La face cachée de la recherche

Quel plaisir de revenir dans la villa un an plus tard… Cette fois je ne suis pas venue seule, j’attends des amies que j’ai invitées pour venir partager avec moi quelques journées ou soirées autour de notre pratique commune : la recherche. L’idée de les réunir m’est venue tout naturellement s’agissant de cette pratique qui se doit d’être par nature collective, le savoir se construisant avant tout dans l’échange et la disputatio.

Il s’agit pour moi de tenter de répondre à une question qui revient de manière récurrente lorsque je tente d’expliquer ce que je peux bien faire de mes journées. Car si ami.e.s, famille et connaissances conçoivent facilement la dimension d’enseignement, il leur est toujours difficile de se représenter la recherche en sciences humaines et sociales. Une recherche sur les images en plus. Estce bien sérieux tout cela ? Que peut-on bien chercher ? Et pourquoi ?

Oui effectivement, pas d’éprouvette et de blouses blanches dans nos laboratoires. Tables et chaises, une bibliothèque et des ordinateurs : rien qui ne sorte de l’ordinaire d’un bureau classique me direz-vous.

Séance du séminaire Image Projective 2013 ( LHIVIC, EHESS)

Séance du séminaire Image Projective 2013 ( LHIVIC, EHESS)

La thèse, par sa dimension improbable, ou le livre, comme objet fini, sont autant d’éléments qui permettent à nos interlocuteurs de saisir de manière tangible cette recherche. Mais avant la présentation des résultats, la recherche c’est d’abord un exercice quotidien. Quel est donc ce travail que l’on peut exercer dans un univers si commun, chez soi en pyjama ou dans le moindre évènement de la vie sociale ?

Capture

Il y a là une contradiction manifeste entre la valorisation sociale du métier de chercheur, sa représentation commune et sa pratique au jour le jour.

L’idée est d’ouvrir les portes de cet univers qui doit se réinventer chaque jour entre rigueur scientifique et inventivité intellectuelle. Mes invitées sont ici mes compagnes de route que j’évoquais déjà l’année dernière. Futures docteures ou jeunes maîtresses de conférences, nous appartenons toutes à la même génération et au même champ disciplinaire des études visuelles. Pourquoi des jeunes femmes me direz-vous ? Pas de sexisme inversé, mais simplement le reflet de mon réseau : ce sont les personnes que j’ai rencontré au fil des années, avec qui je travaille aujourd’hui. Avant tout. Ce sont des personnes aussi brillantes que généreuses, avec qui j’ai grand plaisir à partager et à élaborer1.

Bienvenue donc dans cette auberge espagnole au féminin, où la recherche, loin des clichés et des préjugés, est une passion, un plaisir  et une pratique !

  1. Certaines n’ont pu se joindre à nous pour des raisons diverses, une prochaine fois peut-être ? []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 14/10/2013

    […] l’invitation de Raphaële Bertho, j’ai investi, en ce mois d’octobre 2013, les Espaces Réflexifs d’Hypothèses.org, en compagnie de Mélanie Bourdaa, Marianne Legaillard, Marie-Madeleine […]

  2. 24/10/2014

    […] Cette fois-ci j’ai eu envie  de faire table ouverte et d’inviter les amies à venir échanger autour de notre pratique de recherche. Un point de vue qui se veut résolument terre à terre, les mains dans la pratique, afin de contrer […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *