Des archives à l’étude d’une œuvre

Par Marianne Le Galliard

La recherche est arrivée à moi petit à petit. Je ne me souviens pas m’être dit un jour : « Je serai chercheuse ! ». J’aime la solitude. J’aime autant passer des heures assise à une table, penchée sur les documents, les livres, les notes, les papiers de toute sorte que face à un écran d’ordinateur, rassemblant de manière compacte des quantités d’informations. Je sais deux choses : j’éprouve un grand plaisir à dépouiller des archives, surtout au sein d’une recherche et je suis fascinée par les fonds volumineux, la profusion des images, les quantités délirantes d’archives diverses et l’accumulation des données.

Ma recherche a débuté lorsque j’ai travaillé sur l’inventaire des archives de Florette Lartigue, la dernière femme du photographe Jacques Lartigue. Je connaissais les fameuses photographies de ce dernier, mais je n’éprouvais pas d’intérêt véritable pour son œuvre. J’avais comme mission de tout inventorier, c’est-à-dire une trentaine de cartons. C’est par l’inventaire d’une masse considérable de documents et non par les images, que je suis entrée dans l’œuvre de Lartigue.

Un inventaire a ceci d’intéressant qu’il permet d’avoir une liste concrète de tous les objets et documents du fonds. Ceux-ci sont décrits, classés, indexés sans aucune hiérarchie. On garde tout, on ne trie rien, on se contente de lister les choses une par une. Le travail est fastidieux, long et pénible mais nécessaire pour comprendre le contenu d’une collection. J’ai pris quatre ans à inventorier le fonds et à construire une base de données reliant images et archives à partir des données historiques (dates, lieux, noms…). D’un document Word très simple (liste d’informations les unes à la suite des autres sous forme de tableau), je suis arrivée à une base de données élaborée, dans laquelle chaque document (correspondance) est reliée à une date, un nom, un lieu, une image (informations ventilées dans des bases spécifiques sous forme de mosaïque). En plaçant les documents au même niveau et en les décrivant de la même manière, je me suis retrouvée face à une masse de données (7000 numéros de correspondance, 3600 noms…), qui entre elles, créaient du sens, enrichissaient le fonds iconographique (130 albums soit environ 120 000 images) et surtout posaient de nombreuses questions sur l’œuvre de Lartigue. Je ne cherchais rien en particulier. Je n’ai pas lu les documents à travers un filtre quelconque. C’est par le développement de la base informatique (qui implique un temps relativement long) que je suis devenue chercheuse.

Comment arrive-t-on à élaborer une problématique de recherche ? Avec le temps déjà, puis la patience. En ayant comme objet d’étude une œuvre monographique, qui plus est, autobiographique, j’étais rassurée par l’impression d’avoir affaire à une unité, un ensemble cohérent et homogène. En ayant ces « limites » en tête, il ne me restait plus qu’à creuser. Pour cela, une relecture des archives s’imposait avec en tête l’idée d’un projet de recherche. Ainsi s’est échafaudé mon sujet de thèse. Des éléments m’ont paru tout à coup essentiels : les rapports entre Richard Avedon et Lartigue pour l’élaboration du livre Diary of a Century, les liens entre les choix d’Avedon et ceux de Lartigue dans les albums, la réception critique avant et après la parution (la presse avait aussi été décrite)… La base de données mise en place au début en tant que « banque de données » est devenue petit à petit un véritable outil de développement scientifique, tissant des liens entre ces divers points et faisant émerger des questions essentielles sur l’œuvre de Lartigue : l’image unique et l’image multiple (au sein d’albums ou de pages d’album), l’amateurisme et l’art, l’image spontanée et l’image construite et performée…

Les albums de Lartigue au fur et à mesure de ma recherche sont devenus l’objet d’étude principal. Chaque page avait été préalablement photographiée (15 500 en tout). J’avais ainsi une vue complète des albums sans avoir besoin de les consulter directement. En démultipliant les différents types d’affichage (vignettes, taille moyenne…), en les reliant aux archives (journaux de Lartigue, notes, lettres), ma problématique de recherche s’est affinée. Je disposais enfin d’une vue large et approfondie de l’œuvre de Lartigue. A partir de là, je pouvais faire rentrer des archives de l’extérieur : celles de la Fondation Avedon par exemple.

Je réalise qu’en réalité ces trois stades sont typiques de tout chercheur travaillant à partir de fonds d’archives : l’inventaire exhaustif (la description du fonds) (ill. 1), l’éclatement ou le « rangement éclaté » des données (pour moi : dans une base informatique) (ill. 2), la constitution spécifique du corpus (grâce à une seconde lecture on délimite l’objet d’étude et on fait ainsi entrer de nouvelles archives) (ill. 3).

Illustration 1

Illustration 1

Illustration 2

Illustration 2

Illustration 3

Illustration 3

Comme un zoom de caméra, la recherche implique la maîtrise de la vue distanciée comme celle de la vue microscopique, le besoin de créer des vracs pour en tirer des pertinences, la nécessité de passer de la liste à la mosaïque ou d’analyser les documents à travers de multiples filtres.

En bref, il faut s’y perdre pour y voir plus clair.

Marianne Le Galliard est l’auteure d’une thèse intitulée : « Lartigue sous le regard d’Avedon : la question de l’oeuvre et de l’album photographique à partir de l’édition de Diary of a Century (1970) » à Paris 1 sous la direction de Michel Poivert (soutenance le 14 décembre à l’Inha).


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24/10/2014

    […] Des archives à l’étude d’une œuvre par Marianne Le Galliard […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *