Écriture/lecture : questions sur la réflexivité

Est-il possible de lire ce qu’on écrit au moment même où on est en train de l’écrire ? L’un des conseils que les professeurs de français donnent à leurs élèves, c’est évidemment de « se relire » après le point final de leur essai. « Se relire » : n’est-on pas ici en pleine réflexivité ? L’usage d’une forme réfléchie implique qu’ils se sont déjà lus auparavant et que cette première lecture était sans doute contemporaine de, conjointe à, voire contiguë à : l’acte même d’écrire.

J’écris. C’est l’affaire de ma main qui trace chaque lettre. Suis-je en train de lire ces traits noirs sur fond blanc que ma main trace de façon quasi automatique, c’est-à-dire sans y penser, ou plutôt en pensant à toute autre chose ? Certes, à peine l’ai-je écrite cette phrase, que je me mets aussitôt à la… relire. Exprime-t-elle correctement l’idée qui s’est présentée à mon esprit ? Cette idée était légèrement indistincte, un peu vague et je m’aperçois que sa formulation nécessite quelque précision supplémentaire. Les mots eux-mêmes, tout en en disant plus que ce que j’en attendais, en disent également moins. Il faut que je complète, que je revienne sur eux, que j’en sélectionne d’autres qui me semblent plus adéquats, mais par rapport à quoi peut-on juger de leur adéquation plus ou moins parfaite, plus ou moins correcte ? Je relis ce que je viens d’écrire, non pas ce que je viens de lire mais bien ce que je viens d’écrire. Étrange ! Est-ce bien de cela qu’il est question ? Ne vais-je pas déchirer l’ordinateur, le chiffonner en maugréant : non, ce n’est pas encore ça. Au fond, j’écris et j’espère que, quand je me relirai justement, j’accepterai ce que j’ai écrit comme quelque chose qui valait la peine d’être écrit. Mais de quel point de vue et pour qui ? D’abord pour moi certes, mais en tant que lecteur ou auteur ? Cette acceptabilité change-t-elle selon la posture que je prends : auteur ou lecteur ?

L’écriture peut-elle être réflexive ? Peut-elle s’approprier elle-même en tant qu’écriture ou bien est-elle obligée, irrévocablement obligée, de passer par la lecture pour se repenser dans un après-coup qui autorise toutes les petites trahisons de détail qui font qu’il ne s’agira plus que de ce qui passe par moi pour penser en moi.

Au moment même où je me relis, je deviens un autre, un lecteur plus ou moins impitoyable pour l’auteur qui vient d’agir. Ce lecteur est déjà un étranger. Il se demande ce que cet auteur a bien pu vouloir dire quand il a écrit. Mais il s’agit là d’une illusion. Mon premier lecteur c’est-à-dire moi-même, n’est pas un étranger. Certes ce qu’il a écrit va lui paraître quelque peu étrange. Autrement dit, l’étranger, en l’occurrence, c’est l’auteur, celui qui meurt aussitôt après avoir écrit, celui qui se cache derrière le texte. Le texte est son tombeau.

Baudouin Jurdant

Illustration : Pauline Krähenbühl, tous droits réservés

Pour citer ce billet :
Jurdant, Baudouin (11 février 2012) “ Ecriture/lecture : questions sur la réflexivité ”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/575


Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. paixdesoi dit :

    Etrange réflexion, réflexivité, miroir de l’écriture en lecture….
    Qui regarde quoi ? Qui lit qui ou quoi ? Qui écrit sur quoi ?
    Des questions et encore une : si l’on parlait de simplicité ? histoire de s’éloigner un peu, de côté, au-dessus, en dessous, bref sur un autre plan, pour une autre vision. Un miroir reflète notre image qui n’est qu’une image reflétée et pas nous-même, deux miroirs, un devant un derrière et c’est l’image de nos cheveux, arrière du crâne qui apparaît… et trois miroirs, quatre, plusieurs, et pourquoi pas un prisme,lumière séparée, dévier ou séparer la lumière ? Ne serai-ce pas au travers de quelque prisme de l’esprit qu’on relit ce qu’on a écrit ? Et sinon,
    si on écrivait simplement dans le moment présent, comme un partage couché sur le papier dont on sait qu’il sera lu ou pas.
    Etrange réflexion, je règle la vitesse et la lumière, j’appuie sur le bouton et l’image des mots apparaît sur le papier, une photographie de la pensée… mais pas seulement de la pensée puisque nous ne sommes des esprits à l’état pur, des émotions aussi, des idées, et de tout ce qui fait de nous un être humain.

    Au-delà de ma main, il y a :
    Ces mots qui traversent le désert pour venir cueillir un balancement entre coeur et raison,
    une histoire à écrire par la musique qui joue en soi des notes aux tons multicolores,
    des rêves, des poésies,
    histoire de partager le formidable bruissement de la vie.

  2. Marie-Anne Paveau dit :

    merci de ce joli billet méditatif sur un sujet si technique finalement – je trouve profondément juste d’articuler écriture et lecture, et c’est d’ailleurs ce que font les travaux en didactique actuellement – le professeur de français dont vous parlez essaierait peut-être de renforcer les habiletés scripturales de ses élèves, sachant qu’elles renforceront à leur tour leurs compétences de lecteurs : il semble en effet que les bons scripteurs fassent les bons lecteurs, et que les deux compétences soient étroitement articulées, dans ce sens plus que dans l’autre – écrire implique forcément de lire, la réciproque n’étant pas aussi vraie, ou fonctionnelle
    l’écriture peut-elle être réflexive, demandez-vous ? c’est peut-être la lecture qui constitue la réflexivité de l’écriture, le geste scripteur étant inséparable du geste lecteur qui en constitue une partie

    du coup, je ne suis pas tout à fait d’accord avec l’idée que comme scripteurs (vous dites « auteur ») nous serions des étrangers à nos productions une fois écrites, et que le texte serait le tombeau de l’auteur – j’aurais tendance à penser le contraire : le texte écrit est la trace parfaitement vivante de notre activité d’écriture, réactivée par celle de notre lecture – si le texte est un tombeau alors les livres seraient des cimetières ? trop mort pour moi… ! je préfère les voir comme des lieux de rencontre entre ces deux gestes si proches, l’écriture et la lecture

    merci en tout cas de permettre ce petit dialogue… saturnal

    • Mélodie Faury dit :

      L’idée me plaît d’un texte écrit qui soit la trace parfaitement vivante de notre activité non seulement d’écriture, mais de pensée. Je trouve la forme ouverte des écritures commentées (comme ce que nous faisons ici) particulièrement riche de ce point de vue, y compris dans les temporalités qu’elles proposent, et l’écriture collaborative sur les formats « pad » assez incroyable dans ce qu’elle révèle de notre relation entre une pensée en cours et la forme de l’écriture qui se construit petit à petit.

  3. Luc Bentz dit :

    Intéressante réflexion. Permettez-moi de distinguer trois phases (aventurons-nous!).

    1° La pensée précède… La pensée du discours (!), globale, générale, à la précision variable selon les individus, structurant ou non la pensée, mais son idée générale avec des déclinaisons plus ou moins fines (je parle ici de niveau de précision dans la conception), parfois en ingénierie inverse de la conception (un fait générateur, phrase ou texte; une formule qui jaillit; l’intérêt dans faire une base ou un aboutissement…).

    2° L’acte d’écriture lui-même, ce pas-à-pas où le cerveau précède la main, qu’elle écrive ou qu’elle tape. Cela conduit parfois à des orthogaffes quand la main est plus sensible à la pensée en cours qu’à la mémoire de la précédente et qu’elle dévie vers le mauvais automatisme d’accord. Que se «fait» l’écriture, c’est d’abord dans la tête, avec des ajustements plus ou moins pensés, plus ou moins réfléchis en fonction de que l’on a « fixé » (y dérogera-t-on après) et de l’idée précise ou flou de ce qui suit à court ou moyen terme. Ce sont des ajustements d’enchaînement qui interviennent en cours d’écriture sur des éléments plus « micro » que « macro », un changement de cette mémoire seconde destinée à la main. Le temps qu’elle écrive, mécaniquement, le cerveau a repris le cours.
    Il arrive à ce moment-là que le dernier écrit rétroagisse spontanément et conduise à revoir une formulation fraîche ou plus antérieure (tout de suite ou juste après la phase d’écriture de phrase ou de paragraphe), comme une urgence à traiter avant de reprendre le cours du discours.

    3° la phase finale (mais il peut y en avoir de partielles selon l’étendue du texte) où l’on se relit avec l’effacement des coquilles, le repérage d’imperfection, la correction des déviations auxquelles les mystères du cerveau ont conduit le scripteur. Cela va de la correction orthogaffique ou orthotypographique au remaniement du texte, cette relance ciblée de la procédure où l’esprit aura été sollicité avec le regard plus distancié de la (re)lecture.

    Si lire est étymologiquement un choix, il y a lecture au sens d’élection (de mots, de tournures…) lors de l’écriture. Faut-il parler à la fin de relecture? Oui sans doute. La production n’est pas un jet continu et, consciemment ou moins, sur un empan variable de textes il y a des lectures initiales après écriture, parfois fugaces, parfois inconscientes (l’intervalle d’un respiration intellectuelle, le souffle d’une lecture de l’écrit-déjà pour relancer l’enchaînement des idées et des mots). Et si cette lecture n’est pas (ou n’est pas perçue), elle fut ou aurait pu être!

  4. Baudouin Jurdant dit :

    En me relisant justement, je m’aperçois que la grande différence qui fait qu’on ne lit pas vraiment ce que l’on est en train d’écrire, est dans les temps respectifs de ces deux « gestes » particuliers. On lit beaucoup plus « vite » que l’on écrit, évidemment. D’ailleurs les temps de la lecture peuvent être très différents selon les lecteurs. Et dans la relecture immédiate de ce qu’on écrit, le rythme est encore différent de celui de la lecture habituelle. Il me semble important d’interroger plus profondément les temporalités variées impliquées dans l’écriture, la lecture et la relecture.

    • Mélodie Faury dit :

      Merci beaucoup d’avoir partagé ici ces réflexions !

      Je trouve beaucoup d’échos entre ce que tu écris et l’écriture de thèse, dans laquelle je suis prise en ce moment-même. La temporalité qu’elle implique joue en effet un rôle tout à fait particulier. Je livre ici, peut-être à de nouveaux échos, les réflexions que la lecture de ce texte a suscitées ou réanimées.
      J’ai le sentiment d’être dans une relecture permanente de ce que j’écris dans ma thèse, ou sur le carnet de recherche à distance de mes propres mots (d’autant plus lorsque cette distance est médiée par l’écran et le clavier, le geste a un effet plus indirect sur l’inscription). Le moi qui écrit aujourd’hui , n’est pas le même que celui d’hier, et j’ai parfois du mal à être sûre d’avoir écrit ce que je relis plusieurs jours, semaines, mois et même années plus tard. La difficulté dès lors est de faire s’entendre, dans l’unité que semble devoir constituer un manuscrit de thèse, le moi d’hier et le moi d’aujourd’hui. Les impensés d’hier avec les questionnements actuels. La thèse ne laisse pas apparaître la chronologie du texte, comme peut le faire par exemple un carnet de recherche qui retrace un processus, par les traces écrites, et par l’archivage dans le temps.
      Il est toujours difficile de laisser paraître l’état dans lequel on se trouve au moment de l’écriture : celui de la rencontre, éphémère entre des idées issues du terrain de la recherche, de nos lectures, de nos rencontres, de nos dernières discussions et même de nos émotions à voir s’articuler nos questionnements avec celui d’autres chercheurs, d’autres auteurs. Cet état, si l’on ne le saisit pas sur l’instant, par l’écrit, s’envole… et il est difficile de le retrouver. N’est-ce pas ce qui peut contribuer à me faire devenir aussitôt que je l’écris, spectatrice/lectrice de ce que déjà je ne ressens plus, de ce que je ne pourrais plus tout à fait écrire pareil l’instant d’après ?
      J’essaye de saisir ces moments, par l’oral, en m’enregistrant par exemple après un entretien que je viens d’effectuer sur mon terrain de thèse, pour essayer de maintenir un peu plus longtemps l’état dans lequel je me trouve et que j’aurais des difficultés à retranscrire, alors même qu’il me parait être un indicateur sur ce qui vient juste de se passer (dans la relation entre enquêteur et enquêté par exemple), et que je reconsidèrerai bientôt à distance.

      La réflexivité de l’écriture me paraît pouvoir passer par le choix de son support, de sa forme, du temps qu’on lui accorde et dans quels espaces (une feuille, un fichier, un carnet, un billet, un morceau de papier, etc…), en fonction du statut que l’on lui donne (maturation de la réflexion, aboutissement,…) Mais c’est déjà à un autre « moment » (en amont ?) que celui de l’écriture en train de se déployer. Il s’agirait alors de penser l’écriture dans sa matérialité, et peut-être y compris dans sa temporalité, en tant que processus qui se rendrait, jamais parfaitement, apparent, dans la mesure où il ne se connaît pas non plus lui-même.

      J’aime l’idée de concevoir l’écriture comme un processus de pensée. Les carnets de recherche me paraissent bien donner ce statut à l’écriture : une écriture mise en forme, qui se donne à la lecture, mais qui n’est pas le reflet figé de son auteur, dans la mesure où celui-ci, comme tu le dis, est déjà lui aussi son propre lecteur, à distance de ses propres propos. Une écriture aboutie (dans la mesure où l’on lui donne une forme dans l’idée qu’elle sera lue) mais jamais finie… cette idée m’avait beaucoup parlée, était-ce Frédérique Giraud qui l’avait formulée lorsqu’elle parlait de son carnet Socio-Voce ?
      Il n’est pas question de dire que l’on n’assume pas ce que l’on écrit ou ce que l’on a écrit, mais bien du statut que l’on donne à cette écriture : une réflexion en cours, qui prend forme à un instant donné, peut-être avec une intention, sans doute avec une grande part d’imprévu.

  1. 07/08/2012

    […] La réflexivité dans l’écriture, c’est je crois Bertrand Labasse qui l’a initiée chez moi1. « Ecoutez-vous, vous savez ce qui ne va pas dans vos textes », Bertrand Labasse, lors d’une formation doctorale “J’écris. C’est l’affaire de ma main qui trace chaque lettre. Suis-je en train de lire ces traits noirs sur fond blanc que ma main trace de façon quasi automatique, c’est-à-dire sans y penser, ou plutôt en pensant à toute autre chose ? Certes, à peine l’ai-je écrite cette phrase, que je me mets aussitôt à la… relire.” Baudouin Jurdant, “Écriture/lecture : questions sur la réflexivité“ […]

  2. 24/01/2013

    […] n’est-elle pas destinée à la lecture ? Certains on déjà écrit à ce sujet à la Villa : Baudouin Jurdant invité par Mélodie Faury qui elle-même en raconte beaucoup sur son propre carnet de recherche, […]

  3. 23/05/2013

    […] “Est-il possible de lire ce qu’on écrit au moment même où on est en train de l’écrire ? L’un des conseils que les professeurs de français donnent à leurs élèves, c’est évidemment de « se relire » après le point final de leur essai. “Se relire” : n’est-on pas ici en pleine réflexivité ? L’usage d’une forme réfléchie implique qu’ils se sont déjà lus auparavant et que cette première lecture était sans doute contemporaine de, conjointe à, voire contiguë à : l’acte même d’écrire.” Ecriture/lecture : questions sur la réflexivité — Baudouin Jurdant […]

  4. 26/02/2014

    […] n’est-elle pas destinée à la lecture ? Certains on déjà écrit à ce sujet à la Villa : Baudouin Jurdant invité par Mélodie Faury qui elle-même en raconte beaucoup sur son propre carnet de recherche, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *