La joie socialiste au temps du Front populaire

Je voudrais tenter d’évoquer aujourd’hui la question de l’histoire des émotions sous un angle particulier. On retient en effet souvent de la période du Front populaire l’idée que ce fut un grand moment de joie. Charles Trenet chante quelques mois après la victoire de la gauche « Y’a d’la joie », Simone Weil insiste quant à elle sur cette émotion dans son article devenu célèbre[1] relatant les grèves de juin. Enfin, de nombreuses photographies immortalisent cette victoire de 1936 où certains pensent que « tout est possible ». Mais derrière cet événement où la mythologie surpasse bien souvent la réalité des faits du moment[2], il peut paraître intéressant dans ce billet, sous forme davantage d’un essai programmatique que d’une étude aboutie, d’aborder la question des manifestations de la joie des socialistes au temps du Front populaire.

Comme le souligne Michel Delage « l’émotion est un phénomène qui se situe du côté du ponctuel, de l’éphémère. Elle comporte un ensemble de composantes physiologiques, comportementales et cognitives déclenchées par des facteurs bien identifiables. On peut en général comprendre l’émotion comme une préparation à l’action, et au déclenchement de réponses adaptatives »[3]. Ephémère, la joie ressentie lors de l’embellie du Front populaire le fut puisque très rapidement le gouvernement de Léon Blum se trouve confronté à de nombreuses difficultés, accentuées par un contexte international explosif. Mais on peut toutefois étudier a priori les manifestations de la joie lors de la victoire de 1936, en particulier grâce aux nombreuses photographies. En ce qui concerne la presse militante locale, on doit cependant regretter que les photographies soient encore très rares et difficilement exploitables. Il faut sur ce point se contenter de la presse générale d’informations comme par exemple La Dépêche de Brest qui utilise de plus en plus à cette époque le photojournalisme. Toutefois, ce quotidien local fut durant toute la durée du Front populaire extrêmement hostile à la coalition des partis de gauche, et il n’est pas certain que l’on puisse y trouver de nombreuses photographies montrant la joie des vainqueurs dans les premiers mois qui ont suivi l’avènement du Front populaire.

Aussi pour tenter d’étudier l’expression de cette émotion de base qu’est la joie, je me suis contenté de relever des indications dans le journal de la fédération socialiste du Finistère, Le Breton socialiste entre mai et juillet 1936. On pourra voir ainsi que comme toute émotion, la joie est avant tout destinée à être partagée, à entraîner de nombreuses interactions sous forme de partage social. Mais plusieurs émotions peuvent naître dans une même situation et c’est aussi ce qui se passe dans les premiers mois du Front populaire. Si la joie est grande pour les socialistes, en Bretagne, comme dans le reste du pays, on devine également que de nombreux sujets d’inquiétude ou de peur sont présents et altèrent la pureté de la joie ressentie. Enfin puisque selon Delage, l’émotion est « une préparation à l’action », j’essayerai dans un dernier point d’aborder la question de la joie comme vecteur de propagande du socialisme. Le théoricien Serge Tchakhotine a en effet insisté sur le rôle de l’émotion joyeuse comme un moyen nécessaire du « socialisme actif » qui est appelé de ses vœux à la fin des années pour faire face au fascisme.

Une joie peu présente

Manifestation du Front populaire à Brest, 14 juillet 1936, photo DR

Manifestation du Front populaire à Brest, 14 juillet 1936, photo DR

En lisant l’hebdomadaire de la fédération SFIO du Finistère entre mai et juillet 1936, on peut tout d’abord être surpris de voir que les expressions de la joie sont en réalité assez rares. Le département a pourtant élu deux députés socialistes, Tanguy-Prigent et Jean-Louis Rolland, mais c’est tout d’abord la déception qui est mis en avant dans les comptes rendus du journal militant. En effet, plusieurs candidats radicaux n’ont pas suivi les consignes de leur parti et se sont maintenus au second tour des élections législatives faisant ainsi gagner des candidats de droite. Le Breton socialiste souligne en conséquence avant tout ce premier accroc à la coalition des forces de gauche. On lit également que la victoire nationale du Front populaire suscite de très nombreux mécontentements dans le département : lors des soirées électorales, on évoque avant tout le sang froid des militants de gauche face à l’hostilité des adversaires politiques. La joie n’est exprimée que par la suite, une fois que l’on a mentionné l’inquiétude que suscitent ceux que la SFIO ne nomme plus que « fascistes » sans nuance. Pourtant l’ambiance joyeuse est néanmoins relatée : ainsi dans le petit village de Saint-Jean-du-Doigt, d’où est originaire Tanguy-Prigent, l’effervescence de l’entre-deux-tours est visible :

« Notre petit village connaît depuis quelques jours une joyeuse animation facile à comprendre. La victoire du «Pot-Saout» [terme breton qui désigne un garçon vacher] a provoqué l’enthousiasme des camarades, jeunes et vieux »[4]

En conséquence, les adversaires du socialisme ne sont plus que de « tristes concitoyens » tant la joie est dans le camp de la SFIO. Les partisans des candidats défaits ont d’ailleurs beaucoup de mal à accepter cette victoire du Front populaire à l’échelle locale comme à l’échelle nationale. On peut le voir en particulier dans le compte rendu de la manifestation qui fête l’installation du gouvernement Blum à la fin du mois de juin à Morlaix. Le Breton socialiste écrit en effet :

« Quand une procession défile dans nos rues, quand un événement sportif ou musical attire la foule, nos photographes professionnels s’empressent de prendre des clichés…très demandés le lendemain par ceux qui s’y reconnaissent ou y voient des amis. C’est, en plus, de bonne réclame pour la maison quand le cliché est réussi. Mais sans doute, nos photographes dédaignent-ils la clientèle rouge, car aucun d’eux n’a voulu lui consacrer un seul petit bout de film »[5]

Nombreux sont en effet ceux qui à l’été 1936 font le procès en légitimité des nouveaux élus de gauche. C’est d’ailleurs sans doute l’une des raisons qui expliquent que les deux députés socialistes, mais aussi les auteurs des articles dans le journal fédéral, semblent peu exprimer leurs émotions et préfèrent davantage évoquer l’ampleur de la tâche à venir ou les inquiétudes de la situation internationale.

Le seul véritable article qui montre la joie socialiste concerne le soir du premier tour  à Morlaix :

«  Dès la parution des résultats ce fut dans les milieux ouvriers de notre ville une explosion de joie(…) Tanguy-Prigent se trouva sur les marches du kiosque où en quelques mots rapides, il exprima toute sa joie et l’émotion qui l’étreignait »[6]

Le jeune candidat, qui devient ensuite le plus jeune député de France, est  porté en triomphe sur les épaules d’un « costaud » comme l’écrit le journal socialiste. En ce qui concerne Jean-Louis Rolland, on dispose à son sujet d’une série de photographies au soir de sa victoire, mais on ne voit sur aucune d’entre-elles d’expression réelle de la joie. Ce sont avant tout des clichés officiels marqués par la solennité.

L’enthousiasme semble donc être de très courte durée, et la joie socialiste presque absente tant les difficultés qui se profilent peuvent sembler nombreuses. Pourtant, à cette période le socialisme doit faire face au réel et à la situation internationale de plus en plus périlleuse, certains partisans de la rénovation de l’idéologie du socialisme pensent que la joie peut être un élément fondamental pour le socialisme moderne qu’ils appellent de leurs vœux.

Une propagande émotionnelle?

C’est avant tout le théoricien Serge Tchakhotine qui a souhaité à la fin des années Trente modifier profondément la culture militante socialiste afin de lutter efficacement contre le fascisme. Il s’agit pour lui de jeter les bases de nouveaux principes, de construire un ensemble de pratiques militantes où les émotions auraient  leur place. Ce qu’il nomme le « socialisme actif » est le fruit de son expérience malheureuse d’idéologue du SPD allemand qui a tenté de lutter contre le nazisme. Comment lutter en effet contre cette idéologie totalitaire ? Il faut faire usage de slogans simples – «  Freiheit »- qui puissent être martelés dans toutes les réunions et manifestations publiques, afficher des symboles tout aussi simples et efficaces comme les trois flèches destinées de prime abord à effacer les croix gammées et devenues ensuite le symbole socialiste de l’antifascisme. C’est dans son livre Le viol des foules par la propagande politique [7]paru en 1939 que Tchakhotine explique ce que doit être la place de la joie dans un socialisme régénéré. Après s’être exilé en France, il s’est en effet mis au service de la SFIO et a voulu mettre en pratique ses principes, ce qui a  suscité des réactions contrastées parmi les socialistes français; ils étaient nombreux à penser que ces nouveaux outils militants étaient trop agressifs.

Il s’agit donc de constituer une propagande émotionnelle qui vise à lutter contre le fascisme, même s’il faut s’en inspirer pour certaines pratiques :

«Pour édifier rapidement le socialisme, la vraie démocratie, il faudra employer la même méthode d’obsession provoquée, agissant ici non plus sur la peur, mais sur l’enthousiasme, la joie, l’amour. Une propagande violente de non-violence ! »[8]

Dans cette optique, il me semble que les idées de celui que l’on nommait à la SFIO le docteur Flamme peuvent être étudiées dans une optique mobilisant les principes de l’histoire des émotions. D’autres avec lui, comme Henri de Man, ou Angelo Tasca ont pu à la même époque, en se basant sur certaines émotions ou certains principes détachés de la raison, chercher à régénérer le socialisme afin d’en faire un puissant instrument de lutte contre le fascisme. Mais cela fut presque totalement un échec comme le montre la défaite française de 1940.

Quoi qu’il en soit, dans ce billet sans doute mal construit, il me semble important de souligner que pour étudier les pratiques militantes, il est nécessaire de s’intéresser de près à l’histoire des émotions, c’est du moins ce que j’essaye de faire dans mon travail en cours.

Au delà de ce billet en forme d’essai, j’avais prévu de rendre compte d’une lecture qui m’a passionné  dernièrement, à savoir le livre de Karl Jacoby, Des ombres à l’aube, mais je n’aurai pas le temps d’ici demain de l’écrire. Alors, pour le dernier jour du mois de juillet, je reviendrai plutôt sur mon séjour à la Villa réflexive. Le titre du billet, peut-être énigmatique pour le moment, sera : « assis sur des cailloux à regarder des flammes ».


[1] S.Weil « la vie et la grève des ouvrières métallos » La Révolution prolétarienne, 10 juin 1936, consultable ici

[2] Jean Vigreux dans le «Que Sais-Je ?»Le Front populaire, Paris, PUF, 2011, fait le point sur cette période et sur les nouvelles tendances de l’historiographie à ce sujet.

[3] M.Delage, La Vie des émotions et l’attachement dans la famille, Paris, O.Jacob, 2013, p.26.

[4] Le Breton socialiste, 9 mai 1936.

[5] Le Breton socialiste, 4 juillet 1936.

[6] Le Breton socialiste, 2 mai 1936.

[7] S.Tchakhotine, Le Viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1939. Cette première édition diffère en de nombreux points de la nouvelle édition que l’on cite souvent davantage aujourd’hui et qui date de l’après guerre. Tout un ensemble de propos sur la situation du socialisme en France avant la Deuxième Guerre mondiale a en effet été coupé. Je ne me réfère en conséquence qu’à l’édition d’origine.

[8] S.Tchakhotine, op.cit., p.251.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. anrpaprika dit :

    Très bon travail!
    Nous vous recommandons aussi l’article publié sur le blog http://anrpaprika.hypotheses.org/1167

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *