Serrez ma haire avec ma discipline

Je vais partager avec vous un souvenir qui n’a de cesse de me faire songer. C’était il y a deux ans environ, dans un colloque sur l’interdisciplinarité. J’y présentais quelques réflexions sur les rapports méthodiques entre l’analyse des séries télévisées et l’analyse littéraire des textes. Je vous passe les détails ; l’article est encore à paraître. Cette communication s’inscrivait dans l’un de mes chantiers un peu plus vastes : l’étude de la progressive disciplinarisation et institutionnalisation des études sur les séries, distinguées peu à peu à la fois des études médiatiques, des études télévisuelles et des sciences de l’information et de la communication. Les plus curieux et les plus désœuvrés peuvent lire quelques-unes de mes remarques sur la question dans Contagions, ici et .

Donc, je donnais ma communication et, avant de passer à quelques exemples concrets tirés de la série The X-Files, j’attirai l’attention de l’assistance sur l’insistance des études anglophones sur les séries télévisées à se présenter comme un champ pluri/trans/multi/interdisciplinaire, répondant ainsi à la fois à des injonctions institutionnelles et à une certaine vogue épistémologique. Sur la question du cadrage par objet et du cadrage par discipline, je me permets de renvoyer aux derniers paragraphes d’un autre de mes billets sur Contagions. Pour l’heure, je voudrais retrouver ici l’exemple que j’avais utilisé lors de ce colloque. Cet exemple, c’est celui-ci :

Lavery Classification

Ce tableau est tiré d’un article de David Lavery, publié dans la revue Slayage sous le titre « ‘I wrote my thesis on you!’ : Buffy Studies as An Academic Cult ». Cet article joue un rôle central dans la mise en place d’une stratégie institutionnelle particulièrement audacieuse, au tournant du millénaire : faire accepter les études sur Buffy the Vampire Slayer comme un domaine à part entière du savoir académique. Je renvoie à mes communications publiées sur Contagions pour plus de détails sur la question ; ce qui m’intéresse ici est un point anecdotique dans l’histoire de cette institutionnalisation.

Au fil de ma communication, j’ai arrangé le tableau de Lavery. Le but du tableau était évidemment de donner l’impression que plus de cinquante, je cite, « disciplines, méthodes et/ou approches » s’étaient intéressées à Buffy. Mon geste a été de réduire autant que possible cette amplification rhétorique, pour distinguer clairement ce qui relevait de disciplines bien établies, de thèmes de recherches, d’aires culturelles et, éventuellement, d’autres choses. Après quelques tableaux transitoires montrant les principes de cette réorganisation à l’œuvre, j’aboutissais au tableau suivant :

Lavery réorganisé

Tableau évidemment tout à fait discutable et qui n’a de fait pas manquer de susciter une discussion. Comme souvent en colloque, le problème du genre a tiré les questions très loin de l’objet de la communication pour les entraîner vers une tétrapilectomie pseudo-épistémologique et vaguement revendicatrice, comme si l’étude du genre avait plus à profiter de son narcissisme conceptuel que des progrès documentaires — mais c’est un autre problème que j’évoquerai un autre jour, peut-être. Dans des circonstances plus appropriées cependant, la double difficulté soulevée n’eût pas manqué d’intérêt. D’abord, peut-on distinguer l’étude du genre (comme thème) du féminisme (comme cadre idéologique) et d’autre part, les gender studies ne sont-elles pas une discipline à part entière ?

Je vous le dis très nettement : pour l’instant mes réponses sont oui à la première et non à la seconde question. Ces réponses sont à la fois stratégiques et méthodologiques, c’est-à-dire qu’elles cherchent à la fois à préserver l’efficacité d’une démarche politique (le féminisme et/ou le militantisme queer) et à rendre compte de la façon la plus satisfaisante possible des pratiques universitaires.

Genre & féminisme

Il me semble qu’abolir la distinction entre études sur le genre et féminisme revient à reconnaître l’inexistence effective du premier. Si l’on considère au contraire que le genre est une donnée objective, alors il peut devenir l’objet de discours anti-féministes aussi bien que celui des discours féministes — sans parler de ceux qui n’en ont strictement rien à faire. C’est du reste ce qui se passe en effet et motive en partie cette année thématique de la Villa Réflexive : c’est parce que le genre est devenu l’objet d’études (discutables, mais la question n’est pas là) d’universitaires anti-féministes que le féminisme cherche à clarifier ses positions et à mieux en montrer le fonctionnement. Argumenter en faveur de l’inexistence d’un truc (conceptuel ou matériel), c’est encore l’étudier.

Parallèlement, il me parait important de remarquer que les approches féministes sont loin d’être les seules à parler du genre et, ce qui ne revient pas exactement au même, que toute recherche sur le genre n’est pas nécessairement féministe. Faute d’opérer cette distinction, on court le double risque de ruiner l’apport documentaire d’une recherche donnée et de priver l’approche féministe de sa force. Supposons (dans l’avenir) une étude consacrée aux rôles des femmes dans la culture du xulaq sur la planète Arbor 71. Tant que les femmes participent effectivement à la culture du xulaq sur la planète Arbor 71, le seul thème de cet article ne suffit pas à en faire un article féministe : il faut encore qu’à son étude factuelle de la culture du xulaq (sur Arbor 71), l’article joigne des considérations idéologiques sur les rapports de pouvoir entre les Arboriens et les Arboriennes.

À vrai dire, même l’étude des rapports de pouvoir dans la société arborienne (avec un intérêt particulier porté à la culture du xulaq) ne constituerait pas, de mon point de vue, une approche féministe. Mettons par exemple qu’un groupe de chercheurs présente en congrès ses conclusions sur l’agriculture arboréenne. En supposant que la présence d’un facteur genré dans l’étude implique une étude féministe, les questions peuvent être de deux ordres : d’ordre documentaire (l’agriculture arboréenne) et d’ordre idéologique (le féminisme). La réduction du genre au féminisme prive les aspects purement documentaires des recherches utilisant un facteur genré de tout pouvoir d’attractivité. Pour le dire crument, la culture du xulaq, tout le monde s’en tamponne ; le genre, voilà un sujet de société. Mais le charme et l’apport de l’Université au sein de la société est parfois de la forcer à regarder ailleurs.

Cela dit, si la confusion entre genre et féminisme est dangereuse du côté documentaire, elle ne l’est pas moins du côté idéologique. De fait, puisque toute étude utilisant un facteur genré n’est pas nécessairement porteuse d’une réflexion idéologique, alors l’adéquation entre genre et féminisme, en transformant des études faiblement politisées en études a priori politiques dilue la force des études véritablement politisées dans la masse des études purement documentaires. Ce qui se met en place alors, c’est une sorte de gender washing : parler un peu de genre, c’est montrer la patte blanche du féminisme qui permettra de se connecter à des réseaux universitaires dont c’est la problématique première.

En revanche, le maintien d’une distinction nette entre le genre comme thème de recherche et le féminisme comme cadrage idéologique de cette recherche permet de préserver aux études la valeur documentaire d’un côté et l’éventuelle portée idéologique de l’autre.

Gender studies et disciplinarité

De ce qui précède découle nécessairement une certaine méfiance à l’égard de la qualification des gender studies comme discipline. Plus généralement, je suis très réfractaire à tout discours de dépassement des disciplines. Mes raisons sont assez simples. Par exemple, observons l’état des études sur la pornographie, dont vous trouverez une brève présentation dans La Pensée du discours de Marie-Anne Paveau. Plus particulièrement, observons l’état de ces études dans le monde anglophone, l’état des porn studies. Vous y trouverez la belle régularité des concepts-clés et des références qui caractérisent à peu près n’importe quelle approche des cultural studies : pouvoir, politique, désir, subversion, Deleuze, Foucault, Derrida, Lacan, etc.

Ce qui éveille la suspicion, c’est que dans le fabuleux monde des french theory digests, ces concepts et ces références peuvent tout aussi bien être appliqués à d’autres objets entièrement différents. Un titre comme « Power, Politics and Desire: Reading Early Modern French Manuscripts Trade With Derrida » ne serait pas du tout surprenant. Si je ne doute pas de l’existence bien documentée d’une paraphilie graphomaniaque et de pratiques paramasturbatoires sur fond de paléographie, je dois avouer qu’en opérant dans des champs thématiques bien différents les uns des autres, j’ai parfois l’impression de lire exactement le même article, selon que je poursuive mes recherches sur la propriété intellectuelle du dix-septième siècle ou sur les Tumblr pornographiques gays.

Eh bien justement, me dira le lecteur qui aura suivi le chafouin cheminement de ma pensée, justement ! Cela ne prouve-t-il pas que les gender studies sont une discipline, avec leurs méthodes et leurs textes fondateurs ? Si fait. Je suis prêt à considérer que les gender studies sont une discipline si nous nous entendons pour dire que l’objet de cette discipline est le commentaire de Deleuze, Foucault, Derrida et Lacan. Si en revanche on veut trouver dans les gender studies la discipline de l’étude diachronique, synchronique et transnationale du genre, je crains que nous ne puissions nous accorder, tant l’apport intellectuel des méthodes propres aux gender studies est alors faible.

Si en revanche l’on conçoit les gender studies comme une approche pluridisciplinaire, les choses sont bien différentes : la rigueur des techniques de manipulation des documents est conservée aux disciplines qui en sont les spécialistes. En aucun cas la préservation des compétences disciplinaires n’implique la défense des rigidités de leur partage. À l’inverse, l’obsession d’une partie des tenants des gender studies à se fondre dans la rhétorique de légitimation disciplinaire les conduit à produire des résultats redondants peu faits pour leur acquérir précisément la légitimité qu’ils recherchent. Ce qui pose problème, ce n’est pas la méconnaissance de l’hypothétique qualité disciplinaire de ces études, mais l’hégémonie du partage disciplinaire dans l’institutionnalisation des savoirs.

***

Mais on s’en fout un peu, non ? Non. Quelle importance de savoir si les gender studies sont une discipline ou non ? Du point de vue purement épistémologique, la question est presque accessoire. Du point de vue institutionnel, elle est en revanche centrale. L’organisation disciplinaire informe de nombreuses pratiques de gestion de l’enseignement et de la recherche : délivrer des diplômes, organiser des formations, financer des projets de recherche, reconnaître des compétences. Supposons qu’un groupe de dix chercheurs et chercheuses se soit réuni dans un projet étiqueté gender studies. Nous y trouvons deux sociologues, une historienne, trois géographes, une littéraire, une mathématicienne, un musicologue et une linguiste. Nous vivons cependant dans ce monde apparemment parfait où les gender studies sont une discipline. Cherchant à financer un projet de recherche, ces dix universitaires se heurtent à l’exigence désormais quasi canonique : il faut que le projet soit interdisciplinaire. Voilà nos sociologues, nos historiens, nos géographes, notre littéraire, notre mathématicienne, notre musicologue et notre linguiste contraint de trouver d’autres collaborateurs, qui ne soient pas des gender studies, pour participer à un projet de recherche sur le genre.

Étonnant, non ?


François-Ronan Dubois

Chercheur à l’Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l’Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l’Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l’histoire intellectuelle en Europe à l’époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l’époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Marie-Anne Paveau dit :

    c’est passionnant ce débat sur la discipline, et les différentes appellations en « studies » nous poussent à y réféléchir – il y a une réflexion intéressante sur l’idée des cultural studies comme (trans)discipline dans cet article que tu connais peut-être :
    During Simon, « Les Cultural Studies forment-elles une discipline ? Est-ce important ? », Littérature, 2006/4 n° 144, p. 101-118 (http://www.cairn.info/revue-litterature-2006-4-page-101.htm)
    plusieurs arguments se pensent bien sur les GS aussi
    et sur la transdicipline en général, il y a ce collectif qui est intéressant :
    Darbellay F., Paulsen T., 2008, Le défi de l’inter- et transdisciplinarité : concepts, méthodes et pratiques innovantes dans l’enseignement et la recherche, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.
    la transdiscipline, fait l’objet d’études assez intéressantes qui la distinguent de l’inter- et de la pluri-, je n’ai pas d’avis tranché sur la question, mais ça m’intéresse de me demander comment les disciplines au sens discret du terme peuvent travailler ensemble – je pense que les porn studies sont plus un champ, ou domaine, enfin quelque chose de topique, que les gender studies, à cause de l’appareil conceptuel, qui ne leur est pas propre : elles empruntent beaucoup au genre, à la socio, à la philosophie du langage, etc.
    bref, de quoi alimenter de futurs ateliers épistémologiques où nous pourrions nous retrouver – à creuser

  1. 23/01/2014

    […] Tartuffe de Molière, sur lequel je travaille en ce moment (peut-être était-ce aussi parce que le titre de son précédent billet était tiré de cette même pièce ?). Il s’agit d’une pièce montée il y a deux ans sous le titre Tartuffe (2012) et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *