Une articulation des méthodes qualitatives/quantitatives est-elle possible en linguistique ?

Billet initialement publié le 15 octobre 2013
Avant de rentrer dans le vif de cette question qui me taraude depuis des années maintenant, je souhaite revenir ici sur une expérience de recherche afin d’amorcer la réflexion sur l’articulation des méthodes quantitatives et qualitative en linguistique. Dans le présent billet, j’aspire à exposer quelques points de vue de chercheurs, une bibliographie et à énumérer une liste non exhaustive des aspects d’une recherche à la fois quantitative et qualitative. J’espère que la discussion sera enrichissante et qu’elle fera avancer l’état de ce questionnement méthodologique.

Capture d'écran du concordancier Lexico 3 - Etude de l'occurrence "Croissance" dans la revue "Finance & développement" du FMI

Ayant étudié les sciences dites « dures » (dans une autre vie) et ayant fait un parcours en sciences économiques, j’avais certainement le respect malencontreux des statistiques. Les sorties logicielles dans ma recherche étaient malheureusement ininterprétables dans leur état brutes : la cooccurrence d’un terme avec un autre, la préférence sémantique qu’un mot pouvait avoir pour un syntagme ou la fréquence d’une telle collocation ne pouvait guère me renseigner ou répondre à ma problématique (à savoir quelles étaient les procédés de traduction de ces phénomènes linguistiques) ou à mes hypothèses (traduction par calque, traduction par création…etc.). Il fallait donc interpréter les résultats quantitatifs et faire un travail qualitatif en aval pour arriver à des conclusions pertinentes sur le plan traductologique. Est-ce là une limite des méthodes quantitatives en linguistique ?

Les limites interprétatives du quantitative et les contraintes empiriques du qualitatif

Si les méthodes quantitatives en linguistiques de corpus (ou en sciences humaines et sociales de façon générale) reposent sur des statistiques et sur des « instruments sophistiqués », les méthodes qualitatives, elles, se construisent par le chercheur en fonction de son terrain et de ses besoin d’études, comme l’expliquent Paillé & Mucchielli :

« La recherche est dite « qualitative » principalement dans deux sens : d’abord, dans le sens que les instruments et méthodes utilisés sont conçus, d’une part, pour recueillir des données qualitatives (témoignages, notes de terrains, images vidéo, etc.), d’autres part, pour analyser ces données de manière qualitative (c’est-à-dire en extraire le sens plutôt que les transformer en pourcentages ou en statistiques)…La recherche est aussi dite qualitative dans un deuxième sens, qui signifie que l’ensemble du processus est mené d’une manière « naturelle », sans appareils sophistiqués ou mises en situation artificielles, selon une logique proche des personnes, de leurs actions et de leurs témoignages (une logique de la proximité). Ainsi en est-il de l’analyse des données qui met à profit les capacités naturelles de l’esprit du chercheur et vise la compréhension et l’interprétation des pratiques et des expériences plutôt que la mesure de variables à l’aide de procédés mathématiques. » [1]

Céline Poudat souligne dans sa thèse, que l’apparition des méthodes qualitatives peut être perçue comme une réaction aux méthodes quantitatives imposées – en quelques sortes – les sciences dures :

« La notion d’analyse qualitative est globalement apparue en réaction au développement des statistiques, qui introduisent en linguistique de corpus, et dans l’ensemble des sciences de l’homme et de la société, les exigences et les méthodes des sciences de la nature » [2]

Marie-Anne Paveau[3] décrit les moyens qui servent dans les approches qualitatives et quantitatives en linguistique :

« Dans les approches qualitatives, l’analyse et l’interprétation se font « à l’œil » ou « à la main »  ou même, pourrait-on dire, « à l’humain », alors que dans l’approche quantitative, l’analyse et l’interprétation se fait « à l’instrument » ».

Mais l’instrument ne peut-il pas servir de point de départ pour l’analyse et l’interprétation qualitative ? L’intuition du linguiste ne doit-elle pas avoir comme point de départ (quand les corpus le permettent) une réalité quantifiable des données empiriques qu’il s’apprête à étudier de façon qualitative ?

Dans le même article, Paveau[4] pose la question suivante concernant les discours numériques: Quel Sens y aurait–‐il en effet à quantifier les énoncés du web ? Question à laquelle je répondrais spontanément par « AUCUN !». En effet, tous les corpus ne se prêtent pas à des études quantitatives que ce soit en linguistique de corpus, en textométrie ou en lexicométrie. Les discours nativement numériques et plus précisément les discours des différents terrains d’Internet ont leur environnement numérique et leurs particularités discursives et il serait une erreur de les isoler pour en faire d’eux des résultats statistiques et graphiques. En se faisant, le linguiste serait dans une « logique de distance » (pour faire le parallèle avec «  une logique de proximité »). Une distance qui peut générer l’altérité des résultats.

 

Faire la part des choses et tenter d’associer les deux méthodes

Faut-il vraiment confronter les méthodes quantitatives aux méthodes qualitatives en linguistique ? N’existe-t-il pas une approche qui pourra tirer le meilleur des deux méthodes ?

« … l’enquête idéale, si tant est qu’elle existe, devrait évidemment combiner qualitatif et quantitatif, et qu’il ne saurait question d’opposer l’un à l’autre. » [5]

François Rastier dans son livre intitulé « la mesure et le gain : sémantique de corpus » (« mesure » pour quantité et « gain » pour qualité) plaide pour une complémentarité des méthodes quantitatives et qualitatives en linguistique :

« Pas plus que le fréquent n’est assimilable au quantitatif, le rare ne se confond avec le qualitatif. Il n’y a pas d’opposition entre quantitatif (positiviste) et qualitatif (élitiste), mais une complémentarité : ainsi, le résultat quantitatif peut confirmer l’hypothèse qualitative.[6]« 

En l’état actuel, les instruments de la linguistique quantitative (autrement dit la linguistique de corpus) ne sont pas aptes à produire des jugements qualitatifs. Il faudra peut-être arriver à les former aux approches critiques et à la réflexivité (en inventant des algorithmes robuste) pour qu’ils réussissent à combiner entre les méthodes qualitatives et quantitatives… En attendant, c’est au linguiste et seul à lui que revient la délicate tâche de le faire.

Pour citer ce billet : Zineddine, A., 2013. Une articulation des méthodes qualitatives/quantitatives est-elle possible en linguistique  ? Espaces Réflexifs. Available at: http://reflexivites.hypotheses.org/5186 [Consulté le …].


[1] Paillé, P. & Mucchielli, A., 2012. L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales, Armand Colin. P 19

[2] Poudat, C., 2006. Etude contrastive de l’article scientifique de revue linguistique dans une perspective d’analyse des genres. Thèse de doctorat en sciences du langage. Université d’Orléans. P.19. Available at: http://www.theses.fr/2006ORLE1078 [Consulté le septembre 23, 2013].

[3] Paveau, M.-A., 2012. L’alternative quantitatif/qualitatif à l’épreuve des univers discursifs numériques », conférence plénière au colloque Complémentarité des approches quantitatives et qualitatives dans l’analyse des discours ?, Amiens, Université de Picardie, CURAPP, 10-‐11 mai (à paraître 2013 dans CORELA, présentation : http://penseedudiscours.hypotheses.org/9711).

[4] Idem.

[5] Sardan, J.-P.O., 2008. La rigueur du qualitatif: les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Academia-Bruylant. P. 11

[6] Rastier, F., 2011. La mesure et le grain: Sémantique de corpus, Honoré Champion. P. 51

 


Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *