Les engenderés

C’était le Nouvel An. Comme à chaque soirée du Nouvel An, il y avait ceux que je connaissais, ceux que je connaissais moins bien, ceux que je ne connaissais pas du tout et ceux que j’ai connus jadis, avant le temps et le silence. Comme à chaque soirée du Nouvel An, il y avait la chanson, et la danse, et les jeux. « Et si on faisait une équipe garçons contre filles ? », « Là, c’est aux garçons de chanter », « C’est trop grave, je ne peux pas chanter ça », « c’est un milieu très féminin », etc. Que l’on parle du dernier congrès de l’Association Française de Sociologie ou que l’on fasse une partie de Shabadabada, le genre n’est jamais loin — il vous guette, vous qui lisez ces lignes, comme le renard perfide guette la poule que le coq ne surveille pas avec une vigilance assez virile et comme le barbare saxon de ses falaises observe les riantes contrées du royaume de France. Mad as a fox, le gender est à la fois la voie de la raison et le summum de la déraison : déraisonnable dans ses fins, habile dans ses desseins, le gender décapite les saints, castre les hommes et couvre les jambes jadis si douces de nos femmes d’un disgracieux pelage.

Messieurs, il va falloir, d’une main velue et fébrile, protéger vos testicules contre les hordes paritaires et néanmoins phalloclastes qui déferleront cette année sur la Villa Réflexive. Passe encore que des universitaires femelles participent à l’active prédation qui pourrait bien avoir raison d’un ordre millénaire, que dis-je ? naturel, mais pourquoi faut-il que se prêtent à ce jeu dangereux des hommes-mâles ? Naturellement, ces intellectuels invertis ne sont pas bien sûrs d’eux-mêmes. On devine qu’ils n’ont pas l’esprit tranquille. Dans le métro, leurs regards ne remontent pas avec la sensualité d’une douce et légitime caresse le long des jambes qui dévoile une jupe féminine, mais ils s’arrêtent sur le motard-fouettard qu’ils retrouveront dans l’arrière-salle de quelque sauna douteux.

D’où surgit l’inévitable question : le gender est-il une affaire de pédés et de gouines, pardon, une affaire queer ? Oui et non. Comme les congrès de marxistes ou les réunions d’écologistes, les assemblées d’engenderé(e)s/é-e-s/éEs/… sont, et nous l’illustrerons inévitablement cette année, des écoles de discorde. Une amie me confiait au Nouvel An l’angoisse de certaines sociologues féministes devant l’invasion masculine gay au sein des gender studies. Tous ces hommes à hommes ne sont-ils pas tout d’abord des hommes ? Oui ! Non ! Zut. Doit-on intégrer ou se séparer ? Négocier ou violenter ? Les féministes hétérosexuelles n’essentialisent-elles pas la masculinité ? Ce féminisme-là ne serait-il pas encore une phallocratie ? Etc. Disons-le nettement : il y a plusieurs demeures dans la maison de la Mère et personne n’est vraiment d’accord.

Ainsi l’engenderment est agité par ces combats en même temps qu’il livre bataille contre d’autres forces idéologiques. Que ces forces soient riches de leurs propres ridicules et qu’elles en fassent très volontiers et très constamment la publique démonstration ne change pas la difficulté fondamentale : maintenir l’équilibre entre une discussion interne discordante et un discours externe cohérent. Le souci stratégique d’efficacité politique exclut a priori les discussions houleuses. Quelle crédibilité accorder aux analyses d’un courant de pensée qui ne parait jamais capable de s’accorder avec lui-même ? Tout serait simple s’il y avait deux mondes et, en quelque sorte, deux modes de rationalité : celui de la politique et celui de la réflexion théorique. La première fonderait la seconde ; la seconde informerait la première, bref, l’engenderment fonctionnerait comme les entreprises politiques traditionnelles, avec ses idéologues et ses compagnons de route.

Seulement, et l’on en fait aisément l’expérience lors de discussions informelles, la séparation entre un terrain de réflexion conceptuel et un terrain d’action politique n’est jamais possible en la matière. Si l’on est prêt à reconnaître à un universitaire son expertise factuelle dans le domaine de la mécanique des fluides ou de l’histoire des spectacles de marionnettes, impossible de lui accorder la même maitrise sur une question sociale si unanimement partagée que celle de la différence sexuelle. À l’inverse, si l’on est prêt à reconnaître, entre universitaires, que la chimie quantique ou les techniques éditoriales lyonnaises de la Renaissance sont des sujets relativement dé-socialisés, à l’inverse, tout chercheur engenderé occupe nécessairement une position à l’intérieur de son objet de recherche. En d’autres termes, tout engenderé est toujours déjà un homme et la voix du phallogocentrisme avant même d’avoir parlé, tandis que toute engenderée est toujours déjà une femme que ce phallogocentrisme aura réduite au silence.

La position de l’universitaire face au gender est donc nécessairement ambiguë — elle court toujours le risque d’être porteuse du mauvais discours. Avec les autres techniciens de la pensée, l’engenderé est suspect de subjectivisme ; avec les autres citoyens, l’engenderé est suspect de technocratisme.

1. Subjectivisme. Les collègues de l’engenderé sont parfois des Gilles Deleuze qui s’ignorent (dans le meilleur des cas). Comme Gilles Deleuze s’inquiétait du manque d’imagination des psychanalystes devant les schizophrènes, les collègues de l’engenderé sont navrés par l’obsession pathologique de celle-ci ou celui-ci pour un détail physiologique : la possession d’un vagin, dans un cas, la turgescence du pénis après observation de caractères phénotypiques masculins, dans l’autre. La vie, apprend l’engenderé, ne se résume pas à l’usage de vos orifices. D’ailleurs, les plus nobles de ces collègues ne verront aucune objection à ce que vous soyez une femme et/ou un-e transsexuel-le travesti-e bi-a-sexuel-le noir-e, tant que vous le gardez pour vous, c’est-à-dire que vous le cachiez. Après quoi il vous parleront de leurs enfants.

Gilles Deleuze de la même manière se moquait des psychanalystes qui réduisaient les délires des schizophrènes à la contemplation inopportune de l’auguste fesse maternelle, tandis que les schizophrènes déliraient le monde — pas seulement le pipi-pénis-Maman, mais la Deuxième Guerre Mondiale, les extraterrestres télépathes et les Chinois du FBI. Et de fait, tout engenderé que je sois, mon cœur ne se serre pas toujours autant qu’il le devrait quand je lis le soixante-dix-huitième article du mois sur l’utilité d’une réinterprétation foucaldienne du TGV dans la lutte contre la biphobie, alors que je suis sans doute horriblement opprimé, en écrivant ce billet (et en observant les biceps de certains de mes plus charmants co-voyageurs).

Pour l’observateur extérieur, le gender fait parfois l’effet d’un monde tout petit. Cette impression ne s’arrange guère quand l’engenderé un peu trop zélé se lance dans une diatribe enflammée sur les siècles d’oppression paternaliste et souligne la fondamentale iniquité : 1) des registres de l’état civil, 2) des grilles de salaires, 3) de la pénalisation des crimes sexuels, 4) de la téléralité, 5) du tricot, 6) de la répartition des tâches ménagères, 7)… etc. Pourquoi, après tout, exposer calmement au bourgeois le fondement conceptuel de la critique qu’on lui adresse quand on peut plus facilement le noyer dans son vomi ? Mais tout ce que le bourgeois aura retenu, c’est le 234ème exemple, celui sur la sexualité des drones et le sexisme des zombies, et chacun pourra repartir chez soi plein des convictions qu’il avait en arrivant.

Bien sûr, jamais le secourable collègue de l’engenderé ne verra de contradiction entre son discours noblement libérateur et son royal désintérêt pour les X-Men. Pourquoi il lui serait plus légitime de se consacrer exclusivement à sa culture élitaire et statistiquement anecdotique qu’il ne l’est pour l’engenderée de s’occuper des expressions féminines, c’est ce que cette dernière ne saura jamais. Prêt à défendre bec et ongles la fille de Minos et de Pasiphaé devant le grave péril social que représente la méconnaissance de l’œuvre de Jean Racine, le collègue bien intentionné n’aura jamais qu’un haussement de sourcil perplexe pour l’histoire de la tragédie écrite par les femmes au dix-septième siècle, fût-elle plus érudite, plus novatrice et plus précise, en somme plus accordée aux critères académiques évaluatifs qui sont par ailleurs les siens, que son dernier commentaire de Phèdre.

2. Technocratisme. Les amis-des-amis-des-amis de l’engenderé lèveront les yeux au ciel quand celui-ci aura risqué, avec la maladive timidité d’intello ou la boursouflante fierté d’intellectuel qui le caractérise, une remarque sur le sexisme de tel ou tel geste du quotidien. L’engenderé est avant tout une personne avec laquelle on ne peut pas vivre : on ne peut pas tenir une porte, tirer une chaise, faire la bise, prendre un manteau, complimenter une robe, suggérer un rouge à lèvres, regarder Miss France ou offrir une poupée sans qu’il ne surgisse pour se désoler de la crasse ignorance dans laquelle le petit peuple rustre est encore enfoncé. Les sexistes sont à l’engenderé ce que les paysans sont aux Jules de la République des Jules : une exaspérante constellation de villageois goitreux qu’il va bien falloir évangéliser, pardon, éduquer un jour ou l’autre.

Tu es sexiste et raciste, en plus tu n’aimes pas les handicapés et tu manges de la viande : impossible de ressortir d’une discussion avec un engenderé sans avoir envie d’aller voir son psychologue ou son confesseur pour se redonner confiance en soi. À aucun moment l’engenderé ne s’inquiètera d’être devenu méthodiquement ce que lui-même abhorre : un colon/un père/un straight/un présentateur de TF1 — c’est-à-dire celui qui utilise son pouvoir pour donner de la valeur aux phénomènes et priver les autres des mécanismes de l’évaluation. Si l’engenderé est chanceux cependant, les amis-des-amis-des-amis lui feront sentir tout son snobisme et lui rappelleront l’art non pas du compromis mais de la discussion.

À partir de cette étape, le post-féminisme frappe à la porte de l’engenderé. Si par hasard il était en train de défendre le séparatisme lesbien, il reconnaitra bientôt que ce n’est pas pour tout le monde, puis que c’est exagéré, mais que ça donne à penser et enfin que les deux sexes peuvent évidemment travailler ensemble. Trois heures plus tard, parce qu’il faut bien manger des chips avec quelqu’un, l’engenderé, en désespoir de cause, n’accueillera plus les plaisanteries un peu épaisses de ses commensaux que par une réserve discrète. Évidemment, il se sentirait plus à l’aise si la discussion roulait soudain sur l’intégration académique des mathématiciennes dans la Prusse du second dix-neuvième siècle, mais malgré ses tentatives les plus audacieuses, le sujet ne prend pas. Il en est donc réduit à parler en technicien de sujet qu’il ne connait qu’en citoyen et forcé ainsi soit dans la soumission, soit dans la tyrannie.

Ce mois-ci dans la Villa, nous parlerons donc de la difficile vie de l’engenderé, que personne n’aime et que personne n’écoute, sauf les autres engenderées, qui lui soupçonnent quand même toujours d’avoir un pénis caché quelque part.  Nous parlerons — enfin, peut-être — de la relation difficile entre le gender et le queer, du rapport entre gender studies et compétences disciplinaires, de la dysharmonie entre discours politique et discours académique, de l’art délicat de l’autocritique, bref, de tous ces phénomènes que la stratégie impose d’éclipser et qu’elle éclipse en effet, en se rendant partout nécessaire.

Son

Germaine Greer in Sinéad O’Connor, « Germaine », Universal Mother, 1994


François-Ronan Dubois

Chercheur à l’Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l’Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l’Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l’histoire intellectuelle en Europe à l’époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l’époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *