Je pars en exploration

Je pars en exploration.

Sur la question du genre.

Parce que j’ai eu froid dans le dos, une nouvelle fois, c’est un peu trop courant en ce moment, quand j’ai lu et entendu qu’il y aurait des mots qu’on ne doit plus dire ou lire.

C’est un peu la même réaction que lorsque j’entends dire comme un reproche qu’il ne faut pas penser, mais agir. Revoilà un frisson. Ne pas penser, ne pas comprendre.  Avancer toujours avec les normes bien conservées et rassurantes de ceux qui ont décidé qu’elles étaient « bonnes », envers et contre ces autres non reconnus. Et qui, bien installés à califourchon sur leur poutre, ne voient d’idéologie quand dans la paille du voisin.

Mais je m’égare un peu.

Alors reprenons.

Je pars en exploration depuis la Villa réflexive, que je retrouve avec plaisir. Je m’installe dans la pièce qui sert de bureau aux locataires successifs. C’est improvisé. Je n’aurais pas du être ici en mars vous savez, c’est un concours de circonstances, mais profitons-en. J’allume l’ordinateur et ouvre la session « invité.e.s ».

Je ne sais que trop peu de choses sur le genre, sur les études de genre, et ce ne sont pas vraiment les discours confus de l’actualité qui m’aident. Je sais peu mais je me questionne beaucoup. Et j’ai envie d’en savoir plus.

Cette actualité a pourtant des conséquences sidérantes et médusantes : en effet, elle suscite le silence, elle empêche la parole de circuler, elle interdit des mots, elle les rend « dangereux », elle rend muet des personnes dont la parole provoque justement la pensée de ceux et celles qui les lisent, elle annule des évènements où la réflexion sur ces questions aurait pu se faire.

Heureusement, des voix s’élèvent1

Alors je choisis de mettre le mois de mars sous le signe du « dire » nécessaire : écouter ce que des chercheur.e.s ont à nous dire du genre, ce que nous pouvons en lire, en ligne, et ce que je peux donc vous en dire.

Et je m’arrête un instant sur ce symbole, choisi pour la bannière de mars, et qui m’avait tant intriguée enfant : celui des trois singes Mizaru, Kikazaru et Iwazaru,  dont il existe de multiples interprétations sur lesquelles je ne m’arrêterai pas ici.

les-trois-singes-de-la-sagesse-fond-blanc

« Devant l’impolitesse, ne pas regarder, ne pas écouter, ne pas parler, ne pas bouger », issu des Entretiens de Confucius

Ce que je vais chercher à faire, c’est prendre le contre-pied (voir, écouter, parler) : explorer une matière existante et disponible sur le genre, en profane curieuse, les yeux ouverts et les oreilles tendues, avec le questionnement vivant comme moteur à combustion.

Je prend ainsi la suite de François-Ronan Dubois et de Philippe Liotard, qui en janvier et février ont généreusement partagé l’abondance de leurs réflexions et de leurs notes sur les questions liées au genre. Et je précède Noémie Marignier, dont c’est une source de réflexion qui nourrit de manière passionnante son carnet de recherche « Corps et mots – Discours, sexes et genre ».

Explorer c’est tenter de s’orienter, et de dresser une carte d’orientation, au moins dans les grandes lignes. Je prendrais comme contrainte constitutive de mon esquisse de mappemonde du genre, toute personnelle, le fait de ne considérer que ce qui est disponible en ligne.  Ma boussole, des ressources, bien sûr loin d’être exhaustives, que je choisirai de partager, selon des critères que je m’efforcerai d’expliciter.

 cropped-boussole-otan-1605.jpg

Pour citer ce billet :

Faury, Mélodie (1 mars 2014) “Je pars en exploration”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/5813

  1. http://genrerechercheeducationrencontre.unblog.fr/ []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Muller dit :

    Merci, Mélodie. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *