Coulisses et souvenirs de soutenance

Billet initialement publié le 12 octobre 2013

par Aurore Fossard

Pour avoir assisté à un certain nombre de soutenances et pour les avoir débrieffé avec de nombreux jeunes docteur-e-s, chaque soutenance est unique ainsi que la façon de s’y préparer. Dans la perspective de participer à révéler « la face cachée de la recherche », je propose de lever le voile qui masque habituellement les sentiments et les micros-évènements qui entourent le jour de la soutenance. Non pas qu’il s’agisse de sujets tabous, mais simplement de détails qui, par leur apparente futilité, sont engloutis dans les méandres d’une mémoire collective – et personnelle  – qui sacralise et homogénéise LA soutenance, à la fois comme une expérience uniquement intellectuelle et comme si rien n’avait existé quelques heures avant et quelques heures après. Une exploration rétrospective des faits qui ont accompagné ce fameux évènement permettent de le ressaisir, voire de se l’approprier à nouveau. Flash back.

J-1

Au réveil du dimanche 9 juin 2013, jour qui précède ma soutenance, je me dis : « Ça y est. La prochaine fois que le réveil sonne, ce sera le jour de ma soutenance de thèse. » À la lecture d’une telle pensée, on imagine que la journée va être difficile à désacraliser. Et pourtant…

L’une des recettes est probablement de faire en sorte que toute la logistique soit bouclée la veille : dernière répétition de la présentation de soutenance et impression du texte (8 pages. 8 pages en Times 12, interligne 1.5 = 20min, donc respect du temps imparti), impression de l’éventuel document Erratum (et oui…), visite de la salle, organisation de la place de chacun, vérification du bon fonctionnement des micros et des éclairages, achat des fameuses petites bouteilles d’eau et des gobelets qui vont avec (indispensable lorsqu’on s’apprête à passer 4h au même endroit), impression des chevalets pour chaque membre du jury, conception et impression des petits livrets de présentation de la thèse pour le public – nécessaire à mon sens si l’on souhaite que celles et ceux qui ont pris leur après-midi pour venir écouter des discussions pour le moins hermétiques se sentent un tant soit peu concernés – préparation d’un exemplaire de la thèse, des feuilles de brouillon afin de prendre des notes durant les interventions des juré-e-s.

Image1

Les documents qui ont accompagné ma soutenance, préparés en amont (de gauche à droite et de haut en bas) : table des matières de la thèse, document Erratum, texte de présentation de la thèse pour l’ouverture de la soutenance, chevalet pour chacun des membres du jury, livret de présentation de la thèse pour le public… et le fameux tapuscrit. ©Aurore Fossard-De Almeida.

Si tout cela est réglé l’avant-veille du Jour J, la veille peut être vécue sereinement. Autant que possible. Aussi le programme de la journée s’est-il mis en place au fil des heures, dans le respect d’une ligne directive décidée personnellement en amont (et renforcée sur un ordre de mon directeur de thèse) : « ce dimanche, re-pos ! ».

« Repos ». Mais comment se reposer LA VEILLE de sa soutenance ? Il faut bien admettre qu’après 7 ans de doctorat, j’en étais venue à douter un peu de l’existence de ce jour-là, et lorsque je m’évadais à l’imaginer, je ne l’envisageais pas du tout reposant. Et puis il est là, il faut bien en faire quelque chose, pour qu’il soit autre chose que « la veille de la soutenance ». Alors je décide d’aller au cinéma, seule. En parcourant les programmes, je découvre avec grand plaisir qu’After Earth, le dernier film de M. Night Shyamalan vient de sortir. Première étape dans le processus : trouver une raison légitime d’aller voir ce film (quand même, c’est « la veille de la soutenance » !). Un petit tour sur IMDB me conforte dans mon envie : mis à part Shyamalan à la réalisation, ce film est un pur produit de la famille Smith : Will Smith et Jada Pinkett Smith co-produisent (ainsi que le frère de Jada, Caleeb Pinkett), et Will Smith partage l’affiche avec son fils, Jaden Smith. Voyant dans ce descriptif un schéma hautement intéressant de passage de témoin à l’écran (de profession et de statut de célébrité) entre le père et le fils, je décide d’y aller, ma conscience bien là où elle a besoin d’être, « la veille de la soutenance » : dans le bain cinématographique.

Image2

Affiche du film After Earth, de M. Night Shyamalan, 2013

A posteriori, j’ai été bien inspirée d’aller voir After Earth. Durant les deux petites heures que dure le film, j’ai pu joyeusement m’identifier à Jaden Smith, jeune impétrant à la volonté de fer voulant prouver sa force et sa valeur au monde entier (et surtout à son papa), luttant contre le monstre le plus effrayant et le plus difficilement « terrassable » qui soit : sa propre peur. Pas besoin d’imaginer chaque membre de mon jury en petite tenue pour me sentir plus forte après cette séance : si j’arrivais à faire taire l’angoisse, j’atteindrais mon but.

Que s’est-il passé après le film ? Je dois avouer que 4 mois après le crime, j’ai beaucoup de mal à me remémorer la suite de la journée. Je crois ne pas avoir été souvent seule. Sur le plan logistique, je me souviens avoir passé du temps avec ma maman à préparer à manger, en prévision de la soirée qui aurait lieu « After the Defense », et après le « pot amical » tenu à l’université – j’aurais l’occasion de revenir sur cette étape de la journée qui n’a de décontractée que la terminologie ; du coup de main d’un ami proche, venu de Paris pour l’occasion ; la présence bienveillante de la belle-famille, de la belle-sœur enceinte à la grand-mère émue d’assister à un rituel si éloigné de sa campagne italienne natale.

Jour J

Lundi 10 juin 2013. Aujourd’hui, à 2h05 du matin, une amie d’enfance a trente ans. Aujourd’hui, à 10h50, je me marie dans deux mois, jour pour jour. Aujourd’hui, à 14h, je soutiens ma thèse. Le présent ne m’a jamais semblé aussi prégnant. À nouveau et avec du recul, tout l’enjeu de la matinée précédant ma soutenance a été d’oublier la solennité du jour. Pour ce faire – et complètement inconsciemment bien entendu –, j’ai opté pour :

1/ inviter deux amis proches à venir petit déjeuner à la maison.  Cela impliquait de préparer des jus de fruit frais, ce qui présentait l’avantage de me mettre quelque chose dans le ventre – parce que quand même, j’avais beau tout tenter, c’était le jour de ma soutenance – et puis ça prenait du temps, ça occupait les mains, élément indispensable pour ne pas trop focaliser sur mon esprit ;

Image3

Pour prouver que mes amis ne sont pas venus QUE pour le petit-déjeuner. Ils ont traversé la soutenance avec moi… avec enthousiasme ! ©Patrick Fossard.

2/ faire un Skype avec une amie, bloquée à l’autre bout du monde, mais on-ne-peut-plus investie dans la préparation psychologique de ma soutenance. Il est 18h chez elle, 10h chez moi, mais le programme est le même : fous rires surexcités, évocation du caractère surréaliste de la situation (je la soupçonne d’avoir un peu douté, elle aussi, de la venue de ce jour), listing de tout ce que j’ai préparé et qu’il me reste à faire (elle fait du conseil en entreprise : je ne pouvais pas lui en vouloir d’être pragmatique et efficace, alors même que j’étais en pleine dynamique de désacralisation). Et pas folle la guêpe : plus vite j’aurais soutenu, plus vite je pourrais aller la rejoindre en Terre Australe pour, d’une part, prendre ma revanche sur une première expérience pour le moins mouvementée (http://culturevisuelle.org/paparazzi/archives/78), d’autre part, poursuivre mes recherches sur un terrain anglophone particulièrement productif sur la question de la célébrité. Intérêts personnels et professionnels donc ;

3/ me lancer dans la préparation d’une compilation de toutes les chansons où il était, d’une manière ou d’une autre, question de paparazzi, en prévision d’une catharsis totale lors du « pot amical » d’après-soutenance. La découverte d’un tube coréen dans lequel « I’m gonna be your paparazzi » était la seule phrase du refrain que je comprenais me propulsais dans une sorte de joyeuse danse qui me permit d’évacuer ce qui s’avérait être un bon paquet de stress – je ne vois que cette raison. Mis bout à bout, Lady Gaga, Britney Spears, Mickael Jackson, Xzibit… et Kan Mi Youn formeront ma « compil’ » de soutenance et, bien que la majorité ne l’ait probablement pas bien entendue par la suite lors du « pot », sonnera pour moi comme une sorte de B.O. de cette journée ;

4/ ne pas enfiler LA robe de soutenance – soigneusement choisie avec une amie doctorante, à la fois au fait de la mode et aussi excitée que moi à l’idée d’acheter une robe de soutenance – avant 11h du matin. Cela signifiait de barouder en pyjama toute la matinée, un thé (ou le téléphone) à la main, comme lors d’une bonne vieille matinée de recherche, comme si de rien n’était. Nous sommes d’accord, l’habit ne fait pas le moine, mais en l’occurrence, enfiler la robe eut l’effet d’entrer dans la peau du personnage.

Une fois cette seconde peau enfilée, impossible de m’en défaire, et il ne m’était plus possible de danser sur quoi que ce soit. Exit Britney, exit Mickael. Il était temps de prendre toutes les affaires rassemblées jusque là dans un coin, les charger dans le caddie roulant Monsieur-Madame – les bouteilles d’eau pèsent leur poids, mais si l’on rajoute la thèse, on se démet une épaule avec un sac à dos – et en route pour la salle.

Image4

Le caddie roulant – et fun – indispensable dès lors que l’on prend part à l’organisation de la recherche (journée d’étude, colloque, etc.). ©Aurore Fossard-De Almeida.

L’arrivée sur les lieux, le jour J, rendit à la fois l’événement palpable et surréaliste. Je crois avoir littéralement effleuré la table derrière laquelle j’allais me tenir pendant les heures à venir avec recueillement, et en même temps, je me souviens avoir pouffé de rire nerveusement en voyant mon nom suivi de « SOUTENANCE DE THESE » sur le planning officiel de la salle affiché sur la porte – j’avais pris la porte en photo en arrivant, mais ne l’ai malheureusement pas sauvegardée correctement lors de mon changement de téléphone. Dommage.

Pour ma part, j’avais été très claire avec mes amis proches et mes parents – surtout ma mère : je ne souhaitais voir personne avant le début de la soutenance. Aussi suis-je arrivée à 12h30 avec mes amis pour préparer la salle, puis ai cordialement mis tout le monde dehors à 13h, me retrouvant seule sur les lieux. Après avoir vérifié que tout était en place, je suis sortie de l’amphithéâtre avec mon texte de présentation, suis allée m’acheter à manger – une banane, la seule chose que j’ai pu ingurgiter ce jour-là – puis me suis installée sur les quais du Rhône, non loin de la salle mais suffisamment éloignée pour que personne ne me voit. À partir de là, la concentration était optimale. Le texte, répété deux fois la semaine précédente devant les collègues doctorants des Têtes Chercheuses (http://teteschercheuses.hypotheses.org/), se déroulait sans heurts, le plaisir dépassant même les tremblements de mes doigts sous le papier. Soudain, je levai les yeux et vis mon compagnon passer en voiture, devant moi, en direction de la salle, un immense sourire aux lèvres. Instinctivement, je baissai les yeux sur mon portable pour vérifier l’heure : 13h46. À présent, il était temps d’y aller. Sauf qu’à ce moment précis, un doute me saisit : quelle est la date de publication de cet article de Deleuze que je cite en conclusion, pour étayer mon hypothèse sur la visibilité, en contre-point de Foucault ?!! Et dans quel journal est-il paru ?!! D’une main fébrile, je fouille mon sac à la recherche du Smartphone salvateur. Une vérification rapide (vive la technologie !!) permet de me remettre les idées en place – cette pensée de Deleuze ne sera jamais évoquée durant la soutenance, bien entendu. Cette fois, plus de temps pour le doute. C’est l’heure.

Alors que je traversais la route menant au bâtiment dans lequel se trouvait la salle – voilà exactement comment j’ai ressenti la chose : comme une descente dans un entonnoir – tous mes proches, collègues, famille et ami-e-s, envahirent mon champ de vision. Au beau milieu de cette foule souriante, se trouvaient les membres de mon jury, discutant avec conviction et enthousiasme.

Image5

Ma belle-famille pénètre dans la salle alors que l’un des membres du jury discute avec la gestionnaire de mon laboratoire. Au premier rang, de dos, mon fiancé. La soutenance ou le brassage improbable des mondes. ©Sérafin De Almeida.

Image6

Le moment où j’entre dans la salle. Ironiquement, je suis floue sur cette photo… et ça correspond assez bien à ce que j’ai pu ressentir sur l’instant. L’ordinateur sur le tiers droit de l’image était supposé permettre une retransmission Skype avec mon amie en Australie. Malheureusement, à peine ai-je commencé la présentation de ma thèse que la connexion a fait faux bon. Bon, c’était déjà incroyable de se dire que, peut-être, ça pouvait fonctionner… ©Sérafin De Almeida.

Que faire, que dire, comment agir face à ces personnes affichant à la fois une certaine familiarité – j’avais la chance d’avoir travaillé avec chacun-e d’entre elles au cours de mon doctorat – et qui m’inspiraient, à ce moment-là, un mélange de respect craintif et une envie folle de leur sauter au cou en leur disant « soyez-gentil-s’il-vous-plaît-s’il-vous-plaît !!! ». La première question que l’un d’entre eux m’adressa en pénétrant dans la salle résume assez bien la situation : « Comment on fait : on te tutoie, ou on se vouvoie ? » L’ambigüité une fois formulée, le malaise initialement éprouvé s’envola. Autour de moi, le brouhaha de la salle s’apaisa peu à peu au fur et à mesure que les chaises se positionnèrent, le jury face à la salle, moi sur le côté, de trois-quarts face à la tribune, le quart restant offert au public chaleureux. La voix de la Présidente du jury résonna dans le micro à 14h pile. La discussion scientifique oscillera, pendant 4h, entre vouvoiement et tutoiement.

Image7

La tribune du jury. ©Patrick Fossard

Image8

Le public, au moment de la pause. ©Patrick Fossard

Montage 9-10-11

La soutenance, en trois mots : expliquer, écouter, argumenter. 1 : ©Patrick Fossard ; 2 : ©Catherine Lejczyk ; 3 : ©Patrick Fossard.

Image12

Verdict. Recto… ©Patrick Fossard.

Image13

: … Verso ! Heureusement qu’un paparazzi était dans le jury ! Mille mercis André pour ce précieux « instant décisif ». ©André Gunthert.

Image14

J’ai été ravie de découvrir cette photo après coup car, prise par l’émotion de l’instant, j’ai été incapable de me retourner pour répondre à l’enthousiasme collectif. À tous ceux et toutes celles (+ celles et ceux qu’on ne voit pas ici !) qui ont peuplé les coulisses de mon parcours doctoral et sans qui je ne serais pas allée bien loin. Hommage. ©Patrick Fossard.

The moments after…

En écho aux différentes soutenances auxquelles j’avais pu assister auparavant, le verdict (heureux… très heureux) de la Présidente du jury annonça officiellement la levée de la séance. Alors que l’assemblée quittait les lieux en direction du lieu de réjouissance collective (le fameux « pot amical »), je m’attendais à pouvoir véritablement relâcher toute la pression accumulée depuis des jours (années ?!).

Image15

André Gunthert avait encore plein de choses à dire sur le paparazzi. Ça tombait bien : moi aussi !;) ©Catherine Lejczyk.

Quelle ne fût pas ma surprise quand, alors même que le sentiment d’euphorie et de libération commençait enfin et véritablement à me gagner au fur et à mesure que je rassemblais mes affaires étalées sur ma table, je sentis la présence insistante de deux des membres de mon jury, revenant avec conviction sur certaines des questions soulevées au cours des heures qui venaient de s’écouler !!! Je n’étais pas au bout de mes peines. Si la soutenance était terminée, l’émulation intellectuelle qu’elle avait provoquée et qui l’avait portée était loin d’être éteinte. C’est avec beaucoup de reconnaissance et de gratitude que je repense à cet instant – certains mots échangés à ce moment-là m’ont permis de mieux comprendre, a posteriori, des remarques auparavant noyées dans l’échange de soutenance – où l’exigence scientifique rencontra ma fatigue, la demande d’autographe enthousiaste d’une amie surexcitée et les regards de ma maman, avide de pouvoir enfin témoigner de sa fierté… et anxieuse d’avoir bien saisi la signification et les conséquences du verdict.

Image16

Faut-il vraiment légender cette image ?… La soutenance (et le doctorat tout entier) est clairement une épreuve collective. ©Catherine Lejczyk.

D’après ce que l’on m’a raconté, le pot qui s’en suivit fût délicieux. Personnellement, je n’ai pas vu la couleur de tout ce que mon fiancé de traiteur avait préparé pour l’occasion, trop occupée à « poursuivre la soutenance » avec chacun des membres du jury.

Montage 17-18

Le fameux moment où personne n’ose encore attaquer le buffet… ça n’allait pas trop tarder ! Images 1 et 2©Patrick Fossard

Image19-20

En pleine discussion avec deux des membres de mon jury. Le « pot amical », où le moment où l’on croit que c’est terminé… et bien que nenni ! Image 1 ©Sérafin De Almeida ; Image 2©Patrick Fossard.

Le pot amical, c’est le moment où les mondes se mélangent avec plaisir et incongruité comique : mon père qui discute ornithologie avec un membre du jury ; un collègue qui s’intéresse d’un peu trop près à l’une de mes amies ; ma maman qui pose fièrement avec mes ami-e-s doctorant-e-s (et qui s’était écroulée d’émotion, 1h avant, dans les bras de la gestionnaire de mon labo) ; d’anciens étudiants qui s’aperçoivent que moi aussi, je rigole bêtement aux jeux de mots de mon père. C’est le moment où je me répète, en boucle – personne ne l’entend, mais dans ma tête, qu’est-ce que ça résonne ! – le verdict prononcé encore tout frais et auquel je n’ose croire. Le moment où le sentiment d’accomplissement commence à se faire sentir, subrepticement, entre deux verres de vin.

Image21

Photo envoyée par MMS à 19h26 de la part de mon amie Camille Poisson, accompagnée du texte : « Arc en ciel pour toi, en ce moment au dessus de l’université, si c’est pas un signe !!! ». Je le découvre à point nommé, en quittant le campus, en direction des vraies festivités qui se préparent chez moi. Émotions. ©Camille Poisson.

Il m’a fallut attendre le lendemain, 14h, pour que je puisse manger à nouveau quelque chose – et pourtant, je ne suis pas du genre à avoir des troubles de l’appétit (!!). Peut-être que ces 24h furent nécessaires pour que je digère complètement l’événement, afin de laisser la place à autre chose – comme essayer une robe de mariée, par exemple (pas de photos à l’appui, mais véridique !). Un peu à la manière du flou qui plane sur certains moments de la veille de la soutenance, le lendemain semble criblé de trous, de pièces manquantes au puzzle. Ce qui me reste en mémoire en revanche, dans les jours qui ont suivi, c’est la satisfaction de revoir toutes les personnes, croisées au cours de mon doctorat, et qui m’avaient alors assuré (ou susurré) que je faisais fausse route, que jamais je n’arriverais au bout (« mais tu n’as pas de méthode !!! »), que décidément, je n’étais « pas une théoricienne ». Tous ces jugements, qui sonnèrent si longtemps comme des verdicts sans appel et qui m’avaient presque convaincue, devenaient soudainement des formules vides de sens. La soutenance, et par extension la reconnaissance de mon travail par des chercheurs aguerris et reconnus, me permettait à présent de revendiquer et d’assumer une pensée, aussi marginale qu’elle ait pu sembler à certain-e-s. La soutenance ou la révélation d’une légitimité.

Depuis quelques temps, les articles et billets de blog sur la souffrance du doctorant en SHS fleurissent. Ne soyons pas hypocrites : lorsque je lis ces textes, quatre mois après la soutenance, je me retrouve dans beaucoup des situations décrites et cela me conforte à chaque fois dans l’idée qu’il y aurait beaucoup de choses à changer dans le système français pour que les jeunes chercheur-ses en SHS vivent mieux leur parcours doctoral. Toutefois, je ne peux m’empêcher de penser à ce que m’a rétorqué une amie chère (et collègue) très récemment, au cours d’une conversation à ce sujet : « Il arrive un moment où ce n’est pas en criant “Il pleut ! Il pleut !” qu’on va construire l’abri ! ». Autrement dit, une fois qu’on a constaté que faire une thèse, c’est se heurter à l’incompréhension générale (celle de ses parents, de son-a fiancé-e, de son-a directeur-rice), qu’on a compris que rien ni personne n’allait vraiment faire avancer la chose, mis à part de se mettre à écrire, et que malgré cela, cette satanée thèse n’allait pas durer 3 ans mais probablement le double, et bien il reste une solution, et sans doute la seule qui permette d’être aussi fière d’arriver au bout : sortir des sentiers battus (ou des abris pré-existants), écrire et prendre le risque de s’entendre dire « ce que tu viens de me rendre, c’est en dessous du plancher d’une mauvaise thèse », rencontrer des personnes à qui vous n’auriez probablement jamais adressé la parole si vous n’étiez pas si avide d’en finir, malgré tout, et avec brio. Se mettre en danger, parce que comme dit le proverbe, « À vaincre sans péril, on finit par triompher sans gloire ». En d’autres termes, se dépasser, afin de pouvoir apprécier le chemin parcouru, une fois au bout. Avec plaisir. Beaucoup de plaisir.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Gourgues Morgane dit :

    Je viens de lire votre texte…
    je soutiens en novembre prochain en histoire de l’art, après 8 années oscillants entre déprime et joie.
    Merci de ce témoignage entier et vrai, cela me conforte dans mes attentes et mes a-priori et me rassure tout autant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *