Et il est où, hein, le chercheur ?

Billet initialement publié le 12 septembre 2013

Ça n’intéresse personne, mais depuis très longtemps, disons le début des années 90, j’écoute Blur. Grâce à eux, et particulièrement à Damon Albarn, je sais imiter un accent brit assez efficace, je sais ce qu’est un QUANGO depuis mes 13 ans, au risque de faire quipher la vaïbz à mes profs de civi britannique, bref, je suis fan.

En m’inscrivant sur Twitter, je me suis abonnée aux flux de Blur, et de ses membres, et particulièrement à celui de Graham Coxon, le guitariste (de talent, mais comment pourrais-je dire autre chose ?) qui, contrairement à ses petits camarades, est fut très prolixe sur l’oiseau bleu. Ainsi, je sais qu’il s’est fait un marathon Bowie un weekend, qu’il collectionne les vestes ; je vois à ses photos que ce n’est plus le petit jeune à lunettes du temps des clips et des posters, et qu’il n’hésite pas à vanner les Twittos qui le chercheraient ; et tout ceci me fait, finalement, réfléchir à la recherche, dans une sorte de

 Est-ce que Graham Coxon est moins [Graham Coxon] maintenant que je sais tout ça ? Est-ce que le fait que j’aime Blur est contradictoire, ou peu compatible, disons, avec mon métier et l’image que je dois donner ? Est-ce qu’un chercheur est obligé d’avoir toujours la blouse blanche du scientifique ? Est-ce qu’un blog scientifique est entre l’article sérieux, ou le site-vitrine et une sorte d’expression de soi-même, avec tous les petits détails qui font la personne derrière le travail ? Du coup, est-ce que le fait de savoir qu’untel écoute Goldman pendant la rédaction de sa thèse le rend humain, ou au contraire, trop humain pour être scientifique ?

Ces questions m’aiguillonnent ; je fais de la recherche sur internet, donc j’ai l’habitude de cloisonner mes personnalités numériques multiples—et je sais que c’est aussi un effort un peu vain. En écrivant sous mon nom, je m’expose à la confusion entre personne et personnalité numérique de chercheur/personnalité numérique de blogueuse. C’est un peu le souci, aussi, en cours,  avec la confusion de la Vraie Vie (ce que j’appelle « dans le civil ») et l’identité numérique.

J’ai pris la décision d’écrire naturellement ici, ou dans Mes Langues Aux Chats, ce qui va avec mes réticences à écrire de façon guindée (et pourtant, je m’adonne à la pratique dans les écrits universitaires). Mon carnet de recherche en est un, c’est-à-dire que j’y expose certaines difficultés rencontrées, certaines hypothèses de travail avant raffinement ultérieur, et autres soucis linguistiques que je rencontre–tout en m’exposant ainsi à la critique constructive. Il serait hors de question de faire exhaustif, de crainte de devenir trop longuette ou pas assez drôle. Un peu l’équivalent de Graham qui poste ses bêtises. D’ailleurs, bien que j’aie préparé ce billet en avance, il m’est arrivé une nouvelle déconcertante :

Graham

Dernier message de Graham, avant qu’il ne confie son compte « à des gens plus responsables », Août 2013

Les positions post-dualistes que j’ai faites miennes sont aussi fragiles, il me semble. Tout est un peu dans tout, le civil dans l’universitaire, l’universitaire dans le civil, c’est la même personne qui écrit finalement ici et là-bas. Les invariants, les YouTube et autres comptes tentaculaires (Amazon) me proposent tour à tour de suivre de la linguistique, des reportages intéressants, et des sujets liés aux moments de détente nécessaires pour gérer le tout. Du coup, cette porosité numérique… est certainement la même porosité entre les différentes casquettes de chacun.

Soi et l’autre

Embrasser les multiples couches d’identité est difficile à appréhender, autant que les différentes couches identitaires des gens que je connais—ami.e et collègue, par exemple—mais c’est facile de penser que toi, mon ami, es aussi pas forcément d’accord avec moi sur la gestion de X ou Y au travail, parce que ça n’empiète pas sur notre amitié. Mais est-ce le cas, en fait ? Est-ce qu’on n’a pas tendance à faire de l’ingérence de l’un à l’autre quand on a un pied dans chaque type de relation ? Ça dépend autant de soi que de l’autre.

J’ai pas mal réfléchi à la question de l’identité personnelle en préparant un cours de culture numérique, en travaillant sur l’exposition de soi en ligne et aux stalkings (pratiques consistant à traquer les gens sur internet—par exemple, je connais un peu la vie de mes homonymes quasi-parfaites, et en 5 minutes, je sais où elles travaillent et si elles sont en couple. Merci, les internets) qui ne manquent pas d’arriver. Maintenant, j’imagine que l’on ne saura jamais les histoires, traits et amours personnels qui forment le caractère et l’essence de chacun ; mais il faut accepter, me semble-t-il, l’exposition supplémentaire du chercheur augmenté.

Parfois, je lis des chercheurs à visage humain, qui pestent sur Twitter contre les retards des conférenciers ou  écoutent des playlists pendables1 . Tout en faisant avancer la science, au moins un peu. Mais le chercheur augmenté a une grande chance : être confronté à un public a priori universitaire, qui ne le stalkera pas (au moins, tacitement, il est tabou d’aller remuer les internets à la recherche de petites miettes de vie privée) ; et les étudiants sont moins tenaces qu’un autre public (des élèves de collège, par exemple ? Une nouvelle relation sentimentale un peu parano ?) ; et surtout, savent mieux faire la part des choses. Après tout, j’appartiens à la dernière génération de chercheurs non indigènes numériques, qui ont connu la vie avant et après internet. Mon premier chat sur MSN à 10 ans, un ordinateur à la maison à 12 ans, ce qui était relativement exceptionnel, j’ai eu mon premier compte mail à 15 ou 16 ans.

Le problème de la légitimité du chercheur augmenté est donc certainement voué à disparaître, alors que nous acceptons tous plus ou moins sans problème le fait que toutes nos données personnelles soient stockées sur des serveurs géants qui aiguillent jusqu’aux publicités que nous voyons sur internet. Tout ceci à tel point que, si ce n’est pas le cas, c’est un micro-scandale : cf tous les statuts Facebook sur « Han, aujourd’hui, FB m’a suggéré de liker une page d’équipe de catch moldave, trop naze, tout le monde sait que je vomis sur le sport lol ». Le scandale PRISM a-t-il vraiment changé les pratiques numériques ? J’en doute–les miennes, certainement pas, puisque je m’y étais déjà préparée.

Si nous acceptons la mercantilisation de nos données à ce point, ce degré de personnalisation de nos expériences virtuelles, alors il faut aussi accepter de donner plus de soi, à plus de gens. Plus que ce que nous aurions donné avant—plus que ce qu’on nous donne maintenant sur tel ou tel auteur, tel ou tel chercheur mort depuis quelques 50 ans ; ça m’aurait plu de lire des tweets de Martinet, par exemple–ou pas ?

J’ignore les effets que cette exposition augmentée aura sur la recherche—probablement aucun. Rendre les chercheurs plus humains aux yeux du grand public ? Encore que, je me souviens avoir eu un instant de peur divine en regardant la liste des publications de mon directeur de mémoire de M2. Et parfois, on peut être déçus par nos idoles.

  1. J’en suis tout aussi coupable. []

Laura Gabrielle Goudet

Maître de conférences en linguistique à l’Université de Rouen. Je fais de l’analyse de discours de dialectes de l’anglais sur des réseaux sociaux et de la dialectologie, et mon Graal, c’est de comprendre comment les gens ajoutent dialecte + idiolecte + lecte internet + lecte de la communauté à laquelle ils appartiennent. Je travaille aussi sur des trucs badass, les séries télé, les jeux vidéo, et les artefacts numériques.
L’article de mon premier blog de linguistique que les gens ont visité le plus souvent concernait l’introduction aux contours intonatifs, déguisée en intonation des chats. Les non-linguistes m’ont prise pour une timbrée des chats, des gens m’ont demandé comment parler chat. Ca m’a motivée très moyennement, mais j’ai continué à écrire–parfois même sur les chats.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *