Réflexivité et poésie

Question : la poésie est-elle réflexive ? Réponse intuitive : non.

Illustration : Pauline Krähenbühl, tous droits réservés

Un poème tient tout seul dans le monde. Il n’a besoin ni de son auteur, ni d’un lecteur quelconque. On pourrait penser que c’est la langue qui le fait tenir mais je crois que c’est l’inverse, c’est lui qui fait tenir la langue. Ce sont les arrangements de mots qui s’inventent ici ou là, partout en vérité, ce sont eux qui font littéralement vivre la langue. En cela, le poème existe dans le monde, y jouissant d’une présence qu’aucun autre arrangement de mots ne peut concurrencer. Un roman a besoin de son auteur pour entrer dans un contrat de lecture avec ceux qui le liront. Mais le poème ne peut passer un contrat de ce genre avec un lectorat plus qu’aléatoire. Allons plus loin dans cette direction : j’aurais volontiers tendance à prétendre qu’un poème ne se lit pas. Il y a quelque chose d’absurde dans l’idée de lire un poème. On peut en prendre connaissance. Mais d’une certaine manière c’est lui qui vous lit. Le poème comme lecture de l’âme. Il est le véritable ancêtre de la télévision dans la mesure où celle-ci, comme le dit Derrick de Kerckhove, n’est rien d’autre qu’un faisceau qui vous prend en lecture.

Je n’aime guère cette comparaison entre poème et télé.

Plus intéressant sans doute est le commentaire que Svenbro fait de l’un des poèmes de Sapho où Sapho traite le poème comme une personne, une personne aimée qui a sa propre vie, qui existe par lui-même, une création que la langue fait exister à travers le poète inspiré.

Prenons ce dernier mot dans son sens propre, celui qui nous désignerait une respiration de la langue. L’inspiration fait exister cette expiration particulière de la langue qui se cristallise dans cet arrangement de mots qui ne doit pas grand chose à la personne même du poète.

Il n’y a là aucune intention particulière, aucune subjectivité, aucune réflexivité. Le poème est. Et en ne faisant qu’être, dans une sorte d’en-soi énigmatique, qui exclut un quelconque pour-soi ou pour un autre, il exclut toute réflexivité. Sa singularité même le rend universel.

C’est sans doute Francis Ponge qui illustre le mieux cette poussée poétique de la langue. Il assume intégralement le fait que des bouts de langue se détachent de lui pour tenir tout seuls, sans auteur ni lecteur.

On pourrait également évoquer le haïku japonais qui mieux que toute autre forme poétique, ne se lit pas. Le haïku nous saisit brusquement et on s’en trouve comme interloqué. Il nous surprend. Il abolit notre train de pensées, l’interrompt, le suspend, et à travers lui c’est la langue qui se laisse apercevoir comme un halo, comme un oh, comme l’un des os qui la fait tenir. Et on ne sait plus quoi dire quand un haïku vous a surpris en plein tourment de pensée.

Nous sommes tous poètes sauf que la plupart des gens le sont en secret. Car ils savent bien qu’être poète, ce n’est rien. Ce n’est ni une profession, ni un passe-temps, ni un hobby, ni un art. Rien qu’un albatros blessé sur le pont d’une caravelle. Dont on ne peut que rire.

Baudouin Jurdant

Pour citer ce billet :
Jurdant, Baudouin (15 février 2012) “Réflexivité et poésie”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/578


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Bertrand dit :

    Et si le poème était le fruit de la réflexivité de la parole sur elle-même ? Ainsi Celan:

    S’il venait,
    venait un homme,
    venait un homme, au monde,
    aujourd’hui, avec
    la barbe de clarté
    des patriarches : il devrait,
    s’il parlait de ce
    temps, il
    devrait
    bégayer seulement, bégayer,
    toutoutoujours

    • Baudouin Jurdant dit :

      Magnifique !
      C’est bien un poème ! Il tient tout seul et fait tenir ce qui nous tient ! merci pour ce cadeau !

  2. Jean-Philippe dit :

    « Il se peut que j’aime lire
    Ce qui ne peut s’écrire.
    Ou simplement ce qui ne peut se lire
    Bien que cela s’écrive »
    Roberto Juarroz, confirme ce que vous dites, la poésie n’est pas de l’ordre de l’écriture, ni de la lecture, elle est « un bourdonnement de fond »
    Et si le poème était une forme extrême de réflexivité, la forme qui nous renvoie le reflet d’un réel qui se montre sans dire.
    Un miroir dans lequel se reflète non pas un monde à l’envers mais « un monde à l’endroit de l’envers », un miroir qui nous donne une leçon de choses dans un monde sans dogmes.
    « Extraire la parole du lieu de la parole
    et la poser à l’endroit de ce qui ne parle pas »
    Pour lui permettre de montrer ce qui ne peut être dit.
    « Je vis le poème comme une explosion d’être sous le langage »
    N’est-elle pas « la seule écriture qui supporte l’infini » ?
    « Seule la voix vide
    peut parler du vide. »
    Le poète est un observateur qui observe en lui l’acte même d’observer.
    « Ainsi parfois s’échangent les rôles,
    mais non sans doute la mémoire.
    L’homme est l’envers de l’infini,
    bien que le hasard le place un instant de l’autre côté. »
    Je ne peux m’empêcher de citer ces derniers vers qui nous rappellent que la réflexivité n’est qu’un jeu de miroir sans fin.
    « Vivre c’est être en infraction.
    A une règle ou à une autre règle.
    Il n’y a pas d’alternatives :
    ne rien enfreindre, c’est être mort.
    La réalité est infraction.
    L’irréalité l’est aussi.
    Et entre les deux flue un fleuve de miroirs
    qui ne figure sur aucune carte.
    Dans ce fleuve toutes les règles se diluent,
    toute infraction devient un autre miroir. »
    Note : toutes les citations sont extraites de textes du poète Roberto Juarroz

    • baudouinjurdant dit :

      Merci pour ce commentaire très poétique et qui me semble très juste. Cela correspond à une idée qui m’habite depuis longtemps et qui n’est pas très originale, sans doute, mais qui, quand on y réfléchit intensément, n’est peut-être pas sans intérêt : la poésie trouverait sa justification ultime dans le fait qu’elle dit, avec des mots, les silences de la langue, le silence des mots.
      Oh ! comme je suis d’accord également avec les citations de Roberto Juarroz : « Ne rien enfreindre, c’est être mort. »
      Encore une fois merci pour ces moments passés à vous lire.
      Baudouin Jurdant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *