Assis sur des cailloux à regarder des flammes

L'échange: ceci n'est pas un caillou, juillet 2013, photo DR

L’échange: ceci n’est pas un caillou, juillet 2013, photo DR

Comme l’année dernière au même moment, je me dis que j’aurais voulu écrire davantage, mieux formuler mes idées, creuser certains exemples choisis. Mais l’écriture pratiquée ici oblige à accélérer le rythme et à se méfier aussi des repentirs, des réécritures, de l’habillage ampoulé pas toujours forcément nécessaire. Tant pis alors pour les raccourcis trop rapides, les répétitions et le flou de certains propos. Cette forme d’écriture est d’autant plus exaltante qu’elle est beaucoup plus libre que dans d’autres domaines plus académiques. Mais surtout, comme en juillet 2012, la réflexion, ici amorcée sur les liens entre l’histoire et les émotions, se retrouvera sous une forme ou un autre dans le travail de thèse.

Organiser une évasion

Écrire en habitant à la Villa réflexive présente en effet bien des avantages. On y retrouve les lectrices et les lecteurs, habitués ou nouveaux. Cette écriture décloisonnée, ouverte, peut susciter d’ailleurs des réactions, ce qui fut le cas encore cette fois et je remercie vivement celles et ceux qui ont pris un peu de leur temps pour apprécier le travail mené, pour poser des questions ou suggérer des références bibliographiques. Cela permet surtout de s’échapper d’une forme d’écriture qui, elle par contre, est très cloisonnée et peut même mener à une forme d’enfermement. J’ai durant ce mois essayé de mener à bien les deux, et les petits plaisirs ressentis ici ont nourri l’ensemble de mon travail.

En abordant l’histoire des émotions, on s’oblige également à reposer la question des rapports entre le chercheur et son objet d’étude, dans une pratique réflexive sans cesse renouvelée et confrontée à de nouvelles pratiques et à de nouvelles catégories d’analyse. Ce qui peut n’apparaître que comme quelques esquisses parfois peu explicites se révèlent pour moi au contraire être déterminant dans l’élaboration progressive de la recherche personnelle.

À nouveau, interroger ses sources

 C’est avant tout  la question des sources, des archives qui m’a semblé le plus important durant la réflexion abordée ici.  Mélodie Faury m’a d’ailleurs indiqué ce travail sur « les archives support d’émotions ? » qui examine également cet aspect. Il est en effet inconcevable de passer par exemple autant de temps dans des dépôts d’archives sans se poser la question du pourquoi ? Mais poser une telle question n’implique pas qu’on soit obligé d’obtenir des éléments de réponse rapidement. De mon côté, cela fait plusieurs fois que je dis autour de moi que j’en ai enfin terminé avec la consultation d’archives, mais régulièrement je retourne en consulter. Il ne s’agit pas de la peur d’avoir oublié un aspect ou deux, il ne s’agit pas non plus de la volonté d’être complet car comme l’écrit Lucien Febvre  le terme « complet » est un « beau mot d’enfant, ou de vieux savant »[1]. Sans doute s’agit-il plus simplement d’un besoin difficile à contrôler.

« Comprendre, ramasser, ressaisir » (L.Febvre)

J’apprécie beaucoup les travaux de Lucien Febvre et son sens de la formule : « comprendre, ramasser, ressaisir »[2], c’est une belle définition de ce que j’essaye de faire actuellement en écrivant. J’avais abordé il y a un an la question de l’engagement du chercheur afin de peut-être m’aider à trouver la bonne distance, aujourd’hui je m’interroge sur l’éventuelle  possibilité pour l’historien de neutraliser ses émotions pour mener à bien sa recherche. Je ne suis pas sûr que cela soit possible mais l’important est avant tout de se poser la question.

Et si on pense avec Lucien Febvre et d’autres que pour faire de l’histoire, il faut avant tout se plonger dans la vie, il est même certain que la pratique de l’histoire se fait, qu’on le veuille ou non, avec les émotions personnelles du chercheur. Comme ce qui concerne la question de l’engagement, c’est au chercheur de trouver la bonne distance par rapport à ses émotions. De mon côté, il y a quelques temps, assis sur des cailloux à regarder des flammes, j’ai complètement oublié pendant quelques heures la recherche en cours, les archives, l’écriture trop lente ou bien encore les émotions ressenties liés au travail en cours. Sans doute parce que d’autres émotions avaient pris temporairement le relais. Une mise à distance extrême et plaisante pour mieux y revenir ensuite.

Merci beaucoup à Mélodie, Marie-Anne, Stéphanie et tous les autres habitants de la Villa. Et bienvenue à Claire qui y séjournera au mois d’août!


[1] L.Febvre, Autour de l’Heptaméron. Amour sacré, amour profane, Paris, Gallimard, 1944, p.7

[2] L.Febvre, ibid.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Mélodie dit :

    Merci beaucoup Benoît pour ce qu’une nouvelle fois tu as pris le plaisir et le risque de partager ici : des interrogations vivantes, de l’évasion, de l’émotion, des cailloux et des flammes qui font le sel d’une recherche réflexive toujours passionnante à suivre sous les différentes formes d’écriture que tu pratiques. À bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *