Regarder des séries TV … pour la recherche!

par Mélanie Bourdaa

Je suis Maitre de Conférences à l’Université Bordeaux 3 et je travaille sur la télévision, plus précisément sur la réception des séries télévisées américaines et sur les stratégies de production transmédiatiques.

Là où des collègues ont pour objet d’étude des films de la Nouvelle Vague, ou d’autres des romans noirs par exemple, les séries télévisées américaines constituent mon corpus, certes vaste, d’étude. J’en regarde donc énormément, la plupart du temps en suivant au mieux la programmation des chaînes US. Une bonne partie de mon temps de recherche est consacrée à ce visionnage plus que nécessaire.

Cependant, ma démarche de chercheur ne s’arrête pas à une analyse purement textuelle ou sémiologique de la série ou de ses épisodes, puisque j’étudie la réception par les fans et les stratégies de narration augmentée autour de ces séries. Regarder une série symbolise donc un point d’entrée dans mon sujet, qui me permet ensuite d’avoir une position légitime de participation dans les communautés virtuelles.

Je m’explique. Le public que j’étudie, les fans, est un public passionné, mais également participatif, producteur de contenus et créatif. Pour intégrer les communautés de pratiques qu’ils forment sur Internet et mieux comprendre leurs interactions et leurs pratiques créatives, il faut d’abord bien connaître la série, afin de saisir les nuances de leur réception. Par exemple, pour ma thèse, j’avais fait une étude de réception des fans de la série de Science-Fiction Battlestar Galactica.

Affiche de promotion de la Saison 4 de Battlestar Galactica

Affiche de promotion de la Saison 4 de Battlestar Galactica

J’avais rejoint le forum officiel de la série, participé aux débats ce qui signifiait de ma part une connaissance aiguisée des épisodes de la série, et posait des questions aux fans sur leurs pratiques de réception. Pour cette partie de ma recherche, je participe à des discussions sur des forums, je commente les créations des fans, je découvre leurs productions collectives ou individuelles (exemple d’un Tumblr : Calzona de Grey’s Anatomy ). L’enjeu est pour moi de saisir les multiples facettes de la réception des fans, qui va bien au-delà de la simple fascination pour un objet télévisuel. Ce qu’il est intéressant d’analyser dans l’environnement numérique aujourd’hui, c’est d’une part la production de fan fictions1 , des textes écrits par des fans, et le phénomène du live-tweeting d’épisodes. La lecture de ces nombreuses fan fictions permet de comprendre les phénomènes de fascination et de frustration dans la réception des séries par les fans. En effet, les fans vont développer dans ces écrits un aspect de la série qui leur plait (une relation amoureuse fantasmée, une intrigue, un crossover). Cela permet aussi de se rendre compte du phénomène collaboratif et communautaire dans les fandom, ces écrits circulant et étant lus et commentés par les membres de la communauté. Analyser un live-tweet autour d’un épisode de série a un double objectif : évaluer un pseudo-visionnage en communauté, les hashtags (#) permettant d’identifier la série, mais également comprendre le décodage de la série, suivant le hashtag utilisé (celui officiel de la production ou celui créé par les fans eux-mêmes).

LT d’un épisode de Pretty Little Liars avec le Hashtag des fans

LT d’un épisode de Pretty Little Liars avec le Hashtag des fans

Du côté des stratégies de production, la méthodologie de recherche est la même. Je m’attache à l’analyse des stratégies transmédia. Le Transmedia Storytelling, dans le cas des séries que j’étudie, consiste en des extensions de la narration principale de la série sur diverses plateformes médiatiques. Pour comprendre la stratégie déployée par la production pour augmenter sa narration (quelle narration ? quelle plateforme ? quel public visé ? quelle temporalité ?), il est nécessaire de suivre la série, puisque les enjeux de sérialité sont importants dans cette phase de la recherche. Je me déplace ensuite de plateforme en plateforme pour reconstituer la narration, à la recherche d’indices laissés par la production, à la manière d’un fan, et je cherche à comprendre comment la production crée des univers narratifs cohérents et immersifs.

Un exemple avec la série Fringe, pour laquelle j’ai écrit un article dans une revue anglaise2. Bien entendu, j’ai regardé tous les épisodes de la série comme point de départ à l’analyse. J’ai ensuite navigué sur les différentes plateformes médiatiques (sites Internet, bandes dessinées, vidéos Youtube, livres écrits par les personnages, jeu en réalité alternée, fausses publicités pour une entreprise de la série, etc.) qui proposaient des extensions narratives de la série afin de saisir les modalités de cette narration augmentée et les enjeux pour la série en elle-même.

Fringe: Comix / site de la société Massive Dynamic / NoteBook de September expliquant le plan des Observers

Fringe: Comix / site de la société Massive Dynamic / NoteBook de September expliquant le plan des Observers

Cette recherche qui prend pour point de départ les séries télévisées américaines permet de nourrir à la fois mes enseignements et mes réflexions scientifiques. En effet, ces processus de recherche alimentent mes cours en exemples concrets que j’analyse par la suite avec mes étudiants. D’autre part, cette approche méthodologique d’analyse des séries construit ma démarche scientifique et me permet de produire et d’écrire des articles scientifiques sur la réception par les fans et les stratégies Transmedia.

Mon univers d’analyse, je le rejoins en me connectant sur Internet et devant mon poste de télévision. Quand on me dit recherche, je clique!

A suivre sur  @melaniebourdaa

PS: petit glossaire « pour les nuls » 😉

narration augmentée : extensions narratives déployées sur diverses plateformes médiatiques pour former un univers.
Live-Tweeting : commenter en direct des épisodes de séries télévisées sur le réseau social Twitter
fan fictions : textes que les fans écrivent autour d’une série télévisée en développant un aspect de la série qu’ils apprécient particulièrement (intrigues, couples, relations amoureuses fantasmées)
cross-over : relier deux univers narratifs différents en faisant par exemple interagir des personnages (par exemple deux séries télévisées)
fandom : communauté de fans. 

  1. Sur http://www.fanfiction.net/ par exemple regroupe de nombreuses fanfictions sur des séries TV, films, Manga… []
  2. L’article est disponible ici : http://adaptation.oxfordjournals.org/content/6/2/202.abstract []

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Maël Goarzin dit :

    J’ai d’abord été initié à l’intérêt des séries TV dans la recherche, et notamment dans la réflexion philosophique, par Les Nouveaux Chemins de la Connaissance, émission de France Culture. A plusieurs reprises l’an passé, Adèle Van Reeth a invité des chercheurs prenant comme objet d’études les séries américaines, The Walking Dead par exemple, pour une réflexion sur le vivant (http://www.franceculture.fr/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-le-vivant-34-walking-dead-ou-la-philosophie-des-mor). C’est une série que j’ai regardé par la suite, et qui a éveillé mon regard de philosophe sur un objetqui, jusqu’alors, ne s’y prêtait pas nécessairement pour moi. Prendre une série TV comme objet d’étude me paraît depuis tout à fait légitime et a changé mon point de vue sur les séries TV, et ma manière de regarder ce séries, d’un oeil plus critique voire philosophique, lorsque cela s’y prête!
    Je vous encourage donc à poursuivre ces recherches sur les séries TV, qui sont excellentes, et ainsi contribuer à changer la perception du téléspectateur et sa manière d’appréhender les séries!

  2. hacquin dit :

    Je crois que le seul biais que l’on puisse reprocher à Mélanie dans ses études… c’est d’aimer un peu trop Battlestar Galactica :)))
    Pour le reste, plutôt que de porter une critique facile sur la base d’un simple billet de blog, je préfère apprécier son ouverture d’esprit, son enthousiasme et sa connaissance du sujet sur laquelle je m’appuie régulièrement dans mon travail de producteur transmédia.
    Arnaud

  3. Gnessag dit :

    Bonjour,

    D’accord sur votre recherche mais quelle est votre problématique, celle-ci ? :
    « La lecture de ces nombreuses fan fictions permet de comprendre les phénomènes de fascination et de frustration dans la réception des séries par les fans. » ?
    Bon….

    Réalisez-vous des entretiens approfondis avec ces « fans » ? interrogez-vous les logiques sociales qui conduisent tel ou tel fan à transformer ou prolonger le sens de la série de telle ou telle manière ?

    A première vue, je trouve votre travail intéressant mais assez inoffensif.
    De même, qu’en est-il de votre rapport à votre objet, lequel m’apparaît un peu ambivalent dans ce que vous en dites. Suffit-il d’agir « à la manière d’un fan » pour éviter les biais épistémologiques ?

    Bonne continuation tout de même,

    Jacques

  1. 29/10/2013

    […] Regarder des séries TV … pour la recherche! par Mélanie Bourdaa […]

  2. 28/09/2014

    […] 2013. Bourdaa Mélanie, « Regarder des séries TV…pour la recherche », blog invité « espaces réflexifs », http://reflexivites.hypotheses.org/5102 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *