Un octobre réflexivement réflexif

Pendant ce mois-ci, j’ai entrepris la rédaction de quelques billets à la villa. J’ai essayé d’aborder quelques problématiques générales de recherche (sans prétendre apporter des réponses définitives aux questions que je soulevais). J’étais conscient que je ne publiais pas dans mon espace personnel, qu’en même temps que moi, d’autres chercheuses de différents horizons allaient aborder la thématique de la recherche sous un angle qui n’était pas forcément le mien. J’étais surpris de découvrir que malgré l’appartenance à différentes disciplines des sciences humaines, finalement, les préoccupations sont les mêmes, comme peut le montrer ce « sac de mots » :

Nuage de mots généré automatiquement par Wordle à partir de tous les billets du mois d'octobre

Nuage de mots généré automatiquement par Wordle à partir de tous les billets du mois d’octobre

Et si ce n’étais pas qu’un simple sac de mots, une banque textuelle ou amas d’archives… mais un corpus ? On pourrait se poser cette question dans toute discipline et avant toute recherche : qu’est –ce qui fait que des données deviennent un corpus ? Une problématique ou une question de recherche… mais quelle est donc « l’autorité » qui attribut aux données (faits, terrains,…etc.) leur statut de corpus ?

Rastier définit cette garantie (du moins en linguistique de corpus) comme étant le chercheur lui-même :

La garantie est l’instance de validation qui fonde l’évalutation des « données » : cette instance est une norme sociale qui peut être juridique, scientifique, religieuse ou simplement endoxale. En linguistique de corpus, le garant est l’autorité qui a présidé à la constitution du corpus ; certaines métadonnées documentaires, comme l’auteur ou l’éditeur, relèvent aussi de cette instance. [Rastier : 2011, 54]

On retrouve dans ce passage la question de la réflexivité du corpus ou le corpus réflexif évoquée dans mon billet précédent. Certaines métadonnées incluses dans un corpus constitueraient donc une partie importante de son évaluation. Cette garantie se trouve donc en dualité sympbolique avec le point de vue tout comme l’expression est en dualité avec le contenu sur le plan sémiotique. C’est donc l’intersection de ces quatre pôles qui permet de garder une dimension critique de l’étude d’un corpus.

Je laisse donc à présent la place au nouveau (ou nouvelle) locataire du mois de novembre et je reprends  la rédaction de billets sur mon carnet de recherche dédié à ma thèse sur l’analyse du discours numérique et le blogging scientifique, enrichi de réflexivité par rapport à ma recherche et surtout ma pratique du blogging et d’écriture numérique. Réflexivité qui s’est matérialisée par une discussion silencieuse pour reprendre les termes de Marin DACOS mais aussi des discussions réelles pour reprendre les termes d’André GUNTHERT.

Pour citer ce billet : Zineddine, A., 2013. Un octobre réflexivement réflexif. Espaces Réflexifs. Available at: http://reflexivites.hypotheses.org/5300 [Consulté le …].

Référence bibliographique

Rastier, F., 2011. La mesure et le grain: Sémantique de corpus, Honoré Champion.


Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *