Suis-je une humaniste digitale ?

Billet initialement publié 11 juin 2013

10 juin. #diahd. Aujourd’hui on célèbre le « Día de las Humanidades digitales » (« Jour des Humanités numériques ou Digital Humanities ») dans le monde hispanophone et lusophone.1 J’en profite l’occassion pour me demander ici, à la Villa réflexive: « Suis-je une humaniste digitale ? ». J’ai l’impression que tous les chercheurs en SHS ont une sorte d’appréhension face à cette dénomination. Moi, je ne suis pas sûre…

logo-esp-br

Pendant ce mois, j’ai lu entre autres un billet très intéressant dont les auteurs s’interrogeaient sur la question des HD:  « La stra­té­gie du Sauna finlandais », article sur l’étude Les fron­tières de Digi­tal Huma­ni­ties. Essai de Géo­gra­phie poli­tique d’une com­mu­nauté scientifique (Marin Dacos, mai 2013), où l’auteur analyse les résultats d’une enquête sur la com­mu­nauté des Digi­tal Huma­ni­ties. Le but était de mesurer son étendue, sa diversité et sa répartition (géo­gra­phique et lin­guis­tique). Première question que je me pose: si j’aurais connu l’appel à cette enquête (intutilée « Who are you, Digital Humanistes ? »), aurais-je participé? Certes j’aurais eu du mal à répondre, voire à me définir comme membre de la communauté des DH, parce que le concept des DH n’était pas impo­sé par l’enquête. Voyons quelques résultats dans le résumé initial:

On y découvre une très grande diver­sité lin­guis­tique et géo­gra­phique, l’existence d’un hors-​monde qui n’a pas vu l’enquête ou n’y a pas prêté atten­tion, la mar­gi­na­lité de l’anglais comme pre­mière langue, mais sa domi­na­tion comme second idiome. S’y révèlent des Digi­tal Huma­ni­ties for­te­ment mar­quées par l’Histoire et les études clas­siques, mais très peu, beau­coup trop peu, connec­tées aux dis­ci­plines s’intéressant au monde contem­po­rain, d’une part, et au sciences du Web, à la fouille de don­nées, à la fouille de textes, d’autre part.

HD: quelle langue ?

En ce qui concerne les langues, la domination de l’anglais n’a rien d’étonnant, et je ne trouve pas que sa marginalité comme première langue soit importante, puisque elle garde toujours son poids comme langue véhiculaire dans la communication scientifique. Pourquoi alors une journée spécifique pour les DH en espagnol et portugais ? Sans doute, pour renforcer la visibilité des projets en ces deux langues qui n’ont pas une présence rélevante dans le monde de la recherche en ligne. Voici la traduction des mots de l’appel à la participation:

Une journée dans la vie des Digital Humanities (Día HD) est un projet d’édition ouverte en ligne, qui fait appel aux chercheurs du monde entier intéressés par les Digital Humanities (surtout ceux qui parlent ou qui travaillent en espagnol ou en portugais) pour documenter avec texte et image (pour une journée) leurs activités. L’objectif du projet est de fournir sur un site web l’image de l’activité des participants réunis à l’événement, afin d’aider à répondre à la question: Qu’est-ce qu’ils font en réalité les humanistes numériques ?Le projet a été réalisé dans les années précédentes en anglais, et cette année, l’initiative est menée en espagnol et portugais.

Quelques liens intéressants se trouvent dans les espaces occupés par Paul Spence (¿Cómo surgió el Día de humanidades digitales?), Álvaro Baraibar (Buenos tiempos para las Humanidades Digitales en español), Sagrario López Poza, José Manuel Fradejas (Mis comienzos digitales), Isabel Galina (Memoria y conocimiento – la construcción de una comunidad), entre autres. L’initiative est partie d’un groupe de l’UNAM (Universidad Nacional Autónoma de México), mais il y a aussi en Espagne d’autres projets et groupes de SHS très actifs sur le numérique : sur le page de la nouvelle Association des Humanités numériques hispaniques on peut trouver des notices. Le groupe GRISO, le réseau CHARTA, les differents projets à Madrid, Barcelona, Pamplona, La Coruña, Salamanca, Valladolid… en temoignent une puissance à souligner.

HD: quelles disciplines ?

D’après les résultats de l’enquête, les disciplines liées aux Humanités numériques sont l’Histoire et les Études Classiques ; leur présence sur la plateforme Hypothèses appuie ce résultat, mais en Espagne il faut remarquer une matière, la Philologie (l’étude des textes, notemment du point de vue de la fixation textuelle ou de l’analyse linguistique), qui serait traditionnellement liée aux activités digitales: basses des données, outils de trataiment automatique du texte, etc.  Un exemple pourrait être ReMetCa (Repertorio digital de la métrica medieval castellana, projet mené par Elena González Blanco) ou AIC (Archivo iberoamericano de cetrería, mené par José Manuel Fradejas). On lit dans le billet sur l’enquête: « On pour­rait dire que les Digi­tal Huma­ni­ties d’aujourd’hui sont fina­le­ment bien plus humaines que digi­tales, et bien plus his­to­riques que sociales »; dans le monde hispanophone, on pourrait ajouter que les Digital Humanities sont plûtot des disciplines textuelles.

HD: quelles humanistes ?

Sont-ils humanistes digitales tous les chercheurs en SHS qui travaillent avec des outils technologiques ? Sont-ils humanistes digitales tous les chercheurs en SHS que l’on peut trouver sur le numérique ? Sont-ils humanites digitales tous les ingénieurs qui travaillent pour faciliter la recherche en SCH ? Chacun à son tour…

Suis-je une humaniste digitale ? Je ne maîtrise pas des outils technologiques très complexes, je n’ai pas besoin de basses de données spécifiques…; cependent, j’ai toujours travaillé avec des corpora electroniques (CORDE, CREA, CE…), je suis pour l’accès ouvert aux résultats de la recherche, je me trouve à l’aise sur les réseaux sociaux (nottament sur Twitter, où j’ai une communeauté d’amitiés « scienti-personnelles »), j’aime bien l’interdisciplinariété, les marges des disciplines, les pas de côté, les changements, les metamorphoses, la reflexivité (termes bien connus des visiteurs de la villa), je m’intéresse à tout ce qui concerne l’homme, l’histoire, l’art, la litterature ou le langage…

Humaniste ? Oui, bien sûr ! Digitale ? Un peu comme toujours, et un peu plus chaque jour… Mais je crois que je deviendrai plus humaniste digitale en juillet, après le congrès «Humanidades digitales: desafíos, logros y perspectivas de futuro»…

congreso hdh-cartel

  1. Billet écrit le 10 Juin, publié un jour après []

Elena Azofra

Profesora de Lengua española (Historia de la lengua y Morfología) en la Facultad de Filología de la Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED), en Madrid, España.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *