Exploration des fonds… photographiques

2013-08-29 14.47.34J’avais déjà abordé il y a quelques temps maintenant ma pratique de chercheuse, sous l’angle des outils. Cette fois je voudrais vous inviter à me rejoindre dans ce parcours si particulier que constituent la découverte et l’étude d’un fonds photographique.

Où trouve-t-on cette drôle de chose ? Comment cela se présente à l’état sauvage ? Comment l’apprivoiser, le passer au microscope de l’analyse, en extraire la sève et la saveur ?

Explorer un fonds, photographique ou non, est avant tout un investissement physique. Car il faut aller le débusquer là où il se trouve, marquant toute l’importance du déplacement dans l’investissement de la recherche. Il y a quelques années pour une intervention lors d’un colloque j’avais pris un malin plaisir à calculer le nombre de kilomètres que j’avais dû effectuer afin de consulter un fonds dont la conservation avait été confiée à trois institutions différentes : le périple entre les trois villes représentait ainsi un parcours de près de 900 km à travers l’Allemagne. De quoi découvrir du pays, me direz-vous !

Parcours de chercheur en kilomètre: Schwerin - Cottbus- Moriztburg

Périple du chercheur en km: Schwerin – Cottbus- Moriztburg

Parfois l’investissement est moins intense, je dois bien le concéder. La recherche que je compte détailler ici m’a simplement emmenée au bout de la ligne 1 du métro parisien, à la Défense, dans les locaux du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.

plan_metro_m1

Car avant de tomber dans l’escarcelle des institutions en charge de la conservation du patrimoine (bibliothèque, archive ou musée) un fonds photographique se cultive sur tous les terrains, du fait même de sa nature fonctionnelle : il se compose de l’ensemble des clichés produits par une institution dans l’exercice de son activité. Et se distingue en cela de la collection, qui présente pour sa part un caractère arbitraire, sa composition répondant à des critères de sélection. En l’occurrence on retrouve au sein du Ministère plusieurs organes détenteurs de fonds photographiques, centralisé au sein de la photothèque, plus spécifique avec l’Observatoire national photographique du paysage, ou étant de l’ordre de la collection avec le Conservatoire du Littoral. Il s’agit là d’ensembles d’images identifiées et valorisées, à côté desquels le chercheur peut aussi trouver des fonds parfois oubliés ou tout simplement délaissés pour des raisons conjoncturelles: le service dont dépendait le fonds a disparu, ses responsables ont changé d’affectation, sont partis à la retraire; ou dans le cas d’entreprise privée tout simplement la fermeture ou le rachat.

C’est en partie le cas du fonds qui m’intéresse à ce jour, celui de la Direction des Routes du ministère, plus communément appelé « Fonds routes », dont Christiane Chanliau, Secrétaire adjointe du comité d’histoire de ministère, m’a parlé au détour d’un projet de publication de la revue Pour Mémoire. En partie seulement, car lorsque je débute mes recherches, ce dernier vient de faire notamment l’objet d’un travail d’inventaire minutieux par la Mission de la politique documentaire du ministère. Je bénéficie donc de cette première analyse, point de départ de ce qui s’apparente à une véritable enquête autour de l’histoire de ce fonds, laquelle servira de socle à l’analyse. Détails et mise en pratique.

Etape 1 : Etat des lieux

A quoi ressemble ce « Fonds Routes » quand je fais sa connaissance, il y a quelques mois de cela ? Concrètement il s’agit avant tout d’une armoire en fer logée au sous-sol de l’arche de la Défense où sont méthodiquement classés les 19 000 clichés uniques, en  films photographiques inversibles formats 24x36mm ou 6x6cm,1 réalisées entre 1986 et 2001.

 

Le meuble de rangement de l'ensemble du fonds.

Le meuble de rangement de l’ensemble du fonds.

Un inventaire de cet ensemble a été réalisé afin d’identifier auteur, sujet et caractéristiques de chacun de ces clichés2.

excel Un fonds, une armoire, un inventaire: l’équation a l’air plutôt simple jusque là.

Mais en réalité la vie d’un fonds, ici durant une dizaine d’année, rend les choses souvent plus complexes. Ainsi on trouve plusieurs éléments moins aisément identifiables au détour des armoires et des cartons entreposés dans la réserve. On y trouve par exemple des tirages, reclassés par années (A), des classeurs de présentations de projets associant diapositives, tirages et cartes (B), ou des tirages sous marie-louise (C), sans doute le reliquat isolé d’une exposition…

Autour de l'armoire copie

 

Ailleurs dans un placard, ce sont 42 CD Kodak réalisés à la fin des années 1990 et sur lesquels figurent seulement 4 000 clichés, qui viennent compléter le tableau. Pourquoi une telle tentative d’archivage numérique? Quels ont été les critères de sélection des images ?

CD Kodaks

Les 42 CD Kodak réalisés pour un archivage en 1999 avec le classeur reprenant l’ensemble des vignettes pas CD.

Etape 2 : L’enquête

Une fois la teneur du fonds identifiée, le travail du chercheur débute à peine. Il s’agit maintenant de dessiner les contours de ces ensembles d’images, de retracer son histoire et ses évolutions.

Les images

20131001_141626La première recherche est à mener dans les images elles-mêmes. Il s’agit de les regarder, de les observer obstinément à la manière de Daniel Arasse, de s’en imprégner pour en saisir la dynamique générale autant que les chemins de traverse. Mes notes sont d’abord brouillonnes, mêlant des tentatives de typologie, des remarques ponctuelles sur les points de vue, la récurrence des sujets, des liens avec d’autres travaux… Autant de pistes qui viendront se confirmer par le croisement avec les autres sources.

L’inventaire autorise quant à lui une étude quantitative du fonds. Combien de photographes ont travaillés, à quelles périodes, sur quels sujets, ect. Il permet se dessiner les contours de cet ensemble d’images, de l’appréhender plus globalement.

Les archives

Juste après le fonds vient son histoire, écrite entre les lignes des archives administratives. Contrat avec les auteurs, rapports annuels d’activité, notice d’usage de la photothèque, lettres de demandes de communication des fonds sont autant d’élément qui permettent de comprendre la vie quotidienne de cet ensemble, son élaboration patiente, les desseins qui ont orienté le choix des sujets.

Les acteurs

Images, textes: c’est bien mais pas suffisant. Quand on a la chance de travailler sur un fonds contemporain, il est important de rencontrer les acteurs qui permettent de mettre en perspective l’ensemble, d’apporter un point de vue enrichie par l’expérience personnelle. Ici la tâche est plus ardue qu’on n’aurait pu le penser, et il semble urgent de faire l’histoire de ce fonds. En effet, les principaux acteurs sont déjà partis à la retraite, d’autres partent dans quelques semaines à peine, tout juste le temps de les rattraper avant que cette mémoire vivante ne s’évapore elle aussi.

Avec chacun, l’idée est de réaliser des entretiens, de les faire parler de leur expérience, d’éveiller les souvenirs, de saisir les anecdotes parfois révélatrices. Il ne s’agit pas là d’entretiens prétendant à la qualité d’un travail de sociologue ou d’anthropologue (je n’ai pas la qualification pour cela). Néanmoins ils sont préparés, puis retranscrits le plus fidèlement possible, afin de constituer des sources que l’on pourra croiser avec les autres éléments collectés.

Les usages

Enfin, la dernière étape de l’enquête consiste à cerner le devenir de ces images. A quoi servaient-elles? Ou, quand, comment ont-elles été montrées, publiées, communiquées? A quelles fins? Dans quel dispositif médiatique étaient-elles insérées?

Cette partie de l’enquête est souvent la plus ardue, à moins que les responsables de la photothèque aient conservés des traces de différentes publications (ce qui est en fait assez rare ou partiel). Pour le Fonds Routes, la première étape semble tout indiquée: la consultation des catalogues du concours organisé pendant les années 1990 par la Direction des Routes, les Rubans d’or3, le tout largement alimenté par la photothèque.

Recherches CR

Une fouille plus approfondie et la discussion avec les documentalistes permet néanmoins d’exhumer d’autres publications, comme ce livre richement illustré sur les ouvrages d’art où l’on retrouve les tout premiers clichés de la photothèque.

L'art et l'autoroute, Barcelon, Belfond,1989, photographies d'A. Bérenguier. / Aperçu du dossier Evernote.

L’art et l’autoroute, Barcelone, Belfond, 1989, photographies d’A. Bérenguier. / Aperçu du dossier Evernote.

Et l’observation aussi,  qui permet de découvrir l’usage le plus contemporain des clichés avec ces tirages grands format qui décorent les couloirs du ministère.

Dans les couloirs de l'arche...

Dans les couloirs de l’Arche…

Etape 3 : L’analyse (premiers éléments)

Voilà donc comment le chercheur passe ses premières semaines de travail sur un nouveau sujet. Images, archives, bibliographie, entretiens: l’ensemble concourt à la collecte de données qui permettent de faire le portrait du fonds photographique. Et ensuite? Comment faire de ces brouillons, notes et tableau Excel les éléments d’une recherche scientifique, aboutissant à un article? C’est là qu’intervient la fameuse, mais non moins redoutée, « problématique ». Ou plus clairement, il s’agit de savoir de trouver un angle qui permette de valoriser l’apport de cette étude dans le cadre plus large de la recherche.

Ici les angles sont multiples. En effet, on peut aborder ce fonds du point de vue de l’histoire du sujet représenté, la route, du support, la photographie, de son usage primaire, comme valorisation d’une politique, ou de façon croisée de la représentation du territoire français par une institution ministérielle4. Chaque approche ne doit pas exclure l’autre, au contraire. Mon travail se place ici dans le cadre interdisciplinaire des études visuelles afin saisir la manière dont se construit cet ensemble iconographique, résultat de 10 ans d’une politique visuelle spécifique. Afin de comprendre ce qu’il nous dit de son époque, de la façon dont il contribue à forger une certaine image de la route, dont il accompagne l’émergence des concepts de paysage et de développement durable; et finalement de la manière dont il prend part à l’écriture de la mythologie5 de la conquête autoroutière…

Vous l’aurez compris, ils’agit encore d’un work in progress. On se retrouve pour la suite sur mon carnet de recherche dans quelques mois 😉

Je voudrais ici remercier les personnes qui m’accompagnent dans cette recherche: Christiane Chanliau qui a eu la gentillesse de m’ouvrir les portes du ministère; et ceux qui ont accepté de me recevoir jusqu’à présent, Yannick Le Du, Gilles Jouanneau et Laurent Saye.

  1. auxquels il faut ajouter les doublons réalisés pour des raisons pratiques  de prêts []
  2. Il a été réalisé par Laurent Saye, Mission de la politique documentaire SG/SPSSI/MD []
  3.  Entre 1991 et 2002, ce palmarès récompense, tous les deux ans, les aménagements routiers exemplaires du point de vue de l’insertion et de l’adaptation des projets routiers, à leur environnement pris au sens large : respect écologique, sécurité des utilisateurs et des riverains, fonctionnalité par rapport aux territoires traversés, adaptation paysagère ou mise en valeur des paysages environnants… []
  4. Voir sur ce point notamment les articles Reflets photographiques du Luxembourg (septembre 2013) ou Les grands ensembles une affaire d’Etat (décembre 2012) []
  5. au sens de Barthes []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24/10/2014

    […] Exploration des fonds… photographiques par Raphaële Bertho […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *