Coopération textuelle à la villa réflexive

Cela fait maintenant 21 mois que je suis de très près tout ce qui se passe dans la villa réflexive. D’ailleurs, je m’y invite de temps en temps…en tant qu’ami-traducteur ou alors un simple passager quand c’est le mois « auberge espagnole »… J’ai eu donc la chance de tenter à plusieurs reprises l’expérience de l’écriture numérique collective, sous plusieurs formes : réécriture-traduction, écriture parmi plusieurs intervenants sur différentes thématiques. Ces expériences se prolongent ce mois-ci aussi, avec une nouvelle forme (que j’appréhendais au tout début) mais la villa en vaut la chandelle !  J’occupe la villa en ce mois d’octobre avec R. BERTHO et ses invité.e.s et je découvre et le thème et les billets en même temps que tous les autres lecteurs de la villa.

Je ne vais rien changer au paratexte numérique que je connais très bien. Le bandeau reflète mon état d’esprit : un lieu de travail, des étagères remplies de livres, un carnet et un ordinateur posés sur une table. Je dois avouer que le thème proposé ce mois-ci me convient parfaitement : si je vous dis recherche… ? Je ne sais pas quelle serait votre réponse mais moi je dirais : blogging scientifique et analyse du discours numérique… Non, en faite ce n’est pas vraiment ce que je dirais mais c’est mon sujet de thèse et comme tout thésard, j’aurais peut-être tendance à tout rapporter à ma problématique et mon sujet de recherche, mais non ! Pendant ce mois-ci à la villa réflexive je vais essayer de traiter d’autres thématiques connexes à ma recherche : études quantitatives et qualitatives en sciences humaines et sociales, corpus, terrains de recherche… le tout avec un peu de réflexivité, de rationalité et d’épistémologie.

Si l’on sait – à peu près – qui est le lectorat de son blog individuel (scientifique ou autre) cela ne s’avère guère évident quand on écrit sur un blog collectif. Si j’étais amené à dire qui est le lectorat de mon carnet de recherche, je dirais : ma directrice de thèse, mes camarades thésards, mes amis… et depuis peu mes collègues de travail (qui trouve que mon blog est génial d’ailleurs). Je suis incapable de répondre à cette question concernant la villa réflexive. J’ai essayé de trouver la réponse et de mener ma petite enquête. J’ai fouillé dans les archives de commentaires, les followers du compte Twitter, voire Facebook. Et j’ai eu quelques indices…

Tout cela me ramène à la théorie de coopération textuelle, d’Umberto Eco (notion qui peut être polysémique à la lecture du titre de ce billet) et selon laquelle le texte serait une « machine paresseuse qui exige du lecteur un travail coopératif acharné pour remplir les espaces de non-dit ou de déjà-dit restés en blanc »[1].

Pour qui écrit-on sur un blog scientifique collectif ? À des Lecteurs modèles, ceux qui actualisent les sens de tout ce que le billet, voire les commentaires veulent dire en tant que stratégie ou bien à des lecteurs empiriques qui envisagent le texte de façon pragmatique. Même si l’intention de l’auteur ou du billet peuvent être uniques, celles des lecteurs d’un blog collectif peuvent/doivent être plurivoques en fonction de leurs appartenances  sociales, scientifiques… et du vécu de chacun. Il est important de savoir que le non-dit d’un auteur n’apparaît pas clairement et qu’il revient au lecteur de faire des efforts afin de l’identifier. Aussi, pour permettre aux lecteurs de collaborer activement dans l’activité de la compréhension, l’auteur leur laisse des manques et des parties qui leur reste à compléter, tout comme un puzzle fait auquel il manque quelques pièces pour voir le tableau final.

 « Le texte est donc un tissu d’espaces blancs, d’interstices à remplir, et celui qui l’a émis prévoyait qu’ils seraient remplis et les a laissés en blanc pour deux raisons. D’abord parce qu’un texte est un mécanisme paresseux […] Ensuite parce que, au fur et à mesure qu’il passe de la fonction didactique à la fonction esthétique, un texte veut laisser au lecteur l’initiative interprétative, même si en général il désire être interprété avec une marge suffisante d’univocité »[2]

Alors, quel type de lecteur vous allez être ce mois-ci à la villa ?


[1] Umberto Eco, Lector in fabula, Paris, Grasset, 1985. P. 29

[2] Idem, pp. 66-67


Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *