construction des ressources rencontrées et leur situation en tant que discours élaboré dans un contexte donné, et la manière dont je rentre en relation avec ces discours, et dont j’en construis moi-même, par les mots et l’image.

Pour citer ce billet : Faury, Mélodie (2 mars 2014) “Avant d’entrer dans la matière – La méthode après l’intention”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/5829


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *